Pourquoi Léon Bloy ?

par Gérard Leclerc

mardi 19 mars 2013

Lorsque dans sa première homélie, prononcée le lendemain de son élection devant les cardinaux, le pape François a cité Léon Bloy, j’avoue que j’en ai été un peu estomaqué. Léon Bloy, le mendiant ingrat, l’auteur de si beaux livres, d’un journal incroyable, je l’ai au complet dans ma bibliothèque ! Mais voilà, cela se comprend par ma culture hexagonale ! Comment notre nouveau pape, venu d’un autre monde, avait-il fait connaissance avec un écrivain sulfureux, mais malheureusement presque oublié, même chez nous ? J’ai peut-être eu une explication grâce à Bernanos, qui a écrit à la fin de sa vie un merveilleux texte intitulé « Dans l’amitié de Léon Bloy ». Il y raconte son étonnement d’avoir trouvé, dans une humble maison de Pirapora au Brésil, une étagère où il avait reconnu aussitôt Le désespéré, La femme pauvre et Le Salut par les juifs. Explication : « L’Amérique du Sud tout entière a un culte pour Léon Bloy. »

Je connaissais ce texte mais j’avais complètement oublié cette mention : « Oui, écrivait Bernanos, pour des milliers d’hommes à travers le monde, ce vieil homme est un ami. » J’ai relu avec une sorte de fièvre cette évocation, et au fur et à mesure, je me suis rendu compte qu’entre le mendiant ingrat et le pape François il y avait une profonde connivence : « Léon Bloy a été le prophète des Pauvres, des vrais Pauvres, des derniers survivants de l’ancienne Chrétienté des Pauvres. (…) Je me demande si Léon Bloy n’a pas été le dernier prophète du peuple des Pauvres. » Tout serait à reprendre de ces pages brûlantes. J’en retiens encore cette remarque que Bernanos tire de la parole évangélique : « Lorsque je reviendrai, trouverai-je encore des amis chez vous ? » « Mais précisément, les vrais amis du Christ sont les pauvres. Trouvera-t-il encore des pauvres, de vrais pauvres ? »

Je sais bien qu’il faudrait opérer une herméneutique serrée de tels propos, pour discerner en quoi ils peuvent se rapporter au pape François. On sait que son amour des pauvres est tout à fait concret, qu’il se rapporte a ses amis des favelas qu’il a toujours voulu accompagner. Mais n’est-ce pas aussi parce que les pauvres sont proches du Christ, qu’ils obligent à un dépouillement personnel, intérieur, dont François d’Assise a été le modèle, parce qu’il voulait ressembler au Christ ? Certains ont trouvé qu’il y avait du progressisme dans cet amour privilégié du pape François. En ce cas, je comprends très bien ce progressisme, parce qu’il est le contraire d’une dérive idéologique, parce qu’il est purement évangélique et qu’il n’a d’intérêt pour le progrès que s’il nous rapproche graduellement de Dieu. L’Église ne doit pas être une ONG, a dit le pape François, elle doit nous conformer au Christ.

Chronique lue sur Radio Notre-Dame le 19 mars 2013.

— -

https://fr.calameo.com/read/000435659009f32a9e4e8

Pour aller plus loin :

Messages

  • Merci ! j’ai moi-même été étonnée de cette belle référence à mon cher Léon Bloy, si méconnu en France de son vivant et aujourd’hui. Voilà l’explication, mais ça ne dit pas comment Bloy a pu être autant diffusé en Amérique latine.

  • Sans doute la diffusion de l’oeuvre de Léon Bloy en Argentine et, plus largement, en Amérique latine est-elle liée à la réflexion qui s’est développée en cette région du monde et durant l’entre-deux guerre, sur l’anti-libéralisme dans la ligne d’un catholicisme intransigeant. On lisait Joseph de Maistre ou Bonald, mais c’est aussi la pensée maurrassienne qui s’y est largement répandue, d’abord à travers les premiers ouvrages de Maritain, fortement marqués par la pensée du maître de Martigues, et ensuite à travers la critique sévère que fit le père Julio Meinvielle du Maritain d’Humanisme intégral dès 1937 et entre 1945 et 1948.

    Du reste Maritain, dont Léon Bloy était le parrain de Baptême, a lui-même donné une conférence en Argentine sur l’auteur de La Femme pauvre le 9 octobre 1936. Sur toutes ces questions, on peut se reporter à l’ouvrage d’Olivier Compagnon, Jacques Maritain et l’Amérique du sud. Le modèle malgré lui, Presses Universitaires du Septentrion, 2003. Du même auteur, un article plus condensé est en ligne : http://hal.inria.fr/docs/00/39/56/01/PDF/Doc_9_-_Maurras.pdf sur "Le maurrassisme en Amérique latine. Étude comparée des cas argentin et brésilien."

    En tout cas, Bernanos, qui se disait le fils spirituel de Léon Bloy a dû être heureux de voir son oeuvre déjà aussi connue en Amérique latine et il ne s’est sans doute pas privé de contribuer à sa plus grande diffusion.

  • comme vous j’ai été tres surpris et ravi d’entendre notre Pape citer Leon Bloy, dont j’ai les oeuvres complètes héritées de mon père
    depuis je recherche la réference
    merci de votre aide

  • C’est avec une grande joie que j’ai entendu le Pape citer Léon Bloy !Je connaissais la citation pour l’avoir lue quand j’ai découvert ses oeuvres il y a très longtemps.
    "Quand vous ne parlez pas à Dieu ou pour Dieu,c’est au Diable que vous parlez....et il vous écoute dans un forminable silence"
    Un Trappiste raté Léon Bloy
    C’est dans un album de la revue "Le Chat Noir",en 1882
    que Léon Bloy a écrit cette phrase de sa propre main.Un fac-simile de cette illustration se trouve sur la planche III entre les pages 32 et 33 du Volume II de la biographie de Léon Bloy en 3 volumes par Joseph Bollery- Edition Albin Michel 1949.Intitulé:Léon Bloy Ses débuts littéraires-du"Chat noir" au "Mendiant Ingrat" 1882-1892.
    Léon Bloy,approuvé et cité par le Pape François,quelle récompense mais si tardive,hélas !

    • Il me semble que cette phrase de Léon Bloy se trouve également dans le tome de son Journal : Le Pèlerin de l’Absolu (1910-1912). Ce volume figure dans le tome II du Journal publié dans la collection "Bouquins", chez Robert Laffont. A vérifier...

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.