Politique et religion aux États-Unis

par Gérard Leclerc

lundi 10 septembre 2018

La crise qui affecte l’Église américaine, pour être comprise, exige une bonne connaissance des réalités d’outre-Atlantique. Je n’ai pas cette connaissance, du moins celle de terrain. Cela n’empêche pas de se saisir des documents qui peuvent instruire et éclairer, ne serait-ce que par comparaison avec notre situation à nous. La France et l’Europe apparaissent, en effet, moins marquées par les relations étroites du politique et du religieux. Par exemple, les dirigeants américains n’hésitent pas à faire part de leurs convictions religieuses, notamment au cours des campagnes électorales. On se souvient que François Fillon avait presque créé le scandale en affirmant les siennes lors de la campagne présidentielle.

Aux États-Unis, cela va beaucoup plus loin, avec des affirmations militantes qui établissent de véritables clivages entre démocrates et républicains. Le phénomène s’est renforcé dans les années 80 et 90, et l’élection présidentielle de 2000 a marqué une évolution considérable avec l’arrivée du président George W. Bush à la Maison Blanche. De ce point de vue, il y a eu un renversement : les protestants évangéliques sont passés massivement dans le camp républicain, ainsi que les catholiques non hispaniques qui votaient autrefois démocrate. Parallèlement, le personnel républicain s’est distingué du personnel démocrate par sa pratique religieuse. Samuel P. Huntington n’hésite pas à parler d’une véritable fracture religieuse au sein de la politique américaine : « Le taux de fréquentation des Églises est devenu un indicateur plus fiable du comportement électoral que le niveau du revenu et la classe sociale. » [1]

Tout cela nous explique comment, dans la crise actuelle de l’Église des États-Unis, une certaine opposition au Pape est justifiée aussi par des facteurs politiques. Je ne sais s’il faut s’en féliciter, surtout lorsque cela se traduit polémiquement. Cela pourrait s’avérer désastreux, si les passions idéologiques l’emportent sur l’esprit de l’Évangile et la doctrine sociale chrétienne. Puisse une véritable conversion des cœurs mettre en symphonie l’engagement politique et la foi profonde des chrétiens.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 10 septembre 2018.


[1Samuel P. Huntington, Qui sommes-nous ? Identité nationale et choc des cultures, Odile Jacob poches (réédition 2018).

Messages

  • Le fait qu’un juge américain attende la fête du 15 aout pour faire un bilan d’abus sexuels commis par des membres du clergé sur une période de 70 ans avec un chiffre de 3000 cas ,laisse à penser que son initiative relève d’une attitude partiale et idéologique. La justice américaine est une industrie avec des cabinets d’avocats toujours en recherche de grain à moudre. Certains d’entre eux vont harceler d’anciens élèves d’instituts religieux pour leur faire rechercher si dans leur jeunesse ils n’auraient pas été l’objet de gestes d’affection de la part de certains prêtres., ce qui est le cas de la majorité des prêtres qui s’occupent des jeunes, comme le font les parents ou les amis de la famille qui, par exemple, consolent un enfant qui pleure ou le félicitent après un succès méritant. A partir de là ces avocats conseillent aux intéressés de faire un signalement d’agression sexuelle même après plusieurs décennies, en faisant miroiter la possibilité d’un dédommagement financier dans lequel ils auraient leur part. On peut ainsi arriver à des chiffres énormes. C’est un peu la même chose pour les agressions vis-vis des femmes. .Dans certaines entreprises des dirigeants refusent de monter seuls dans un ascenseur avec une femme et exigent que la porte de leur bureau reste ouverte quand ils en reçoivent une. N’oublions pas l’affaire d’Outreau en France , ni le film "les risques du métier" qui concernait un instituteur et ne généralisons pas ce qui doit être jugé au cas par cas.

  • Il semble que l’épicentre des attaques convergentes contre le pape François soit les USA.
    Les condamnations papales, fermes et sans ambiguïté, des méfaits de la société néo-libérale ont prodigieusement déplu outre-Atlantique.
    Tant que les successeurs de Pierre dénonçaient le communisme - donc Moscou -, le néo-conservatisme les applaudissait. Mais oser toucher à la fortune et à l’injustice sociale, ça, les néo-cons ne peuvent le tolérer ! Et toute la puissance de la machine médiatique au service du deep state et du conservatisme se met aussitôt en branle pour contrer la menace, faire obstacle à l’impudent et l’anéantir...
    La machine est bien rodée et redoutablement efficace (il est vrai, face à une opinion publique largement abêtie et ayant paresseusement abdiqué tout discernement et tout sens critique).
    C’est le règne du mensonge (*), de la cabale et de la calomnie. Les accusations les plus fantaisistes trouvent audience dans la mesure où la quasi-totalité des médias les relaient avec complaisance.
    En dépit de l’énormité et de l’absurdité des affirmations dont sont abreuvés les Américains, il en est peu qui les remettent en cause. Par exemple la masse invraisemblable d’accusations visant la Russie, déclarée ourdir en permanence de noirs complots et tirer la moindre des ficelles supposées nuire aux États-Unis...
    La France, en dépit d’îlots de résistance, a progressivement adopté la même attitude et les mêmes dérives.
    Russie, Église catholique, Syrie, Ukraine, terrorisme islamiste, Union Européenne : il n’est guère de sujet important et sensible qui ne soit gangréné par les "fake-news" et les accusations de complotisme, dès lors que des citoyens indépendants d’esprit refusent de gober béatement la doxa commune.

    * https://www.les-crises.fr/le-mensonge-permanent-la-plus-grave-des-menaces-par-chris-hedges/

  • L’idée que "l’épicentre des attaques convergentes contre le pape François soit les USA" n’est pas à exclure. Et à travers lui, ne serait-ce pas l’Eglise catholique dans son ensemble qui est visée ? Sans nier que de graves et nombreux abus sexuels aient eu lieu, ce n’est cependant pas sans raison qu’en réaction à l’article "Mgr Vigano" le message du 03/09 02:22 cite le 15 août 2018 et Josh Shapiro comme par hasard ou par magie le coup d’envoi à ce qui a suivi.

    Ce n’est pas faire de l"’antiaméricanisme" que de dénoncer la politique extérieure des dirigeants US, et force est d’en constater les dégâts : H. Clinton de son propre aveu assumait la création et le financement d’Al Qaïda dans le but que l’on sait ; sur l’assassinat de Kadhafi elle parodiait fièrement J. César 42-45 ans av. J.C. "Nous sommes venus, nous avons vu, il est mort !". On découvre, tardivement, et on subit les effets d’une politique à courte vue ; Trump, lui, fonctionne à coups de sanctions et des pays tombent par poignées sous ses coups, ce mister president agissant comme un célébrant jonglant généreusement du goupillon sur la tête de ses ouailles.

    La pieuse citation ornant le dollar US contiendrait-elle une erreur de frappe ? et lire plutôt : "IN GOLD WE TRUST"...

  • Actuellement, ce sont 34 états plus le district de New-York (sur 52 états) qui ont une enquête en cours, ou prévoient d’en faire, ou l’ont diffusée sur les abus sexuels du clergé aux USA. Ceci va aboutir à des procès qui laisseront des paroisses en ruines et les jurés ne sont pas tous des pervers anti-cléricaux. La réponse du Vatican n’est pas adaptée à la situation, comme si l’Eglise n’avait pas conscience de la réalité et de la gravité des accusations. J’ai connu des prêtres et religieux se conduisant mal, mais à l’époque, dénoncés, ils sont partis d’eux-mêmes sans avoir besoin d’être expulsés de l’Eglise

  • @ Gilberte
    Il semble que le cas du clergé américain soit un peu particulier. Le cardinal Mc Carrick, qui est de moeurs "italiennes", avait tissé (ou perpétué, on ne sait) un vaste réseau de gens partageant ses penchants et ses pratiques.
    Tout cela, c’est fort peu dans les préceptes de l’Évangile et pas du tout un modèle de profil pastoral...
    Comment s’étonner ensuite qu’il y ait eu tant de victimes de pratiques sexuelles déviantes et criminelles ?
    Le clergé - tout en admettant qu’il est constitué d’êtres humains, imparfaits - devrait être un modèle de vertu. Ceci est d’autant plus impérieux que nos sociétés sont gangrénées par une érotisation omniprésente et par la banalisation de la pornographie (dont les profits commerciaux sont difficilement imaginables par le profane).

    Il faut donc vigoureusement nettoyer les écuries d’Augias (Curie y comprise...) !
    Sans, toutefois, se laisser culpabiliser par les Tartuffes qui profitent de la situation pour régler des comptes avec le pape ( lui régler son compte, devrait-on dire). La ligne de crête est difficile...

  • Non, aux USA les jurés ne sont pas tous des crétins ; il est tout aussi vrai que les prêtres catholiques ne sont pas tous des prédateurs. Distinguer le vrai du faux est difficile et les enquêtes menées à la légère sont exclues. On dit que dans les prisons croupissent parfois des innocents alors que des criminels sont dehors ; il pourrait en être de même pour des prêtres. Un site italien dit-on montre une photo des prélats US et du pape réunis le 13/09 s’esclaffant joyeusement dit la légende dans la situation où se trouve l’Eglise. Ces attaques sont-elles dignes ?

    Voyons plutôt : un missionnaire dans la brousse africaine se trouve face à un lion menaçant. Alors notre homme s’agenouille et lance en tremblant : "Mon D-Dieu, do-nn-ez svp à ce li-on des senti-ti-ments chré-rétiens". Et voilà que le lion se met sur ses pattes arrières, joint ses deux pattes avant et envoie, à son tour, une prière : "Mon Dieu, bénissez le repas que je vais prendre".

    .

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.