Persécutés et oubliés ? Défendre les chrétiens sans défense

par Ines A. Murzaku, traduit par Vincent

mercredi 15 avril 2020

© AED

Il y a quelques jours, je suis allé voir mon mécanicien libano-américain de confiance pour une vidange. Les chrétiens d’Orient ont toujours eu un penchant pour discuter de théologie, de politique et de race - et en ce qui concerne la théologie, les Orientaux ont toute la théologie qu’ils pourraient vouloir discuter et contester. Par conséquent, mon passage de routine au garage se transforme généralement en discussions intéressantes sur la théologie, l’histoire de l’Église et, plus récemment, l’état des chrétiens persécutés en Orient.

Je suppose que c’est l’un des avantages de mon statut d’historienne de l’Église. Il se trouve que mon mécanicien venait de rentrer du Liban, où il était allé pour les funérailles de sa mère. Il avait beaucoup à me dire sur la persécution et le harcèlement dont souffrent les chrétiens libanais de la part de la majorité musulmane et sur les récentes manifestations - le Hezbollah est actuellement la principale force politique du pays.

Lui et sa famille sont chrétiens de naissance, ils sont donc officiellement autorisés à adorer librement. Ce n’est pas toujours le cas dans la pratique, d’autant plus que le nombre de chrétiens au Liban diminue progressivement, et se référer aux chrétiens comme une minorité discrète est devenu la norme. Selon les statistiques, en 1970, le Liban était chrétien à 62%. En 2010, la population chrétienne au Liban a été considérablement réduite, à environ 36%. Les catholiques maronites constituent le plus grand groupe chrétien, à l’exception de l’ajout récent de réfugiés syriens. L’islam et les musulmans sont devenus respectivement la principale religion et le principal groupe religieux du pays.

Eh bien, la conversation s’est poursuivie et l’un des principaux points soulevés par mon mécanicien a été de savoir comment les gens de l’Occident, et en particulier le Saint-Siège et le Saint-Père, ont oublié le sort des chrétiens du Liban et leur combat pour survivre. Au lieu de cela, le Vatican s’est beaucoup plus intéressé au changement climatique et à d’autres questions politiques qu’à l’extermination des chrétiens au Moyen-Orient. Il répétait sans cesse : « Nous [les chrétiens] sommes en train d’être effacés » et l’Occident s’est détourné.

Bien après avoir quitté son atelier, je n’arrivais pas à me remettre cette conversation. L’Église en Occident a traversé le scandale sexuel, la corruption financière, la controverse de Pachamama, des perquisitions financières au Vatican, une intrigue politique, une controverse sur les viri probati et l’ordination de femmes au diaconat. Pendant ce temps, la situation au Moyen-Orient s’est détériorée au point que les frères et sœurs chrétiens des pays qui ont donné naissance au christianisme pourraient s’éteindre au cours des prochaines années.

Alors que se déroulait la célébration de la controversée Misa por la Tierra Sin Males (Messe pour une terre sans mal) et que la Pachamama était exposée à l’église Sainte-Marie-de-Traspontine-Carmélite, un événement important se déroulait dans la basilique Saint-Barthélémy. sur l’île du Tibre à Rome - bien que peu en aient entendu parler.

L’événement n’a pas reçu la même attention que celle reçue par Pachamama et le synode sur l’Amazonie dans les médias. La fondation pontificale Aide à l’Église en Détresse a publié un nouveau rapport « Persécuté et oublié ? » en se concentrant sur la persécution chrétienne entre 2017 et 2019. Comme ce rapport le démontre amplement, les chrétiens sont la communauté religieuse la plus chassée et persécutée au monde.

Il présente quatre études de cas et douze profils de pays, et détaille la persécution chrétienne en Birmanie (Myanmar), en République centrafricaine, en Chine, en Égypte, en Inde, en Irak, au Nigéria, en Corée du Nord, au Pakistan, aux Philippines, au Sri Lanka et au Soudan. Les données sont alarmantes, détaillant la persécution accélérée des chrétiens dans le monde - une tendance qui ne semble pas changer de cap.

En juillet 2019, des islamistes ont tué quatre chrétiens au Burkina Faso et menacé également d’en assassiner d’autres s’ils refusaient de se convertir. En Inde, « la police du district de Jaunpur, dans l’Uttar Pradesh, a inculpé 271 chrétiens de "propagation de mensonges sur l’hindouisme" et d’utilisation de drogues pour inciter les gens à se convertir ».

Le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Églises orientales, qui a présenté le rapport, a exhorté les gens à avoir le courage d’appeler « le mal par son nom » - le mal qui fait rage dans les cœurs et détruit les églises, alimentant la haine et la vengeance.

Histoire après histoire, l’alarme sonne : les chrétiens sont chassés de leurs terres ; le christianisme est déraciné. En Irak, par exemple, « la population chrétienne a continué de décliner. Les chrétiens étaient au nombre de 1,5 million avant 2003 et pourtant, à l’été 2019, les chrétiens en Irak étaient "bien en dessous" de 150 000 et peut-être même en dessous de 120 000. Cela signifie qu’en l’espace d’une génération, la population chrétienne irakienne a diminué de plus de 90%. »

Pourquoi les chrétiens sont-ils persécutés et pourquoi sont-ils oubliés ? De toute évidence, les chrétiens sont persécutés pour le fait même d’être chrétiens et de suivre le prototype du martyre - le Fils de Dieu sur la croix. Le monde, qui n’a pas reconnu Dieu, l’a persécuté. On peut en dire autant du monde d’aujourd’hui : le monde laïc postchrétien, impie et lâche, ferme les yeux sur leur sort et leur persécution.

Peu d’histoires de persécution filtrent jusqu’à l’Occident laïcisé, qui s’est presque transformé en une conspiration du silence. Il semble que tout le reste soit plus important que le sort des chrétiens. L’Occident sécularisé a trop peur d’appeler le mal de la persécution chrétienne par son nom.

Comme mon mécanicien, beaucoup souhaitent que les dirigeants de l’Église accordent moins d’attention à Pachamama et au changement climatique à long terme et plus d’attention à une menace immédiate : les chrétiens persécutés qui sont au bord de l’extinction. L’Église pourrait consacrer beaucoup plus de son énergie à donner la parole aux sans-voix. Le mal de la persécution chrétienne et de la disparition forcée du christianisme de l’ancienne patrie de la Foi doit être appelé par son nom, même s’il est politiquement incorrect.

La défense des chrétiens sans défense n’est peut-être pas à la mode, même dans l’Église de nos jours, et peut même conduire à des tensions avec d’autres confessions et divers régimes. Mais c’est le mal qui est le plus négligé et, par conséquent, la plupart réclament une action en ce moment, non seulement par les chrétiens mais par le monde entier.


Voir en ligne : Source

Messages

  • Nul ne peut nier le fait que le nombre de chrétiens continue de diminuer en Orient. Quand à leur probable disparition totale de cette région, ça...

    Sans entrer dans le détail de cet article, il est seulement (et légitimement) permis de regretter le fait que "le statut d’historienne de l’Eglise" soit représenté par un porte-parole "libano-américain" qui, sous sa combinaison de mécanicien, assouvit son désir de parler "théologie, politique et race" entre une vidange et un changement de roue. En fait, ce billet ne reflète et très clairement que les sentiments de son auteure concernant l’attitude de l’Eglise en général et celle du pape François en particulier au regard de la situation des orientaux chrétiens.

    La plume de Mme Murzaku est, dans l’état actuel des choses, éminemment politique et, faut-il le souligner, excessivement dangereuse : ce mécanicien "avait beaucoup à (lui) dire sur la persécution et le harcèlement dont souffrent les chrétiens libanais de la part de la majorité musulmane et sur les récentes manifestations - le Hezbollah est actuellement la principale force politique du pays"...

    Voler au secours des chrétiens sans défenses semble partir d’un bon sentiment, sauf que parfois, "l’enfer est, dit-on, pavé de bonnes intentions". Il faut rappeler - ce que Mme Murzaku semble oublier - que les Libanais chrétiens n’hésitent pas à faire entendre leur voix à Rome par l’intermédiaire de leurs pasteurs respectifs. Parler de "persécution" des Libanais chrétiens par leurs compatriotes musulmans n’est-ce pas, à ce stade, quelque part disproportionné ?

    Pompiers pyromanes : métier apparemment très tendance... Mme Murzaku aurait peut-être intérêt à changer de mécanicien.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.