La révolte de l’esprit et du cœur

par Gérard Leclerc

mercredi 3 juillet 2019

Tout d’abord un aveu. J’ai fait tout ce que j’ai pu pour éviter de parler de ce qu’on appelle pudiquement l’arrêt des soins à Vincent Lambert. Je voulais absolument parler d’autre chose et j’ai tenté de m’évader dans toutes les directions possibles. Et cela sous le lâche prétexte que je n’avais pas à répéter la conviction que j’ai déjà exprimée. Pourquoi redire une fois de plus mon sentiment : priver un être humain de son alimentation pour précipiter sa mort constitue un acte d’une extrême violence. Que les parents de Vincent Lambert refusent de toute leur force cette violence me paraît participer d’une réaction humaine plus que légitime. Bien sûr, on rétorquera à cela que toute une partie de la famille est de l’avis contraire et n’a de cesse de réclamer la fin de ce qu’elle considère être une sorte de non-vie. Les arguments des uns et des autres ont été répétés à satiété et sont encore repris sur toutes les chaînes d’info.

Le plus gênant dans cette affaire, c’est qu’elle nous oblige à braver les limites de la pudeur en nous appropriant un drame intime. On ne peut faire toutefois l’économie de ce qu’elle a d’exemplaire et de ce qu’elle formule du nouveau monde qui est en train de naître, notamment sous l’emprise des techniques les plus sophistiquées. Nous sommes bel et bien projetés dans une autre condition humaine, contre laquelle nous ont mis en garde quelques prophètes qui avaient nom Georges Bernanos, Gunther Anders, Jacques Ellul, Ivan Illich auxquels j’ajouterai la personnalité singulière de Philippe Muray. Muray si attentif à définir ce qui nous projetait au-delà de l’histoire.

Et ce nouveau monde se définit en particulier par la nouvelle conception qu’il se donne de la mort. L’obsession euthanasique actuelle, l’engouement pour ce qu’on appelle une mort digne nous conduisent, en effet, à repenser la mort comme un problème technique. Ainsi que l’écrit le philosophe Jean-François Braunstein : « Alors que la mort traditionnelle était la spécialité des prêtres et des théologiens, ce sont maintenant les ingénieurs qui ont pris la relève. » Qui ont pris la relève, en ayant la prétention d’avoir la parfaite maitrise du problème. Quel joli monde cela nous promet. Je songe à la description qu’en fait Michel Houellbecq dans La carte et le territoire et qui suscite, en exception à la froideur clinicienne du romancier, la révolte de l’esprit et du cœur.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 3 juillet 2019.

— 

Retrouver toutes les chroniques de Gérard Leclerc.

Messages

  • je ne connais que ce que l’on veut bien nous dire pas grand chose. Pourquoi, un homme qui n’est ni malade ni en fin de vie a-t-il séjourné de longues années en soins palliatifs ? Pourquoi est-il maintenant d’une extrême urgence de le faire mourir ? pourquoi appelle-t-on l’alimentation :des "soins" et non des repas ? pourquoi son neveu a-t-il pris un avocat pour être sûr faire condamner son oncle qui ne se tordait pas de douleur sur son lit d’hôpital ? je pourrais continuer les questions, ce serait peut-être de la curiosité mal placée

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.