« La Tradition est une transmission »

propos recueillis par Constantin de Vergennes

vendredi 1er juillet 2022

Les traditionalistes sont attachés à la célébration de la messe selon le missel de saint Pie V.
© Fred de Noyelle / Godong

Objet d’âpres débats, le traditionalisme est issu d’une histoire complexe et mouvementée, que retrace l’historien Yves Chiron dans sa récente Histoire des traditionalistes (éd. Tallandier).

Votre livre inscrit le traditionalisme dans une histoire longue…

Yves Chiron : Dans son principe, le traditionalisme trouve sa source à la fin du XVIIIe siècle, lorsque l’Église en France refuse l’idéologie de la Révolution française et la Constitution civile du clergé, c’est-à-dire son assujettissement à l’État. Ce courant est contre-révolutionnaire, mais non au sens politique. Car, à côté d’une contre-révolution politique, portée par Joseph de Maistre ou plus tard Charles Maurras, se trouve ce courant de contre-révolution catholique, qui ne combat pas pour la restauration de l’Ancien Régime et de la monarchie, mais qui s’oppose à l’idéologie révolutionnaire, notamment aux Droits de l’homme. Les grandes figures en ont été le cardinal Louis-Édouard Pie, Louis Veuillot, ou, plus récemment, Jean Ousset et Jean Madiran.

Si le concept de traditionalisme a ainsi une longue histoire, le mot «  traditionaliste  » n’est apparu que dans les dernières décennies du XIXe siècle. Il fut avalisé en 1910 par saint Pie X lui-même qui, dans sa lettre au sujet du Sillon, mouvement démocrate-chrétien accusé de modernisme, déclare que «  les vrais amis du peuple ne sont ni révolutionnaires ni novateurs, mais traditionalistes  ». Traditionalistes, c’est-à-dire fidèles à un corpus doctrinal et à une vision de l’homme et de la société qui est celle de l’Église dans sa Tradition.

Vous expliquez que le cœur du mouvement est la lutte contre le modernisme, dont Pie X disait qu’il était «  l’égout collecteur de toutes les hérésies  »…

Le modernisme est une façon nouvelle d’appréhender la compréhension de la foi et l’étude de l’Écriture sainte, ainsi qu’une volonté de définir une nouvelle discipline dans l’Église. Sur le plan exégétique, ou théologique, le modernisme a abouti, en utilisant soi-disant la science moderne dans les domaines de l’histoire par exemple, à des remises en cause de la foi catholique sur des questions fondamentales, dont la formulation n’avait souvent comme seul objectif que de remettre en cause les vérités auxquelles elles renvoyaient. La résurrection est-elle une réalité historique ? Lors de la célébration de l’eucharistie, la consécration aboutit-elle à un changement de substance ?

Retrouvez l’intégralité de l’entretien dans le magazine.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.