Charlie Hebdo :
mon contraire, mon frère

par Gérard Leclerc

jeudi 8 janvier 2015

L’horreur, la stupéfaction, la tristesse… L’attentat meurtrier qui a eu lieu hier dans les locaux de Charlie Hebdo suscite les sentiments les plus à vif. La tête d’un journal décapitée en quelques instants par des meurtriers qui ont agi avec un sang froid glaçant, cela nous atteint, notamment nous les journalistes, directement au cœur. Avant toute réflexion un peu élaborée sur le sens d’un tel événement, il y a une sorte de tristesse profonde qui vous envahit et qui ressemble à l’expression d’une fraternité souterraine et élémentaire. C’est peu de dire que la ligne éditoriale de Charlie Hebdo ne rejoignait pas souvent mes convictions, elle les a heurtées plus d’une fois. Cela n’empêche pas que ce qui se détache d’abord en moi, ce sont des visages qui me sont fraternels au-delà de toutes nos différences.

Demain, ce qui sera le plus insupportable, justement, ce sera de ne plus avoir en face de soi ces visages, ne serait-ce que pour les interpeller, éventuellement pour s’engueuler avec eux. Mon frère, ce peut être aussi mon contraire. Cette expression me revient spontanément, elle était familière au philosophe Jean Guitton, qui vous accueillait dans son bureau entre les deux portraits de Pascal et de Spinoza. L’auteur des Pensées c’était le visage aimé de l’inspirateur, mais Spinoza c’était l’interlocuteur indispensable auquel s’opposer pour dépasser les certitudes superficielles et rebondir dans d’autres espaces. Équivalemment, il peut se produire le même type de relation avec des journalistes adversaires et avec des caricaturistes. Nous ne pouvons, littéralement, pas vivre sans eux.

Parmi les morts de Charlie Hebdo, que je ne puis évoquer tous, il y a cette figure emblématique du doyen, Georges Wolinski, lié à toute la culture soixante-huitarde et post soixante-huitarde avec toutes ses contradictions et ses impasses. Je porte une attention particulière à Bernard Maris [1], économiste très indépendant et qui avait publié récemment un essai très original sur Houellebecq économiste. Mais je ne veux oublier personne, et sûrement pas les deux policiers qui ont donné leur vie pour protéger leur prochain, et aussi la liberté de l’esprit.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 8 janvier 2015.


[1Il nous était proche notamment par la fidèle et généreuse amitié qu’il avait pour Angèle de Radkowski, la fille de Stanislas Fumet, et la veuve de l’économiste génial, et si peu reconnu, Georges-Hubert de Radkowski

Pour aller plus loin :

Messages

  • Il faut rester prudent quant à l’identité des commanditaires, même quand celle des auteurs supposés sera connue.
    En effet, d’autres attentats ont eu lieu le lendemain, jeudi 8 janvier (Lyon, une petite bombe placée devant un restaurant islamique à côté d’une mosquée ; et Paris, deux policiers mitraillés et gravement blessés dont un est finalement décédé).
    Une telle synchronisation ne s’improvise pas. Elle est hautement suspecte, surtout du fait qu’elle vise pour ainsi dire des cibles antagonistes. Or, ce procédé fait penser à celui qui a été employé notamment à Kiev, pour provoquer la révolution, et ailleurs : des tireurs tirent à la fois sur la foule et sur les policiers, de sorte que les uns et les autres s’accusent mutuellement (on sait aujourd’hui que ces snipers n’étaient pas ukrainiens). Le sang ayant coulé de part et d’autre, le cycle de la haine réciproque s’enclenche, surtout quand les médias contribuent à la désinformation. Le 7, on assassine des journalistes (qui ne recevaient presque plus de menaces), le lendemain on provoque l’ire de la communauté islamique de Lyon.
    Tous ces éléments mis ensemble font peser une forte suspicion sur les commanditaires réels de l’attentat. Il faut lire cette analyse. D’autre part, que penser de l’indignation suite au meurtre de caricaturistes, montrée par un gouvernement qui, lui-même, invite au terrorisme à l’égard d’un humoriste musulman (peu importe le fait que l’on partage ou non ses positions) ?
    La question n’est pas d’absoudre ou non "l’islam". Certes, le conditionnement islamique produit des crimes depuis 14 siècles, les chrétiens d’Orient sont là pour en témoigner ; mais l’utilisation et la manipulation des groupes terroristes islamistes par les services secrets occidentaux n’en est pas moins réelle également.
    Comment éviter de tomber dans le piège qui est tendu aux populations diverses habitant la France ? Comprenons que le conditionnement religieux islamique (ou idéologique), qui peut toucher l’être humain si profondément, est lui-même une manipulation.
    La seule question qui compte est donc : comment sortir des manipulations, quelles qu’elles soient, et en particulier comment aider les musulmans qui en sont victimes plus encore que les autres ?
    Cette question relève vraiment de la charité chrétienne.

    • Saint Michel Archange, de votre épée épargnez-nous !

      Petrus Venerabilis je suis entièrement d’accord avec vos propos très lucides.

      Cela me fait dire que la mondialisation, celle qui résulte du mondialisme, est un véritable panier de crabes à l’échelle planétaire. La mondialisation est un phénomène que des hommes mal intentionnés utilisent à leur profit quels qu’en soient les conséquences. Ainsi, ces mêmes hommes ne peuvent être à la fois pyromanes et pompiers. Mais il y a pire, comme pyromanes, ils se font pompiers uniquement quand ça les arrange. Les bons peuples, comme d’habitude, gobent ces manigances avec complaisance, sans se rendre compte (ou toujours bien trop tard) qu’ils en font systématiquement les frais.

    • réf. : les 2 messages ci-dessus de Venerabilis et Renaud

      Mes amis, je ne peux que vous remercier pour vos lignes sur FC. Ces mots et ces phrases sobres empreints de bon sens et de lucidité ne peuvent être compris que par ceux qui refusent de cautionner la haine, l’aveuglement.J’oserais pour ma part ajouter le refus d’accepter d’éventuelles ingérences étrangères d’où qu’elles émaneraient. Je ne peux que souscrire à votre façon de penser et de présenter ces douloureux événements qui ont, hier soir, ensanglanté Paris. Mais ce matin, j’ai dû en mon âme et conscience demander pardon au Seigneur de ne n’avoir pas pris en compte, aussi, les "victimes collatérales" de ce crime, et j’ai prié pour qu’Il viennent en aide dans cette épreuve à leurs familles et à leurs proches et amis, ces victimes qui n’y étaient pour rien dans cette tragédie.

      Rien ni personne ne pourra jamais cautionner le crime et la barbarie. Des hommes épris de liberté, nous a-t-on dit, l’ont payé de leur vie (et d’autres avec eux qui n’avaient rien à y voir). Mon identité n’a pu que me dicter de m’incliner avec respect face à la mort, et de prier. Tous les adjectifs, épithètes ou qualificatifs devant ces crimes sont futiles, je cite : "crime odieux", assassinat révoltant",etc... ne sont que des pléonasmes et rajouts ronflants et inutiles : un crime est toujours odieux, tout comme un assassinat est toujours révoltant.
      Cesse de paroles de circonstance...

      Avant d’aller plus loin pour ne pas prolonger, il m’est à coeur de rappeler que certains, sur des plateaux de télé, se sont exprimés sur la question de la "censure" des infos. L’un a avancé que s’il y avait censure c’en était fini de la liberté d’expression, un autre a dit - je le cite - "l’auto-censure est la pire des choses à faire" et il en a développé le contenu.Bref. La liberté d’expression est un acquis précieux, mais le problème, à mon humble avis, est de comprendre, je parle pour moi, ce qu’est ou ce que devrait pouvoir être la liberté d’expression pour qu’elle puisse représenter en vérité dans les faits ce qui est écrit en principe. Cet après-midi même j’ai zappé au hasard une intervention de Monsieur Cazeneuve, notre ministre de l’Intérieur dont je cite sans aucune hésitation
      l’expression : "maîtriser l’information". Il faudrait, me semble-t-il expliquer clairement ce que cela signifie car notre belle et riche langue française contient nombre de synonymes différents qui parfois expriment la même chose. Et la majorité des téléspectateurs entendent mais sont dans l’incapacité d’écouter, abreuvés qu’ils le sont, par toutes sortes des manipulations orales et visuelles qu’ils en sont à ne plus rien distinguer, ou peu de choses...

      Pour finir, et peut-être au risque de me tromper, j’ai lu sur une pancarte une phrase attribuée à l’un des responsables de Charlie hebdo : "Je préfère mourir debout plutôt que de vivre à genoux". Vraie citation ou non, je ne sais. Mais si vérifiée, cette phrase il l’a assumée d’avance, et on pourrait saluer une forme de courage, et je le fais (sauf que les victimes collatérales n’ont rien choisi, elles). Egalement au risque de me tromper ce carnage ne saurait être imputé uniquement à une question religieuse ou identitaire. Ces 2 aspects mis à part - tout en restant très sérieux et soumis à de consciencieuses études et recherches - il devient urgent de rechercher, dans toutes les atrocités qui durent depuis plus de 4 ans maintenant et dans plusieurs régions de la planète, de mettre en lumière l’aspect politique et économique, entre autres, de ces déviances inacceptables qui déciment des familles, des peuples et des pays. C’est une tragédie à l’échelle planétaire et, me semble-t-il pour des raisons qui ne seraient en grande partie que des prétextes pour changer la carte géographique actuelle. Et cela au niveau international. Il y va de la conscience universelle (si tant est qu’il en existe encore une), que de trouver, dénoncer et mettre fin à cet état de choses. Les assassins d’hier soir à Paris sont les exécutants ignorants de meurtriers de l’ombre dont les buts et les plans sont depuis plus que trop longtemps planifiés et confirmés.

      Je soumets cette intervention avec, je le souligne, la possibilité de me tromper en partie ou en tout et pour tout.

      Que le Seigneur Tout-Puissant nous viennent en aide à tous.

  • Il faut distinguer le maintien de l’ordre et ses nécessités et les réactions personnelles,religieuses ou autres:1 les caricatures de charlie hebdo sont-elles une atteinte à l’ordre public ?Je réponds,oui !De Gaulle en son temps de la guerre d’Algérie a censuré certains articles de tout bord pour maintenir l’ordre dans les intelligences et interdit toutes les manifestations sur la voie publique pour maintenir l’ordre dans la rue:je le sais car j’y participais malgré l’interdiction et nous étions dispersés par les forces de l’ordre:dans les deux cas ,il a eu raison !La situation est-elle aussi grave aujourd’hui ?Pas encore mais elle est au bord de le devenir.Or,il vaut mieux prévenir que guérir !Certains dessins de ce torche-cul aurait du etre censurés sans hésitation car ils troublaient l’ordre public en suscitant la haine et en étant eux-memes haineux !Maintenant c’est trop tard et le mal est fait pour toujours ;2 Les assassinats des dessinateurs troublaient-ils l’ordre public ?Bien sur !Conclusion:l’Etat n’a pas fait son devoir en laissant s’enclencher une escalade du désordre:maintenant, il faut tout recommencer mais à partir d’un fondement très fragilisé et confus ce qui probablement conduira à de nouveaux excès de tous les cotes !3 les réactions personnelles :elles sont évidentes et il n’est pas besoin de procéder à une escalade sémantique et à des accusations délirantes d’aucun coté !Le moment est à l’action pour l’Etat et pas aux bavardages !4 A nous maintenant de répondre à la question de fond :pourquoi ?La réponse est à peu près évidente mais peut toujours etre approfondie. 5 notre seul devoir en tant que personnes,hors la question religieuse,est de nous opposer à l’escalade verbale en sachant raison garder et à intervenir auprès de tous ceux qui délirent en leur faisant connaitre ce dont nous sommes surs.Pour le reste,silence car ce n’est pas à nous à rétablir l’ordre !Ensuite,nous jugerons l’action de l’Etat sur des faits et pas des idéologies !

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.