L’alerte amazonienne

par Gérard Leclerc

mercredi 28 août 2019

Amazonie vue du ciel
CC by sa : Véronique Debord-Lazaro

Les incendies qui ravagent la forêt amazonienne sont à prendre extrêmement au sérieux. Comment sous-estimer la catastrophe écologique que constitue la mise en danger de ce véritable poumon vert du continent sud-américain, dont la fonction est mondiale ? Les autorités internationales ont réagi, le Pape s’affirmant inquiet pour la planète, les dirigeants du G7 réunis à Biarritz exprimant leur accord pour aider les pays atteints par le sinistre, après que le président Macron ait marqué la priorité de l’événement dans les préoccupations du sommet qu’il recevait.

Une polémique révélatrice

La polémique qui s’en est suivie de la part des dirigeants brésiliens est à la mesure de la responsabilité qui repose sur leurs épaules. Ont-ils pris vraiment conscience de la dimension du défi qui concerne d’abord leur propre pays ? Ont-ils mobilisé tous les moyens aptes à enrayer le fléau ? Contraints par l’émotion de l’opinion alertée par les médias, ils se sont employés à minorer l’ampleur des dégâts, pourtant bien supérieure à celle des années précédentes. Mais en même temps, ils n’en mettaient que mieux en valeur le caractère récurrent de la menace qui plane sur la forêt amazonienne. Le président Jair Bolsonaro, en décidant d’envoyer l’armée brésilienne au contact du feu, signifiait que c’est une véritable guerre qu’il s’agissait de mener. Encore faut-il avoir les armes proportionnées à l’adversaire pour le combattre avec quelque chance de succès.

Une écologie intégrale

Non, le défi écologique n’est pas un effet de mode, quelles que soient les incertitudes qui demeurent sur les causes du réchauffement climatique et sur ses suites. Il est impossible de nier ces réalités que sont la fonte des glaces arctiques et les problèmes posés aux pays du Sahel. Même les régions tempérées sont en cause avec les conséquences sur la végétation et les cultures vivrières. C’est à bon escient que le pape François est intervenu sur le sujet dans son encyclique Laudato si’ en mettant en évidence les données anthropologiques et théologiques de la conduite de l’humanité face à la Création. Si la Providence a remis à la famille humaine la gérance du cosmos, c’est pour en assumer la garde et non pour en exploiter les ressources à l’infini dans une logique de volonté de puissance et en s’assujettissant à la domination de la technique. C’est donc une véritable conversion qui s’impose eu égard à la conception de l’économie et aux facteurs actuels de la mondialisation libérale. Le souci écologique doit aussi se déployer jusqu’à la pensée d’une écologie humaine et non pas seulement cosmique. Il y a quelque inconséquence à refuser la domination technique sur la nature alors qu’on l’imposerait aux hommes et aux femmes à travers des réformes dites sociétales comme la PMA et la GPA.

Messages

  • Navrantes polémiques et guéguerres préfabriquées ont débarqué à point nommé comme pour tirer un pudique rideau occultant sur, peut-être, tel ou tel fiasco d’ordre économique ou politique. Aussi, le dernier paragraphe de l’article : "Une écologie intégrale" est important à méditer. Oui, "la gérance (pourrait-on utiliser aussi le terme "co-gérance" ?) du cosmos relève de la responsabilité de la famille humaine" hors de toute "volonté de puissance et en s’assujettissant à la domination de la technique". "Inconséquence", en effet, que d’accepter la domination technique qui s’imposerait aux hommes et aux femmes à travers des réformes dites sociétales...".

    "L’alerte amazonienne" couvre un espace à l’échelle planétaire autrement plus vaste et important que les milliers de milliers de kilomètres carrés de forêts et d’espaces verts. On ne saurait mieux le rappeler. Merci, cher Gérard Leclerc.

  • Sur la question du réchauffement, sans chercher la polémique, voici ce que j’ai gratté il y a peu :

    Grand adepte des cycles de tout ordre (sa base de données remonte jusqu’à 3000 ans avant JC), Martin Armstong a, depuis la fin des années 70, l’oreille de gérants de grands fonds, gouvernants (non stipendiés), organismes internationaux et la suite à l’avenant ; son modèle exhaustif a annoncé toutes les crises financières passées (parfois au jour près, comme pour le krach de 87) - cqfd. Le climat n’en est pas l’une des composantes moindres (tout particulièrement s’agissant des matières premières dites soft). D’où surgit la question du cycle retenu en l’espèce. En très bref, températures plus extrêmes en hiver et en été (pour l’hémisphère Nord) jusqu’en 2025 - sur fond de refroidissement progressif - aboutissant à une mini ère glacière à l’horizon 2030. Au dépourvu, les ours réchauffistes - ayant jadis vendu leur peau - n’y auront vu que de la Bise.

    Voir armstrongeconomics

  • Ingénieur catholique, spécialisé dans les télécommunications, j’ai travaillé dans le territoire brésilien de l’Amazonie en faisant l’intégration de cette région avec tout le territoire brésilien. Donc j’ai l’expérience de l’Amazonie in loco. Je voudrais vous renseigner sur certains points de l’affaire G7/Macron. La photo que M. Macron a distribuée au monde est fausse. Elle est d’un incendie de 2008. Le nombre d’incendies au moment est inférieur à la moyenne de cette saison de l’année, qui est toujours la plus sèche. Votre affirmation dans l’article « pourtant bien supérieure à celle des années précédentes » n’est pas correcte. Les incendies dans sa majorité ne sont pas dans la forêt, mais dans les fermes après la récolte. Au moment, les incendies au Congo et dans la Russie sont plus grands que ce de l’Amazonie d’accord les photos de satellites de la NASA. Ces faits ont démontré clairement que l’objectif G7/Macron n’était pas l’écologie, qui est très importante, mais surtout la politique commerciale. Le jour suivant Mr Macron a dit son intérêt de changer le statut de l’Amazonie et de la transformer en zone internationale, une pensée colonialiste. L’Amazonie brésilienne n’est pas négociable. Maintenant nous sommes très préoccupés avec le synode des évêques au Vatican parce que nous ne sont pas renseigné sur son vrai objectif. Nous aimons beaucoup la France, notre chère soeur ainée de l’Église, avec ses grands saints, surtout la petite Thérèse que je suivre sa voie de confiance et d’amour depuis ma jeunesse. Nous catholiques et peuple brésiliens sommes très tristes avec toute cette affaire G7 /Macron. Je vous supplique cher M. Leclerc d’agréer l’expression de ma très haute considération et de mon profond respect.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.