Jeûner

par Dominique Decherf

lundi 1er août 2011

Ramadan en août, y a-t-il un « choc de civilisations » plus fort ?

Alors que la majorité de nos compatriotes vont se délasser et se prélasser, savourer l’absence d’horaires réguliers, notamment pour les repas, non plus commandés par le rythme de travail, mais simplement par le bon plaisir, s’attarder à table, faire des barbecues fumants et odorants, sur la plage ou dans les jardins, environ dix pour cent vont observer le jeûne prescrit par leur religion, du lever au coucher du soleil !

Le soir, tous pourront se retrouver pour la fête. L’une des grandes joies apportées par le Ramadan est la « rupture » du jeûne, le premier repas léger à une heure donnée, fixée par la Loi, à la minute près chaque jour. Les repas d’Iftar (mot qui veut dire rupture), auxquels j’ai été invité dans les pays musulmans, observaient un rituel méticuleux. D’abord la datte, le verre d’eau, les biscuits, avant une première brève prière, puis un repas consistant mais pris à la hâte avant la grande prière, après laquelle tout se passe en famille, entre amis, jusque tard dans la nuit, quelques brèves heures de sommeil encore avant un dernier repas qui s’intercale entre la prière de l’aube et le lever du soleil. Puis plus rien jusqu’au soir. Dans mes expériences, il n’y avait nulle contrainte, mais une réelle communion entre générations. Comme les vacances chez nous, en famille, entre amis, le temps des retrouvailles, un temps d’humanité.

On ne doit pas comparer le jeûne du Ramadan avec le jeûne de l’ascète, de l’ermite ou du mystique qui veut suivre les pas de Jésus au désert pendant quarante jours et quarante nuits (Matthieu, 4,2) ou telle spiritualité d’Asie. Même si l’abstinence de jour est parfois très dure, notamment sous certains climats, tout spécialement en août dans la majorité des pays musulmans, cette prescription, un des cinq piliers de l’Islam (avec la profession de foi, la prière, l’aumône et le pèlerinage), n’a pas valeur de mortification, de souffrance, d’agonie. Elle est au contraire l’image de l’unité de la communauté. Elle n’est pas une démarche ou un choix individuel mais est avant tout sociale.

La question de la compatibilité de l’Islam et de nos sociétés occidentales chrétiennes sécularisées réside largement dans la visibilité des pratiques religieuses sociales de l’Islam. On s’est longtemps étendu sur la question du voile ou de la burqa. On a vu le problème des prières dans les rues. Le jeûne du Ramadan ne semble pas déranger ; apparemment la coexistence des vacanciers et des musulmans, qui n’est pas évidente a priori, ne fait pas difficulté. Or cette pratique, qui montre la religion sous un jour éminemment convivial, est bien plus « mystérieuse », si l’on veut bien y réfléchir. Mais voilà veut-on s’y arrêter et se mettre à réfléchir ?

Messages

  • Attention. Ne pas comparer des pays musulmans où les "chrétiens" sont des touristes (les seuls chrétiens bien acceptés en Egypte, les chrétiens égyptiens ayant le sort que l’on sait), les pays européens "laïques", où les religions sont juste tolérées, et les pays officiellement musulmans, où se déploie une persécution pas toujours larvée.
    Mais quel que soit le pays, il est de bon ton, et parfois vital, de ne pas manger ou boire ouvertement, voire avec provocation, devant des musulmans qui jeûnent. Comme ces convertis de Kabylie qui, dans leur village, faisaient leur cuisine en plein jour. Outrés par le fumet du plat et le panache de fumée sortant de la cheminée, les voisins empoisonnèrent la petite fille, puis, ce fut le tour des parents. Ceci bien avant l’indépendance.

    • le problème c’est çà : le ramadan et l’islam présentés comme amour, prière, solidarité, convivialité.

      Alors, pendant le ramadan, chers frères musulmans, libérez Asia Bibi, votre sœur chrétienne emprisonnée de puis 2 ans dans une geôle infâme, vivant dans ses excréments, condamnée à mort , simplement parce qu’elle a bu de l’eau d’un puits ou buvaient aussi les musulmans et aurait "pollué" ce puits de son hérésie, refusant de se convertir à l’islam sous la menace violente...

      Si votre religion est amour et perfection, reconnaissez votre erreur, demandez pardon, vous qui êtes soumis à Dieu , pourquoi n’êtes-vous pas soumis à l’exigence de justice et de vérité ? Pourquoi êtes-vous soumis à la violence et la haine ? La seule obéissance valable l’est à l’amour !
      ce message vaut aussi pour les milliers de pakistanais, égyptiens, iraniens, irakiens, algériens et autres, massacrés dans leur pays parce que chrétiens. alors le Ramadan, un peu hypocrite...

  • Choc des civilations peut être ! mais nous sommes en France, nous les français nous n’aurons bientôt plus le droit d’ouvrir la bouche, nous devrons parler tout bas même indistinctement au cas où un mot plus haut que l’autre choquerait les nouveaux arrivants.La tolérance est toujours du même coté...il n’y a aucune réserve chez les autres, puisque c’est un dû. D’ailleurs dans leurs croyances il faut tuer tous ceux qui ne sont pas etc...surtout les chrétiens..les rapports que nous recevons souvent sur les massacres des chrétiens est édifiant. Les Coptes en Egypte en savent quelquechose..les pauvres gens qui sont chez eux ..bon sang ! attention que cela ne nous arrive pas un jour pas si lointain..les courbettes sont dépassées, les français en ont marre...le carême chez nous existe , mais oui et sa discrètion est de rigueur et personnelle à chacun. Il se fait pour toutes choses qui nous tiennent à coeur.Chez nous et pour le monde entier Jésus a jeuné, mais seul dans la montagne a l’écart de tout bruit, simplement pour montrer l’exemple.Alors qu’on ne ne nous bassine plus avec ...ça !

    • Reformer le precepte "Aime ton prochain" par "Tolere ton prochain" n’est peut etre pas suffisant ? Devrait on aller jusqu’a hair ceux que l’on s’imagine tellement lointains et differents ?
      (Jésus dit : ) "Aimez vos ennemis ; faites du bien à ceux qui vous haïssent ; bénissez ceux qui vous maudissent ; priez pour ceux qui vous injurient… Comme vous voulez que les hommes vous fassent, vous aussi faites-leur de même. "
      Si tant est que nous ayons reellement des ennemis, il y a la matiere a reflechir.

  • Il y a une vingtaine d’années déjà, mon concessionnaire Renault me conseilla d’attendre quelques semaines pour commander une voiture neuve pour éviter que celle que j’espérais ne fût un "numéro Ramadan". Il prétendait en effet avoir une liste de numéros de série qui montrait quelles voitures avaient été construites au moment du Ramadan et risquaient donc, selon lui, de présenter de graves défauts...
    Je n’ai jamais été bien sûr de la réalité de la chose qui, de toute manière, avec la construction dans les pays de l’Est, a dû bien évoluer.

    En revanche, ce que je constate, c’est que mes amis et collègues qui aiment passer leurs vacances au Maroc, en Tunisie, en Egypte et même en Turquie prennent bien soin d’éviter les périodes de Ramadan — parce qu’il est difficile de se faire servir un repas ou même une boisson, parce que les accidents d’auto y sont plus nombreux, parce que les gens ne sont pas aimables, etc.— et, cette année, je parie que le mois d’août touristique y sera médiocre et pas seulement à cause du "Printemps arabe".

    Charles

  • En effet, le Ramadan s’accorde mal avec les rythmes et exigences générés par la civilisation industrielle.

  • "La question de la compatibilité de l’Islam et de nos sociétés occidentales chrétiennes sécularisées réside largement dans la visibilité des pratiques religieuses sociales de l’Islam."
    Notons d’abord, une fois de plus que la burqa n’est pas une pratique religieuse, c’est une pratique sociétale fréquente dans le monde oriental qui fut un jour islamisé.
    Si la religion prévoit le port du foulard pour les musulmanes, foulard également porté d’ailleurs par les juives orthodoxes, le niqab est un usage régional, ce qui explique que l’on voit aussi en Israël - au grand dam des sionistes laïcistes les plus virulents - des juives ultra-orthodoxes qui le porte !
    L’auteur évoque pêle-mêle, la prière publique, la confrontation des touristes avec les nationaux dans les pays musulmans et tous les poncifs, pour finir par évoquer "les sociétés chrétiennes sécularisées"...
    Le tout débouchant bien sûr sur le fameux "choc des civilisations"...
    Notons d’abord cet extraordinaire oxymoron : "sociétés chrétiennes sécularisées".
    Ensuite et surtout pourquoi un pluriel ?
    Il serait bon de ne pas oublier ce que signifie "religion" : étymologiquement, c’est "ce qui relie" (les hommes) du latin religere...
    Nous pouvons être désorientés par le ramadan en ce que sa partie la plus signifiante est le jeûne qui est associé dans le christianisme à la pénitence, voire aux pratiques d’ascèse...
    Or ce n’est pas le cas dans l’islam et cela en déroute certains...
    La plus grande avancée de Vatican II - ou plutôt des interprétations qui ont été faites de ses texte - a été la destruction de l’universalité de L’Eglise dans la pratique religieuse : la disparition donc du concept de catholicité (qui signifie "universel" on l’oublie trop !) noyée dans une pluralité de rites et de langues...
    Une folie dont l’Eglise n’a pas fini de payer les conséquences, si elle s’en relève, et dans laquelle aucune des grandes religions n’a eu l’imprudence de se lancer, védhisme, bouddhisme, judaïsme et bien entendu islam...
    Car la première des choses qui relie les hommes dans la religion est bien évidemment l’universalité de la langue qui se manifeste dans la pratique de la prière, la constance des rites et l’implication dans l’existence quotidienne à travers la célébration des fêtes...
    La catholicité "laïcisée" est en train d’en perdre jusqu’au souvenir...
    Un franc maçon de ma connaissance, vénérable du GOF, m’a dit un jour : "la société doit être FONDAMENTALEMENT laïque, la religion est du domaine privé" (sic !)
    Bien sûr que non ! Si la foi est effectivement d’un domaine infiniment intime, un ressenti personnel, la religion en est l’expression commune, donc par nature fondamentalement sociale, donc publique et au fil du temps moteur civilisationnel.
    Noël, Pâques, les communions dites solennelles, les processions, les pèlerinages étaient, au delà de l’aspect religieux, des fêtes populaires qui exprimaient ce lien fondamentalement publique des participants...
    Cela se perd complètement aujourd’hui dans la société occidentale où de surcroît la pluralité des langues vernaculaires interdit pratiquement aujourd’hui aux catholiques de prier d’une même voix d’un pays à l’autre, si tant est qu’ils s’y retrouvent dans la pluralité des fameuses "innovations liturgiques" !
    On s’étonnera donc que des gens, immigrés plus ou moins de fraîche date, créent des liens et les renforcent dans une certaine cohésion communautaire à partir du seul dénominateur commun dont ils disposent : leur religion qui a su conserver l’universalité de sa langue et de sa pratique.

    Il n’y a pas de "choc de civilisation" en France manifesté par le ramadan !
    Il n’y a qu’un constat : celui de l’abandon des pratiques religieuses ancestrales populaires catholiques en Occident qui souligne d’autant plus l’arrivée plus récente de pratiques qui en étonnent et en inquiètent plus d’un.
    Le ramadan, c’est d’abord période de fête, celle du partage et de la convivialité durant un mois lunaire, qui évidemment se déplace au fil des années si l’on suit officiellement le calendrier grégorien qui n’a conservé de la pratique calendaire lunaire romaine que l’épact et le comput dit ecclésiastique qui fixe les fêtes mobiles dont Pâques...
    Un mois de liesses vespérales voire nocturnes (ce qui a conduit au vocable ramdam pour exprimer le tapage !) où se retrouvent familles, amis et voisins.
    Les chrétiens n’agissaient pas autrement quand à Noël ou à Pâques des places étaient prévues aux repas dans les familles, laissées vides accueillir les éventuels voyageurs, étrangers ou indigents qui pouvaient se présenter...Ils l’ont bien oublié aujourd’hui...
    Et l’arrivée de l’islamisation avec la population - primitivement maghrébine - immigrée n’y est absolument pour rien !
    Les ex catholiques assistent ainsi - certains médusés, d’autres inquiets - au renouveau de la pratique religieuse dans leur propres pays...
    Mais cette pratique là n’est plus la "leur" !
    Et ils s’étonnent de ce que les médias donnent une certain relief à ces manifestations publiques sociétales que la catholicité a abandonné.
    Le vrai choc civilisationnel auquel nous assistons, ce n’est pas celui d’une confrontation avec l’islam, c’est celui du vide spirituel occidental de la déchristianisation !

    • Je souhaiterais surtout déplorer l’abandon de la messe en latin. La messe dite en latin préservait l’universalité de l’Eglise dans sa pratique religieuse. C’est ainsi que chaque catholique selon le pays dans lequel il habite ne fait plus partie d’une seule et unique communauté, comme savent la préserver les musulmans.

    • Bravo Saint-Plaix en tout cas avec la conclusion. Mais le ramadam n’est pas le seul problème que pose l’Islam, car qu’on le veuille ou non cette religion est totalitaire, ce qui est absolument contraire au christianisme, le vrai, qui veut que nous aimions nos ennemis !

    • Merci de nous faire réfléchir.

  • Votre article est très irénique. En Egypte que je connais très bien, la réalité est bien différente.
    La théorie voudrait que pendant le ramadan on ne fasse "rien de blessant pour autrui". Or : pendant les périodes de Ramadan, c’est très dangereux pour les chrétiens car les jeûneurs sont très excités, à la fois par la faim et la soif, je l’ai constaté sur place des dizaines de fois, même chez l’armée et la police, et par les prêches enflammés des imams, cheiks et mollahs des mosquées qui les encouragent tout ce qu’il y a de + officiellement à "casser du chrétien" comme une "bonne oeuvre pieuse du ramadan" : tuer un chrétien, brûler une maison, piller un commerce chrétien, attaquer une église etc, permet de gagner le paradis, c’est dit dans les hauts-parleurs des minarets, tout le monde peut l’entendre, il suffit de comprendre l’arabe. Cela fait des siècles que cela dure mais c’est très actuel. Alors, qu’est-ce que c’est que cette religion où le jeûne amène à commettre des violences ??
    Et bien qu’il ne soit pas interdit par la loi égyptienne de manger pendant la journée durant le ramadan, les chrétiens font quand même attention à ne pas manger dans la rue car ils pourraient être lynchés ou arrêtés, comme en Algérie et ailleurs.

  • Outre que la complaisance bienveillante avec laquelle on nous en parle, tranche avec les saletés que l’on inflige si facilement à l’Église, et commence à fatiguer, on aimerait qu’on nous en dise un peu plus sur ces versets coraniques qui appellent à l’élimination des non-musulmans... Quand s’interrogera-t-on à ce sujet ?... Jamar.

    • Je suis entièrement d’accord avec vous.Il y a de très nombreux prêtres sur qui retombent toutes ces "choses"alors qu’ils n’y sont pour rien. Nous le savons bien.Les médias sont tellement contentes de démolir à tour de bras tout ce qui est chrétien.De plus il s’agit heureusement d’une très petite minorité....mais on entend jamais parlé des pères, des amis de la famille, des maîtres d’école, des prof.etc.....L’Eglise est attaquée de partout parcequ’elle fait peur par ses exigences et par l’Amour infini du Christ que les gens ne comprennent pas toujours. alors le démon, mais oui, oui,oui il existe demandez au saint curé d’Ars qu’on accusait à tort bien entendu de tous les défauts de la terre Donc le démon va nous en faire voir encore un moment. Il est déchainé parcequ’il va perdre bientôt et l’on va découvrir un monde nouveau dont on a tant besoin.Nos prêtres sont les apôtres des derniers temps.

  • Je n’appelle pas cela jeûne mais inversion des rythmes biologiques, au lieu de jeûner la nuit et manger le jour ,on fait le contraire . D’où troubles de l’appareil digestif , prescription de médicaments impossible à prendre car nécessité d’ une ingestion d’eau . Dans les pays chauds on vit beaucoup la nuit cette période est plus facile à passer .

  • Quiconque a vécu en islamique sait :
    - que le ramadan est une période de contrainte collective typique de la société islamique : chacun surveille la pratique de son voisin et fait office de police religieuse ; de plus le ramadan est prétexte à travailler moins et plus mal ...
    - que le ramadan est en fait une période de "grande bouffe" : les gens sont obsédés par les repas de rupture de jeûne, et les magasins d’alimentation sont dévalisés avant le mois de ramadan. c’est tout le contraire de l’esprit de carême qui met l’accent sur la relation personnelle entre soi et Dieu.

    Il s’agit probablement de la marque la plus manifeste d’une religion civile de type antique : ne pas confondre religiosité et foi. Je ne dis pas que de nombreux musulmans ne vivent pas pieusement le ramadan, mais cela n’a rien à voir avec la contrainte collective qui fait la une des médias. Il s’agit d’un effet de la grâce qui est à l’oeuvre également dans le coeur de ces musulmans au-delà même de la religiosité collective qui imbibe la société islamique : tout le monde est obligé de respecter celle-ci sous peine d’atteinte à l’ordre public mais personne n’est contraint d’y croire.

    Cela dit, d’accord avec l’article pour penser que notre matérialisme païen ne nous met pas dans la meilleure posture pour critiquer la société islamique et les musulmans : c’est d’ailleurs la raison pour laquelle le principal danger lié à l’islam en France n’est certainement pas la présence de pacifiques musulmans qui font leur ramadan mais bien plutôt la perte de toute transcendance et le matérialisme ambiant qui font que dès la rentrée ou presque, nos supermarchés vont nous imposer la préparation d’un Noël avec foie gras et champagne mais sans aucun Jésus Christ.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.