Loi bioéthique

Le texte de tous les dangers

par Gérard Leclerc

mardi 24 septembre 2019

Pupitre de la Chambre de l’Académie nationale de Médecine, Paris, France
© KoS

Selon le président de la République lui-même, la loi bioéthique qui est discutée aujourd’hui dans l’hémicycle du Palais Bourbon est « le texte de tous les dangers ». Même s’il se rassure au motif qu’il a été très bien préparé, Emmanuel Macron craint, sans aucun doute, une division profonde du pays qui s’ajouterait aux autres causes de tension. On saura très vite si le ton monte entre les parlementaires, partisans ou adversaires du projet de loi. Et si l’opposition de la rue sera aussi massive qu’au moment du mariage pour tous. Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que le débat de fond est sérieux et qu’il va au-delà des problèmes posés par l’homoparentalité. Mais, à elle seule, cette question provoque des oppositions frontales. Ainsi Le Monde fait une ample publicité à Nanette Gartrell, « chercheuse américaine » qui affirme que les enfants élevés par un couple de femmes se portent aussi bien que les autres. Ils se porteraient même beaucoup mieux à l’en croire, parce que, je cite : « Aucun d’entre eux n’a souffert d’agression sexuelle ou de violence de la part d’un parent ou d’un proche », alors qu’il en va tout autrement pour les enfants élevés dans les familles dites hétérosexuelles. Cette différence est spectaculaire nous est-il asséné.

Ce n’est pas l’avis de notre Académie nationale de médecine qui vient de déclarer que « la conception délibérée d’un enfant privé de père constitue une rupture anthropologique majeure » et qu’elle n’est pas « sans risque pour le développement psychologique et l’épanouissement de l’enfant ». D’ailleurs, le professeur Mattei, ancien ministre de la Santé, qui a rédigé ce document met en cause « les données rassurantes des études menées dans des pays anglo-saxons et européens sur la santé et l’équilibre des enfants des familles homoparentales ». Non seulement, elles ne sont pas très convaincantes sur le plan méthodologique mais elles émanent d’évidence d’organismes militants.

Nier l’importance du père dans le développement psychologique de l’enfant peut conduire très loin, philosophiquement parlant. Les idéologues les plus extrémistes ne proposent-ils pas, en parfaite logique, d’en finir avec la reproduction naturelle sexuée, afin de poursuivre un projet de libération radicale de notre condition, en éliminant définitivement l’exploitation et la domination forcément masculines. N’est-ce pas la conclusion à tirer des propos de Mme Gartrell, opportunément mise en vedette par Le Monde à la veille de la discussion publique à l’Assemblée nationale. Oui, il se pourrait bien que le projet de loi soit le texte de tous les dangers, bien au-delà de la crainte du président de la République.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 24 septembre 2019.

Messages

  • Merci à l’Académie de médecine. Cependant, il convient d’aller plus loin dans la compréhension de la "rupture anthropologique". En effet, on s’en tient trop à des arguments factuels. Empiriquement, on ne démontre rien, ni pour ni contre. C’est plutôt l’entrée dans le Droit qui est grave, car le Droit induit une légitimation symbolique (proprement anthropologique). L’identité humaine, comme toute la culture (encore au sens anthropologique), implique le Tiers ou l’Autre, qui triangule la dyade mère-enfant. Même dans les sociétés dites matrilinéaires, la fonction de ce tiers existe, et c’est elle qui fonde l’interdit de l’inceste ; c’est une fonction qui sépare l’enfant de son ascendance. La forclusion de la fonction paternelle ouvre du côté de la disparition de l’interdit essentiel à l’humanité. La posthumanité qui nous attend devrait être une humanité sans généalogie, mais hyperconnectée. Oui, il faut entrer en résistance contre tout cela !

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.