Papauté

La succession des papes

par Frédéric Aimard

mercredi 22 juillet 2020

© Antoine Mekary / Godong

Ce livre fait 400 pages. Son plan est éclaté par un parti pris de comparaison des 6 ou 7 derniers papes, en décrivant les enjeux politiques, doctrinaux et pastoraux de chaque époque, esquissant des bilans. On entame la lecture avec un peu d’appréhension. Car on sent que l’auteur ne veut laisser aucun aspect de la fonction papale dans l’ombre…

On est d’abord abasourdi par le travail de synthèse réalisé par ce journaliste qui revisite un bon siècle d’histoire de l’Église de Rome avec son propre capital d’observations prises sur le vif et d’un demi-siècle de travail intellectuel, supposant la maîtrise des principaux textes – encycliques, discours, articles de presse – en plusieurs langues et avec les meilleures références biographiques. D’autant meilleures qu’elles recoupent souvent l’histoire de France Catholique. Ainsi sur Jean XXIII, il s’appuie sur notre ancien rédacteur en chef, le très regretté Luc Baresta. Et sur plusieurs affaires compliquées, comme celle de la communion et les divorcés-remariés, il utilise la documentation réunie en son temps par notre journal.

Ce qui fait la rareté de ce livre c’est d’abord son esprit impeccablement catholique, unitaire et œcuménique. Pas de pièges, pas de réticences, une tranquille assurance mais avec une mesure dans l’expression qui est tout le contraire de la volonté de convaincre de force. La démonstration n’en est que plus convaincante. Le cardinal Bea disait que «  chaque pontificat a sa physionomie qui correspond à la personnalité du Souverain Pontife, aux nécessités du temps et surtout aux desseins mystérieux de l’Esprit saint qui vivifie et guide éternellement l’Église.  » C’est ce miracle que nous fait revivre Denis Lensel en nous montrant ce véritable tuilage de papes. Des papes plutôt pasteurs, comme Jean XXII ou notre pape François, des papes docteurs voire professeurs, comme Paul VI et Benoît XVI, avec le cas tout de même unique de Jean-Paul II qui cumule les «  casquettes  » de philosophe, de théologien et d’athlétique apôtre des peuples…

La première partie remet dans notre mémoire les personnages de cette histoire sainte. La seconde dégage les influences des uns sur les autres, les rencontres providentielles et met en lumière tenants et aboutissants du concile Vatican II, avec les écueils du progressisme, et le risque de la rupture traditionaliste. Les chapitres de la troisième partie constituent chacun un dossier transversal, qui traitent de la défense de la vie et de la liberté face aux idéologies, de la paix dans le monde, de l’évangélisation de la jeunesse, de l’écologie (Laudato si’ !)…

Les plus belles pages, dans la dernière partie, nous montrent les papes face à leurs épreuves, publiques ou intimes. Calomnies, réformes toujours inabouties (comme celle de la Curie), maladie…

On a commencé ce livre en se disant qu’il était épais, mais on se rend compte qu’il nous a prédigéré des milliers de pages de doctrine et d’exhortations et nous a préparés à les relire, mais en en comprenant la vivante progression, et donc en comprenant François !

— 

Denis Lensel, François le successeur. La complémentarité des papes, Pierre Téqui éditeur, 416 pages, 19 €.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.