Fête de la Croix glorieuse

Sauvons les croix de nos villages

propos de Pascale Castillo recueillis par Aymeric Pourbaix

mercredi 11 septembre 2019

La fête de la Croix glorieuse, le 14  septembre, suivie des Journées du patrimoine les 21 et 22  septembre, sont l’occasion de mettre en valeur un patrimoine méconnu : les croix qui jalonnent le sol français. Des initiatives récentes tentent de le restaurer, comme celle du diocèse de Tarbes et Lourdes, dans les Pyrénées. Ces croix sont aussi les témoins de ce qui a fondé la foi et la culture catholique depuis les origines.

L’initiative prise par le diocèse de Tarbes et Lourdes, «  Prendre soin des croix de nos villages  », a-t-elle répondu à vos attentes ?

Pascale Castillo : Cette opération lancée dans le diocèse lors du Carême et poursuivie jusqu’en juin 2019 a révélé l’attachement des habitants et des communautés à ces croix, témoins de la foi et signes de dévotion populaire. Elle a aussi permis de sensibiliser à ce patrimoine rural, discret mais fortement présent que des personnes viennent fréquemment fleurir. Des initiatives locales ont ainsi été lancées et ont permis de se mobiliser alors que dans certains villages, souvent avec le soutien des maires, on n’avait pas attendu cette invitation pour les consolider ou les repeindre. On peut donc exprimer notre satisfaction en soulignant qu’il faut continuer à veiller sur ces croix.

À travers ces croix et calvaires, c’est toute l’histoire religieuse des provinces de France qui se révèle ?

En partie en effet. Elles témoignent de la foi chrétienne dans nos villages. Elles y rappellent la présence du Christ et sont les signes visibles des missions prêchées dans les paroisses, au XIXe  siècle et au début du XXe, avec le souci permanent d’évangéliser et de vivifier la foi des fidèles. Elles perpétuent ainsi «  le souvenir du bien accompli  » et «  la grâce de la mission  ».

On reparle beaucoup de «  mission  » aujourd’hui, sous d’autres formes. Quelles sont les leçons à tirer de ces missions paroissiales, selon vous ?

Au XIXe  siècle, ces missions paroissiales avaient pour but de redynamiser les communautés et de les nourrir pour réveiller leur foi après des périodes troubles. On dirait aujourd’hui qu’elles étaient un mode d’évangélisation, tout comme le nouveau rayonnement donné aux sanctuaires mariaux dans notre diocèse. En ce sens, elles donnent à voir que chaque période trouve les moyens de faire connaître la Bonne Nouvelle, et que c’en est peut-être une pour aujourd’hui encore.

Mgr Nicolas Brouwet, évêque du diocèse de Tarbes et Lourdes, désire ainsi relancer les missions paroissiales durant l’année pastorale à venir. Ce sera sans aucun doute l’occasion pour les paroisses et les habitants des villages de poursuivre cette opération, pour nettoyer et prendre soin des croix de mission.

Retrouvez l’intégralité de l’entretien dans le magazine.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.