30 ans après la chute du Mur

Le sang des martyrs

par Guillaume Bonnet

mercredi 6 novembre 2019

Orthodoxes et catholiques, furent les cibles prioritaires du communisme, dans un «  œcuménisme du sang ».

« Plus de Dieu en 1937.  » Le célèbre mot d’ordre de Staline, prononcé lors du lancement du plan quinquennal de 1932, devait être pris au pied de la lettre. Dans l’esprit du «  petit père des peuples  », il s’agissait d’éradiquer tout signe de présence chrétienne des terres socialistes. Le travail, il faut le dire, avait déjà été bien entamé dès les lendemains de la révolution d’Octobre. Le métropolite Vladimir, fusillé le 25 janvier 1918 dans la laure des Grottes de Kiev, est ainsi souvent considéré comme le premier martyr du communisme. En juin 1922, dans une lettre adressée au Politburo, Lénine avait été clair : «  Plus nous réussirons à fusiller de représentants de la bourgeoisie réactionnaire et du clergé réactionnaire, et mieux ce sera.  » Deux mois plus tard, le métropolite Benjamin de Petrograd est fusillé avec l’archimandrite Serge Chéine et deux laïcs : tous les quatre seront canonisés en 1992.

Chiffres vertigineux

D’abord aléatoires, les persécutions s’organisent. Une loi est adoptée dans la foulée du XVe congrès du Parti communiste de 1927 pour systématiser la déchristianisation. Les chiffres sont vertigineux. Sur les 70 000 églises et chapelles décomptées avant 1917, il n’en reste plus qu’une centaine d’ouvertes à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Et pour la seule année 1937, on estime que 85 000 prêtres orthodoxes auraient été assassinés, auxquels il faut ajouter 30 000 victimes de plus l’année suivante. Ceux qui ne sont pas tués immédiatement sont expédiés au Goulag, ou contraints de se terrer dans la clandestinité.

Les persécutions s’accompagnent de déprédations. Églises et monastères sont pillés, les œuvres d’art détruites et confisquées, les métaux précieux récupérés ou fondus. «  (...) de telle façon que nous puissions nous assurer un fonds de plusieurs centaines de millions de roubles-or  », écrivait encore Lénine, avec un froid cynisme, dès 1922.

Avec la Seconde Guerre mondiale, les persécutions s’atténuent. Staline sait que le vieux fond chrétien russe n’a pas été éradiqué comme il l’espérait en 1932. Dans son discours du 7 novembre 1941, il convoque même la figure du saint orthodoxe Dimitri Donskoï qui avait fait barrage aux Mongols au XIVe siècle.

Mais le dégel n’est qu’apparent et la politique antireligieuse, certes moins sanglante qu’avant-guerre, se poursuivra jusqu’à Gorbatchev, tandis qu’elle sera étendue aux pays satellites. Les catholiques uniates d’Ukraine sont visés, puis l’ensemble des gréco-catholiques et les catholiques romains en Europe centrale, où se multiplient les assassinats, emprisonnements et pillages. Beaucoup d’entre eux, depuis la chute du Rideau de fer, ont rejoint la cohorte des bienheureux. Le Père Jerzy Popieluszko, aumônier du syndicat polonais Solidarnosc, torturé à mort en octobre 1984 par la police politique du général Jaruzelski, a été béatifié en 2010. Sous le pontificat du pape François, pas moins de 53 martyrs du communisme – en Albanie, Roumanie, Croatie, Hongrie, Slovaquie, Pologne, Ukraine ou Lituanie – ont été béatifiés. Celle du cardinal Stefan Wyszynski, qui a combattu le communisme en Pologne, aura lieu le 7 juin 2020.

Trente ans après la chute du communisme, il est difficile de chiffrer précisément le nombre de chrétiens assassinés en raison de leur foi, tant le périmètre et la durée de la tragédie furent étendus. Sans compter les différents modes opératoires – de la fusillade de masse aux tortures individuelles – qui débouchèrent sur de nombreuses disparitions jamais documentées. Selon la Commission pour la réhabilitation des victimes des répressions politiques, 200 000 prêtres, moines et moniales orthodoxes russes peuvent être considérés comme des martyrs.

L’héritage de ces témoins demeure indispensable pour répondre aux défis de demain. «  Je voudrais ainsi vous encourager à porter la lumière de l’Évangile à nos contemporains et à continuer à lutter, comme ces bienheureux, contre ces nouvelles idéologies qui surgissent  » et cherchent à déraciner les peuples de leurs traditions culturelles et religieuses, exhortait le pape François à Bucarest le 2 juin dernier, lors de la béatification de sept évêques gréco-catholiques roumains, martyrs du communisme.

Messages

  • Merci pour cet écrit. Tous ces massacres de prêtres, religieux , religieuses ,russes, chiffre de 200 000 , font malheureusement mémoire à d’autres massacres, ceux qui ont eu lieu en France lors de la Révolution française . En quelques années dont celles e la Terreur, des milliers de prêtres, moines, religieuses, ont été massacrés en haine de la foi. chrétienne, catholique. Au total, je me réfère à la revue hors série n° 18 , Valeur Actuelle, parue en avril 2019 sur le thème, " le roman noir de la Révolution " ou apparaît un chiffe effrayant, 200 000 prêtres , religieux, religieuses assassinées durant la Révolution.... même chiffre, en plusieurs dizaines d’années du côté de l’union soviétique, ...en quelques années du côté de notre pays, La France.
    Il ne faut pas oublier que ce mouvement anti chrétien a pris son origine dans notre pays. Staline a continué les massacres anti chrétien qu’avait lancé Lénine. Lénine qui était venu se former en France pour savoir comment il pouvait détruire le peuple, les opposants à son régime, de manière légale : ...par les lois et décrets . C’est important de ne pas oublier la lourde responsabilité des hommes et des philosophes ( des Lumières) qui ont monté et organisé selon leur idéologie cette Révolution dont le seul but , ne l’oublions pas, était de détruire le christianisme.

  • Je pense qu’il faudrait sérieusement revoir les chiffres avancés. Comment pourrait-il y avoir 200 000 religieux tués pendant la révolution alors que l’effectif total du clergé à la fin de l’Ancien Régime est d’environ 130.000 ?
    Sur 2918 exécutions parisiennes, de 1789 à 96, on compte 319 ecclésiastiques (ce qui donne une première approche des proportions).
    Le nombre global des victimes de la période révolutionnaire est d’environ 290.000. Dont 180.000 vendéens et chouans et 87.000 "bleus" tués par les précédents !
    Valeurs Actuelles semble avoir un léger souci de calculette...

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.