Les flammes de Notre-Dame

par Gérard Leclerc

mercredi 24 avril 2019

© Michel Pourny

Après la sidération, l’horreur, le chagrin de tout un peuple, partagés, bien au-delà de nos frontières, les flammes de Notre-Dame nous interrogent profondément et à tous égards. Il y a, évidente à tous, la signification d’un monument, l’une des merveilles du monde. Sans la présence de la beauté, et le témoignage que lui apporte l’art sous toutes ses formes, il n’y a pas d’humanité. Et si nous sommes déchirés à la vue de la beauté qui se consume, c’est que quelque chose d’essentiel est touché en nous. Si nous y étions insensibles, c’est que notre cœur manquerait à ce qui innerve la part la plus précieuse de nous-mêmes. Certes, on peut se demander s’il n’y a pas quelque disproportion en faveur du sens esthétique, alors que par ailleurs tant de malheurs et de souffrances devraient, par priorité, nous bouleverser. Mais nous serions imperméables à toute compassion, s’il n’y avait en nous-mêmes ce foyer où la vérité, la bonté et la beauté participent à un même chœur de louange et de vénération.

Expression de la foi chrétienne

Notre-Dame de Paris n’est pas n’importe quelle œuvre d’art. Elle est l’expression magnifique de la foi chrétienne qu’une multitude d’artistes a portée à un rare degré de perfection. La beauté y est toute au service de la vérité, celle qui apporte le Salut. N’importe quel visiteur, même et peut-être surtout le plus ignorant du mystère chrétien, ne peut manquer d’être troublé par la signification d’un tel monument, qui vous arrache à la médiocrité quotidienne. Notre humanité serait-elle donc supérieure à l’horizon clos de nos sociétés, même lorsqu’elles se flattent d’être orientées vers le progrès ? Le transhumanisme ne devient-il pas ridicule face à l’espérance de la vie éternelle ? Et l’histoire contemporaine n’est-elle pas dévitalisée d’avoir perdu la perspective de ses origines et la pédagogie de l’Alliance avec Dieu ?

La vision du Ressuscité

Enfin, que la tragédie de la cathédrale ait eu lieu au début de la Semaine sainte ne manque pas de nous troubler aussi. L’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, dans son homélie de la messe chrismale à Saint-Sulpice, n’a pas manqué d’insister sur l’analogie qui existe entre le bâtiment de pierre et les pierres vivantes que constitue l’Église : «  La cathédrale revivra, elle se redressera, nous sommes dans la Semaine sainte. Nous croyons à la résurrection mais également à tout ce que le Seigneur a fait par nos mains, en particulier cette cathédrale. Mais pour qu’elle revive, il nous revient de recevoir cette vie qui ne vient que de Dieu qui transporte les intelligences et les cœurs.  » Il y a aussi analogie entre Notre-Dame à reconstruire et l’Église à relever de ses misères présentes. Mais de toutes nos tragédies, émerge la vision du Ressuscité !

Pour aller plus loin :

Messages

  • Beaucoup de gens voudraient comprendre l’origine du sinistre. Des explications diverses ont été données. Je pense à des ouvriers qui fumaient ... mais aussi au témoignage de l’ancien architecte en chef de Nore-Dame .... Pour votre information en faisant mes recherches sur internet j’ai appris qu’en France au mois dernier ce n’est pas moins que onze églises qui ont été détruites par des incendies. Cela pose pas mal de questions ....

  • La charrue avant les bœufs :
    - Sans prendre du tout en compte les estimations de faisabilité de la part des spécialistes (plus de 1000 experts), Macron veut ’sa Notre-Dame’ dans 5 ans (même en mettant un peu plus de sur-dimension de son ego, il n’a tout de même pas osé dire ’3 jours’ ...). Tout le monde est donc aveugle ??? Personne voit le but de la manœuvre ? si les JO avaient lieu en 2025, il aurait dit ’6 ans’, 7 si les JO avaient lieu un an plus tard.
    - Tout le monde y va de son commentaire sur la certitude d’un possible ’attentat’, sans attendre des explications officielles ... (fausses ou non, on pourra le discuter à ce moment-là), mais on oublie qu’il y a eu dans les 3 dernières années des incendies du même type dans la restauration d’une église et celle d’un château et que des explications scientifiques sont tout à fait plausibles. Lire entre autres https://www.sciencesetavenir.fr/fondamental/notre-dame-comment-debute-un-incendie_133024

    Quant aux réactions des autorités religieuses :
    - Mgr Aupetit : "c’est pas très sympathique (!!!) de la part de notre président de n’avoir pas parlé des catholiques ...". Un certain évêque de Genève du début du XVIIe siècle se serait exprimé ... disons euh ... tout à fait autrement !
    - Sa Sainteté le Pape François « est proche de la France » , il "dit son « affection » aux Parisiens et aux Français", parle d’ un "édifice historique. et d’un "symbole national cher au cœur des Parisiens".
    Il faut que ce soit Bernard Plessy sur un superbe article de France Catholique pour oser parler du Signe que Notre-Seigneur nous envoie ("[...]L’aveuglement surnaturel – mystérieusement voulu par Dieu – ne saurait tenir : Notre-Dame en flammes crève les yeux"[...])

    Mon Dieu, QUELLES AUTORITÉS RELIGIEUSES AVONS-NOUS ?????

  • De nos jours, poser des questions fait de vous "un complotiste" alors puisque Kerkhove dans son commentaire aborde le sujet, je serai un méchant petit canard : s’est-on posé la question des investisseurs qui lorgnent sur la Cité avec l’hôtel Dieu, le palais de justice, le 36 quai des orfèvres et qui rêvent à coup de milliards d’opérations juteuses depuis des années. La cathédrale les gênait beaucoup : ils aimeraient tant faire de Notre Dame un cirque Barnum avec Quasimodo et Esmeralda pour touristes débiles. Mais je m’arrête, je verse dans le complotisme le plus "indécent", il est vrai que l’on a trouvé cinq petits mégots de cigarettes qui expliquent bien sûr l’embrasement, toute personne intelligente est contente : on a trouvé l’origine du sinistre !!!!
    Quant au commentaire de Denys Perrin, je le trouve tellement juste mais que dire.? J’imagine que Benoit XVI a plus pleuré sur Notre Dame que notre pape François qui n’aime pas trop les cathédrales, à Strasbourg, il n’a même pas cru bon d’aller visiter les lieux.
    On imagine que devant l’embrasement de Notre Dame, tous les papes auraient eu les mots justes mais notre pape François est tellement occupé des migrants qu’il n’a certainement pas le temps de s’attendrir sur "des amas de pierres" je suppose..

    Aujourd’hui pour certains cathos pleurer Notre Dame vous fait passer pour un mauvais chrétien : on oppose des pierres aux hommes ; ma première visite d’enfant à Notre Dame me mit devant l’immensité du lieu mais je me souviens d’une dame qui pleurait, pleurait agenouillée dans une chapelle latérale et qui priait sans doute pour une personne aimée qui souffrait. En voyant s’embraser Notre Dame, j’ai eu une pensée pour cette inconnue et pour les millions de personnes qui depuis des siècles ont confié à Notre Dame leur douleur ou leur joie.
    Non, les âmes de toutes ces personnes souffraient avec la cathédrale de pierre et brûlaient avec elle. Il ne s’agit donc pas d’un tas de pierres.
    Moi quand j’ai vu Notre dame si souffrante deux jours plus tard, j’aurais voulu l’enlacer pour la consoler, j’étais si triste : il n’y a pas à dire n’est ce pas Mme Gaulmyn ? je suis une catho qui s’attache plus aux vieilleries qu’à la société inclusive

  • L’article de Bernard Plessy est, en effet, très bon et mérite qu’on s’y arrête. D’autre part, à l’annonce de l’incendie qui a ravagé Notre Dame des messages de personnalités politiques et autres ont afflué du monde entier. Le pape François, quant à lui, s’est exprimé dans un télégramme daté du 16 avril adressé à Mgr Aupetit et dont ci-dessous un résumé :

    - "...je m’associe à votre tristesse ainsi qu’à celle des fidèles de votre diocèse, des habitants de Paris et de tous les Français.... je vous assure de ma proximité spirituelle et de ma prière...

    - cette catastrophe a gravement endommagé un édifice historique... elle a aussi affecté un symbole national cher au coeur des Parisiens et des Français dans la diversité de leurs convictions car Notre Dame est le joyau architectural d’une mémoire collective, le lieu de rassemblement pour nombre de grands événements, le témoin de la foi et de la prière des catholiques au sein de la cité..

    - En saluant le travail et le courage des pompiers... je forme le voeu que la cathédrale Notre Dame puisse redevenir... ce bel écrin au coeur de la cité, signe de la foi de ceux qui l’ont édifiée, église-mère de votre diocèse, patrimoine architectural de Paris, de la France et de l’Humanité".

    Le télégramme du pape François d’où a été extrait ce résumé est publié dans un site catholique ("Info Catho", sauf erreur) et les lignes ci-dessus n’ont pour objet que de compléter, s’il en était, l’information des lecteurs qui n’auraient pas eu accès à l’intégralité du message papal.

  • En complément du message du 3 mai, 23:46 prière de noter que :

    - concernant la réaction du pape publiée par "Info catho" et après vérification, il s’agit du télégramme officiel portant armoiries paru dans vatican ca.

    - on se souviendra que, lors de l’effondrement du pont de Gênes, en Italie, des offres d’aide aux travaux de déblaiement avaient été proposés par des pays, ce qui ne semble pas avoir été le cas dans les expressions de soutien envoyées par des personnalités politiques lors de l’incendie de Notre Dame. Ce rappel est à considérer pour ce qu’il, juste un simple constat.

    - la contribution du robot "Colossus" utilisé par les pompiers pour circonscrire l’incendie qui a ravagé Notre Dame aura été parcimonieusement, si l’on peu dire, mentionnée dans les media. Ce robot est pourtant un engin qui, sauf erreur, est à mettre au crédit de l’invention d’une société française. (Information à corriger, bien entendu, si nécessaire).

  • L’avalanche de "fake news" dont ce gouvernement nous inonde depuis des mois (par ex. « l’attaque » de la Salpétrière...) ne rend guère enclin à accorder un crédit sans réserve à ses déclarations concernant l’incendie de N.D.
    Cette précipitation, notamment, à écarter toute piste malveillante ne peut qu’enflammer les soupçons.
    Il apparaît indispensable que les autorités proposent des scénarios plus crédibles que ces indigents mégots jetés en pâture à la foule. Si tout le monde sait qu’un simple mégot peut enflammer très facilement une forêt estivale chargée de brindilles et d’essences dont le point d’éclair est dangereusement bas, tout un chacun doit comprendre que "la forêt" de Notre-Dame était d’une tout autre nature que les maquis épineux du Lavandou.
    Pour enflammer une forte poutre de chêne – multi-séculaire, de surcroît – il faut bien autre chose qu’un tas de mégots mal éteints. Un chalumeau y suffit à peine. Il faut un brasier primaire qui permette d’atteindre un niveau calorifique critique (qui est fonction notamment du point éclair du matériau à enflammer, de sa section et de son volume). Quiconque a tenté d’allumer et entretenir un feu de bois avec de grosses bûches le sait intuitivement.
    L’enquête et les expertises techniques en cours devraient pouvoir apporter des réponses précises et impartiales.

    Ce qui est remarquable dans ce drame, c’est la capacité du gouvernement à retourner la situation à son profit ; à confisquer la tragédie, pourrait-on dire, pour en tirer les marrons du feu. Avec une fragilité, toutefois : les effets de communication sont éphémères et susceptibles de retournement sous des vents contraires.
    Je ne suis pas le seul à avoir été sidéré par l’objectif quinquennal de reconstruction (tout le monde aura noté la convergence avec les JO) quand on sait que patience et longueur de temps sont des alliés indispensables pour entreprendre une restauration aussi sensible et complexe que celle de cette imposante et majestueuse cathédrale.
    Sidéré également et incrédule face à tant d’arrogance (ou alors d’affligeante bêtise) dans la bouche de monsieur Macron osant prétendre reconstruire Notre-Dame de Paris « plus belle encore » !!!
    Qu’elle prétention !
    Propos qui ont pris une coloration des plus sinistre depuis que l’ont sait qu’il est officiellement fait appel à un "concours de projets" de rénovation du joyau architectural de la chrétienté (l’écrin précieux qui abrite la couronne d’épines...). (*)
    Les délires mégalomaniaques n’ont pas tardé à sortir des cabinets d’architectes.
    Par exemple : http://m.leparisien.fr/amp/paris-75/10-projets-fous-pour-notre-dame-votez-pour-votre-prefere-03-05-2019-8065011.php

    Quand on sait l’empressement de ce gouvernement à vendre les bijoux de famille (AFP, Française des jeux, etc.) et brader les biens nationaux, quand on sait également que les neuf dixième de la superficie de l’île de la Cité sont propriété de l’État on ne peut que conseiller aux citoyens la plus extrême méfiance et la plus extrême vigilance quant à cette restauration-reconstruction de Notre-Dame.

    *) chaque premier vendredi du mois, des orthodoxes arrivent du fin fond de la Russie pour vénérer la précieuse relique confiée à la garde des Chevaliers du Saint-sépulcre...

  • Stanislas Guérini, cacique influent et Délégué général de La République en Marche : « Je ne crois pas qu’il faille reconstruire à l’identique » !

    Notre-Dame de Dresde, pour sa part, presque entièrement détruite par les bombardements incendiaires Anglo-Américains qui avaient rasé la ville, a été reconstruite à l’identique (1994-2005) !

    Cherchez l’erreur...

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.