Handicap

Vincent Lambert est mort

jeudi 11 juillet 2019

Vincent Lambert sur son lit d’hôpital (DR)

En état pauci-relationnel depuis 2008, Vincent Lambert est décédé ce jeudi 11 juillet à 08H24. Neuf jours après l’arrêt de son alimentation et de son hydratation, décidé par le CHU de Reims.

C’est le neveu de Vincent Lambert, François, favorable à l’interruption des soins apportés à son oncle, qui annoncé son décès jeudi matin à France Télévisions. Le processus avait été enclenché le 2 juillet dernier, suite à une décision de la Cour de Cassation qui avait annulé une décision de la cour d’appel"de Paris, saisie par le gouvernement.

Une veillée de prière s’est tenue mercredi soir à Paris devant l’église Saint-Sulpice, alors que les parents de Vincent Lambert avaient annoncé que le décès de leur fils étaient devenu inexorable, faute de recours possible. Sur Twitter, le pape François avaient appelé à prier "pour les malades abandonnés et qu’on laisse mourir".

L’écrivain Michel Houellebecq a été l’un des premiers à réagir dans une tribune publiée sur le site du quotidien Le Monde, probablement rédigée avant l’annonce du décès. "Le CHU de Reims n’a pas relâché sa proie, ce qui peut surprendre. Vincent Lambert n’était nullement en proie à des souffrances insoutenables, il n’était en proie à aucune souffrance du tout. Il n’était même pas en fin de vie. Il vivait dans un état mental particulier, dont le plus honnête serait de dire qu’on ne connaît à peu près rien" y souligne l’auteur de La Carte et le Territoire.

Messages

  • Si les mots ont encore un sens, ils ne l’ont pas laissé partir, mais ils l’ont fait mourir.

  • Paix à son âme ! Quelle triste fin.

  • Paix à ses parents, son épouse et sa famille.
    ¨Paix à ceux qui ont instruit les divers procès et rendu "l’affaire" publique si longtemps à l’épreuve de la vie souhaitée à des proches de quiétude et d’apaisement.
    Paix à l’opinion publique qui selon les moments s’est laissée aller à la propagande indélicate du cas vincent Lambert, hors des chemins balisés du secret médical.
    Dans ces situations difficiles pour les patients, le devoir de réserve s’impose pour beaucoup.
    La mort est toujours douloureuse aux plus préparés, insupportable pour les moins avertis.
    Souhaitons à chacun de la modération dans les propos, les écrits, en ces moments pathétiques pour les praticiens, la parenté et les amitiés forgées au cours d’une vie, aussi courte soit elle !

  • La gueule hideuse du monstre qui hait les pulsions de vie a craché une fois encore son haleine fétide. Mystérieusement, de plus en plus de nos contemporains hument celle-ci avec ivresse et une délectation perverse.
    C’est le moment de se rappeler le conseil pressant des Écritures : « choisissez la vie ». (Deut. 30, 19)

  • Le Dr Sanchez ayant informé en son temps les parents de V. Lambert de l’arrêt de son alimentation et de son hydratation, c’est pourtant, chose étrange, François Lambert, son neveu qui aura annoncé au public le décès de son oncle. Sans revenir sur ses divers aspects, il est permis de souligner que cette désormais "affaire" présente de nombreuses zones d’ombres et certains d’avancer que les funérailles de V. Lambert, si elles mettent un point final à une longue dispute entre proches, constituent l’occasion d’une prise de conscience par les citoyens de l’existence de divers enjeux qui auront émaillé la trajectoire de ce "cas". Cette "affaire" aura été déviée sur plusieurs aspects allant du médical, du juridique et du politique etc... pour bifurquer sur le religieux....

    Sur les plateaux de chaines de télévision se sont très largement exprimés des ténors de la compassion, de la mort dans la dignité et diverses postures de noblesse et autres fiertés Mais là où, quelque part, présentateurs et animateurs TV devront revoir leur copie, c’est quand nombre d’entre eux, face à des invités "pro-vie" contre la "civilisation du déchet", leur ont asséné la question : "Etes-vous catholique ?" pour entendre "oui", lequel "oui", en telles circonstances, aura pris les allures d’un aveu. En arriver à avouer être catholique est, on dirait, devenu synonyme de complice de crime ou de criminel. Bref, tout d’un coup, les parents de V. Lambert se sont "résignés" et voilà suspendues les péroraisons du neveu.

    L’illustration est claire de l’expression "faire d’une pierre deux coups", glisser le concept "euthanasie" dans l’enveloppe du suicide assisté. Que tout le monde soit rassuré : le MAL n’existe pas, il n’est qu’une vue des esprits chagrins.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.