Retour à l’affaire Mila

Le phénomène islamique

par Gérard Leclerc

mardi 4 février 2020

Musulmans priant
© Fred de Noyelle / Godong

Évoquant hier l’affaire dite Mila, du nom de cette jeune fille gravement menacée dans sa sécurité pour invective envers la religion musulmane, je me suis risqué à quelques considérations sur la notion de blasphème et la liberté de critique en matière de religion. Quelques amis m’ont interpellé à ce sujet, jugeant que je n’avais pas resitué les propos de Mila dans leur contexte, qui est celui d’un véritable harcèlement et d’un déchaînement de haine. De ce point du vue, ils ont tout à fait raison. L’exaspération de Mila ne se comprend pas sans connaissance précise de sa situation d’adolescente poussée à bout par un entourage insupportable, bientôt relayé par une orchestration qui aggravait considérablement les choses.

J’espère n’avoir pas donné l’impression de supporter ce lynchage moral. Peut-être n’ai-je pas affirmé suffisamment ma compassion pour cette jeune fille en m’évadant trop vite dans des considérations que je ne renie en rien mais qui avaient le défaut de m’éloigner de la singularité d’une situation personnelle. J’observe par ailleurs les commentaires de personnalités qui me sont souvent très proches et qui expriment leur colère à l’égard de la complaisance dont bénéficie l’islamisme de la part de ceux que paralyse la simple peur d’être accusés d’islamophobie. Je ne puis que les approuver, tant il est vrai que règne une inconscience totale de la part de ceux qui semblent ignorer les dégâts de l’islamisme dans des quartiers que François Hollande considère en état de sécession. L’ancien maire de Sarcelles, François Pupponi, vient de publier un essai vigoureux à ce sujet où il dénonce l’aveuglement de beaucoup à l’égard des déflagrations en puissance qui risquent de dépasser la violence des émeutes de 2005 [1].

Donc la lucidité se doit d’être entière. Autre chose est pourtant l’appréhension intellectuelle du phénomène islamique par rapport à la complexité de l’islam. Est-ce en jouant de la surenchère et de l’emploi du blasphème qu’on règlera la difficulté ? René Girard nous a trop mis en garde contre les ravages du mimétisme pour ne pas céder à la tentation des échanges d’invectives. En ce sens, on plaide souvent en faveur d’une laïcité apaisée. On devrait plaider aussi en faveur d’une laïcité intelligente.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 4 février 2020.


[1François Pupponi, Les émirats de la République, Éditions du Cerf, 280 p., 19 €.

Messages

  • Non, Cher Gérard Leclerc, votre article d’hier n’a pas été perçu par tout le monde comme "supportant un lynchage moral" mais plutôt comme une réaction claire et spontanée à des faits tels qu’ils ont été présentés ici et là. Ce qui, par contre, est certain c’est que le simple citoyen n’est pas au courant de ce qui s’est vraiment passé entre des internautes et une jeune fille, ce qui as vraiment été écrit, et pourquoi et comment. Dans une telle situation d’ignorance et de flou de partout il est évident qu’aucune opinion ne saurait être faite sur le sujet en question.

    Celà étant et usant, eux aussi, du droit à la liberté d’expression d’aucuns peuvent et doivent reconnaître, qu’il y a des propos qui peuvent et doivent être tenus différemment au niveau du langage : est-il vraiment nécessaire et indispensable que - n’ayons pas peur des mots - la scatologie infeste le vocabulaire de la liberté de s’exprimer pour critiquer qui que ce soit et quoi que ce soit ? D’autre part, il est bien entendu affirmatif que des harcèlements et des menaces de mort ne sauraient en aucun cas être tolérées mais, bien au contraire, être mis entre le pouvoir de la Justice. N’est-il pas, par ailleurs, regrettable qu’un échange de correspondance apparemment malheureuse sur les réseaux sociaux entre des inconnus soit érigé en presque une "affaire d’Etat" comme la qualifiée quelqu’un ? ajoutant qu’il était pénible à cette occasion et à ce niveau de voir et d’entendre s’invectiver sur les ondes et les plages satellitaires de respectables personnalités.
    Il est à espérer que la situation sera apaisée le plus rapidement possible laissant aux institutions concernées le soin d’y apporter les conclusions adéquates.

    "Ta langue est ta monture. Prends-en soin et elle prendra soin de toi" (proverbe oriental).

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.