Unanimité autour de Charlie ?

par Gérard Leclerc

mercredi 8 novembre 2017

L’Assemblée nationale unanime a applaudi le Premier ministre, pour sa défense de l’hebdomadaire Charlie Hebdo, alors que sa rédaction se trouve à nouveau visée par des menaces de mort. Le sujet est ultra sensible depuis le massacre du 7 janvier 2015, qui bouleversa le pays tout entier. Qu’il déclare ou non « Je suis Charlie », ce pays ne pouvait que se dresser contre un terrorisme acharné contre la liberté d’expression. Mais des millions de Français dans la rue n’ont pas désarmé ceux qui voudraient imposer la soumission à tous. Depuis la publication du dernier numéro de Charlie, qui s’en prend à Tariq Ramadan (accusé d’agressions sexuelles à l’égard de plusieurs femmes) une campagne anonyme s’est développée sur les réseaux sociaux pour réclamer vengeance. Riss, le directeur du journal satirique, n’en est pas étonné : « Depuis 2015, déclare-t-il au Figaro, la parole s’est libérée et l’appel au meurtre s’est banalisé, en particulier sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, la violence terroriste peut frapper n’importe qui, et pas seulement Charlie Hebdo. Le “prix à payer”, s’il doit y en avoir un est désormais pour tout le monde. »

Le prix à payer, c’est le prix de la liberté, et d’abord de la liberté de dire. On peut être allergique au style de Charlie et à ses caricatures. Mais il est impossible d’admettre que ses journalistes soient continuellement sous la menace. Cette menace va au-delà d’eux-mêmes, elle nous concerne tous. Il est inadmissible que plane sur une rédaction l’idée d’un retour au drame du 7 janvier 2015. Paradoxalement, les assassins et leurs complices ont réussi à transformer en défenseurs de ce journal tous ceux qui ne l’aimaient pas et parfois le détestaient franchement. Je m’en expliquais ici-même, au lendemain du drame. Certains adversaires nous paraissent indispensables le jour où ils ont disparu, parce qu’ils ne sont plus là pour que nous échangions, même vivement, sur ce qui nous oppose. C’est pourquoi, aujourd’hui encore, il y a unanimité morale autour du Premier ministre, lorsque celui-ci déclare que les menaces de mort ne resteront pas impunies. Il y va de nos convictions les plus fortes.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 8 novembre 2017.

Messages

  • que de larmes de crocodiles !! 
    comment s’étonner que ’’charlie hebdo’’ (journal qui se veut irresponsable et l’est) qui sème le vent depuis longtemps, récolte la tempête depuis peu :
    c’est l’application du principe de réalité (effet boomerang) confirmé par une sentence biblique.

  • je n’ai rien appris et surtout rien oublié !
    Au lendemain de l’attentat de Charlie Hebdo, j’avais passé dans Rivarol une tribune intitulée : " Nous sommes tous charliphobes". Et je n’ai pas changé d’avis !
    Quand on confond finesse et vulgarité, provocation et analyse, réflexion et fécalité, bêtise et subtilité, on doit logiquement pour le moins s’attendre à voir son torchon être exclu de l’espace de liberté d’expression !
    C’est une question d’hygiène mentale : il ne s’agit plus "d’expression" mais bien "d’abjection"
    Quand en plus on y fait de la haine de Dieu le fer de lance de sa publicité, j’ai du mal à comprendre que quelqu’un supposé de la rien-pensance catholique vole au secours dudit torchon !
    Tout comme le fait que des gens perdent leur temps en menaces vis à vis des faiseurs de cette bouche d’égout dont le seul avenir, dans un pays supposé civilisé sinon cultivé, devrait être de faire faillite !
    Il avait d’ailleurs fallu la mort de certain de ces "rédacteurs" pour que le journal fasse du tirage finalement !

  • D’accord avec les deux commentaires. Si le dessin obscène de Luz sur la Trinité ne lui a pas valu le bûcher, c’est parce que nous sommes au 21ème siècle et pas au 15ème, et c’est bien. Mais les musulmans sont moins placides devant ce genre d’insultes à Mahomet, et il ne faut pas s’étonner si certains se muent en justiciers. Il est lamentable que des innocents aient payé cela de leur vie, entrainés malgré eux dans cette tragédie.
    NB : Je suis Luthérien évangélique et je sais bien que les humiliations subies par notre Sauveur font partie de notre Rédemption. Il n’en est pas de même pour Mahomet qui, quelque soit sa biographie, est sacré pour les musulmans.

  • Ce qui est proprement intolérable, c’est cette chape de plomb du politiquement correct qui veut écraser l’opinion publique et étouffer toute opinion divergente.

    J’ai entendu hier sur une chaîne dite "d’information" l’un(e) de ces innombrables commentateurs stipendiés du système et du régime affirmer péremptoirement que "ne pas être Charlie" c’était inacceptable, que c’était une preuve d’appartenance à la face noire de l’extrémisme (de droite, bien évidemment) et être complice du terrorisme abject. Et ses comparses de plateau d’approuver unanimement et bruyamment...
    Rien que ça ! Sans réplique, fermez les pupitres...

    Jamais je n’ai pu, ne peux, ni ne pourrai applaudir à l’assassinat de quiconque, fut-il le plus salopard de mes contradicteurs ou de mes ennemis. Je n’ai par ailleurs aucune sympathie pour les individus qui prétendent défendre une religion et qui ne sont, en fait, que des criminels (isolés ou en bande organisée) de droit commun.

    Rien de cela, cependant, ne peut m’empêcher de continuer à "ne pas être Charlie" !

    Je suis Charlie n’est qu’un slogan confiscatoire qui manifeste - ô paradoxe - un terrorisme de la pensée, exercé par une petite caste de pseudo-intellectuels et d’authentiques manipulateurs de la conscience publique.

    La liberté d’opinion et la liberté de la presse sont une chose. Au nom de celles-ci, ce serait un comble que de devoir révérer et encenser une obscure feuille de chou qui a, depuis les origines, fait du vomitif, de l’obscène et du pestilentiel son fond de commerce.

    Je ne peux pas et ne veux pas "être Charlie" ; et j’em... la pensée unique qui prétend m’y contraindre...

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.