Le souverain pontife en Irak

« Une Église vivante »

par Anne Kurian, envoyée spéciale

vendredi 12 mars 2021

La cathédrale Sayedat al-Najat de Bagdad en 2018. Le pape François s’y est rendu le 5 mars.
© Pascal Maguesyan

Du 5 au 8 mars, le pape François a sillonné la terre d’Abraham encore marquée par les stigmates de la guerre et du terrorisme. L’émotion et la ferveur des chrétiens et du peuple entier témoignent de leur espoir de paix et de réconciliation.

Le premier pape à fouler l’Irak a de prime abord trouvé un pays que l’on pourrait qualifier de blindé : en quasi-confinement, des rues désertes, des routes fermées sur son passage, et des délégations très restreintes dans les lieux de rencontre, où la distanciation sociale était de mise. Mais l’accueil des Irakiens, même retenu, n’en était pas pour autant découragé, et se traduisait par mille gestes d’hospitalité chaleureuse.

Dès la sortie de l’aéroport de Bagdad à son arrivée dans le pays, sur une route vide et cernée de militaires, le pape a été salué par des hommes, postés un par un tous les cent mètres, et brandissant des drapeaux aux couleurs du Vatican. Son premier rendez-vous l’a conduit au palais présidentiel, où il a rencontré le président Barham Saleh et les autorités civiles du pays. Après avoir reçu les honneurs militaires, le pape a été accueilli, comme en de nombreux lieux, par un envol de colombes, tel une prière, un cri du peuple demandant la paix après des années de guerre qui ont profondément déstabilisé le pays. Dans les jours qui ont précédé la visite papale, des tirs de roquettes touchaient encore Erbil, semblant remettre en cause ce projet. Le climat était donc surprotégé pour la délégation papale de 65 membres et de 74 journalistes.

Au pays du Tigre et de l’Euphrate, où la religion majoritaire est l’islam (97 %), le pape a voulu encourager la poignée de chrétiens (entre 1 et 2,5 % de la population) qui ont choisi de rester malgré la persécution de l’État islamique, ou qui sont revenus après la libération de leurs terres. Plus d’un millier d’entre eux ont été tués pendant les trois ans de guerre (2014-2017), ou ont subi des attaques contre leurs commerces, leurs habitations, leurs églises.

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le magazine.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.