Bande dessinée

Les papes, l’empire, les barbares

par Aymeric Jeanson

mercredi 12 juin 2019

Les deux premiers tomes de la collection «  Un pape dans l’Histoire  » viennent de paraître aux éditions Glénat, en partenariat avec le Cerf. Une belle occasion de se pencher sur quelques grandes figures parmi les 266 papes qui se sont succédé sur le trône de saint Pierre.

Pas d’ambiguïté pour les amateurs du genre : il s’agit bien de bande dessinée historique. Graphisme classique, décors soignés, récits faisant la part belle aux flash-back sans en abuser… D’entrée, le lecteur se retrouve en terrain connu. Le trait est précis, le rythme de lecture agréable. Au lieu d’un surplus indigeste de textes, la rigueur documentaire se fond idéalement dans les nombreux personnages et des ambiances de couleurs qui rappellent le péplum.

Ces deux récits forment chacun une fresque colorée, violente et profondément humaine, où se mêlent les destinées de l’Empire et de l’Église. Un personnage essentiel les rassemble, omniprésent : Rome. Et cette unité de lieu, historique et spirituelle, suffit à tout résumer.

Motif tissé par les passions et la grâce

Car tel est l’enjeu réel de la collection : rendre visible, grâce aux qualités propres de la bande dessinée, ce que l’Histoire doit au motif tissé par les passions humaines et par la grâce. Quel meilleur exemple que celui de Pierre, premier des apôtres ? Hémiplégique de la foi, pétri de contradictions, Simon est pourtant devenu «  Kephas  », le rocher. Avec finesse, le scénario reprend quelques épisodes de l’Évangile en les tressant autour de l’écho de cette nouvelle naissance. Car tel est l’événement fondateur, d’une résonance spirituelle et historique inestimable, qui fait de Pierre le premier pape.

La primauté de Pierre

Et introduit de fait l’un des thèmes majeurs de la collection : celui de la primauté de l’évêque de Rome. Quatre siècles plus tard, Léon le Grand lutte toujours pour la préserver. Face aux hérésies, comme le nestorianisme qui fait de Jésus un dieu détaché de toute part d’humanité. Face aux soubresauts sanglants des successions de l’Empire. Et, ce que l’Histoire retiendra avant même son triomphe du concile de Chaldédoine, face à Attila, l’incarnation de l’épouvante de son temps.

Retrouver l’intégralité de l’article dans notre magazine.

Saint Pierre, une menace pour l'empire romainBernard Lecomte, Pat Perna, Marc Jailloux, Saint Pierre, Une menace pour l’empire romain, éd. Glénat/Le Cerf, 56 pages, 16 €.






Léon le grand. Défier AttilaBernard Lecomte, France Richemond, Stefano Carloni, Léon le Grand. Défier Attila, éd. Glénat/Le Cerf, 56 pages, 16 e.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.