Série-documentaire «  Les sept églises de l’Apocalypse  »

Enquête sur l’Apocalypse

Propos recueillis par S. L.

jeudi 22 octobre 2020

Christophe Hanauer est aussi le créateur et le principal protagoniste de la série « Les sept Églises de l’Apocalypse ».

D’où vous est venue cette idée de documentaire ?

Christophe Hanauer : M’intéressant de près à l’archéologie biblique, j’ai découvert que l’Apocalypse avait sa propre archéologie qui, méconnue, pouvait susciter l’intérêt du public. Nous avons choisi de nous concentrer sur les trois premiers chapitres de l’Apocalypse car on peut s’y appuyer sur des éléments factuels non discutables, correspondant à la visée archéologique du projet.

Quel lien faites-vous entre l’archéologie et l’Écriture ?

Il s’agit pour moi d’une démarche de dévoilement. En donnant à voir le contexte culturel et archéologique du premier siècle, le documentaire délivre des clés de compréhension très fortes pour chacune de ces lettres. On peut complètement passer à côté des allusions archéologiques concrètes qui y sont faites si on ne connaît pas la situation locale. Cela permet de se rendre compte que ce texte n’est pas abstrait et symbolique. Il s’adresse à des communautés réelles, un auditoire précis.

Le message de ces lettres du premier siècle peut-il résonner pour aujourd’hui ?

Ces lettres évoquent des sujets qui ont jalonné l’histoire de l’Église et sont plus que jamais actuels. Il est notamment question d’immoralité sexuelle, de persécutions chrétiennes, de relations avec le régime politique, d’hérésie, de manipulation spirituelle… On remarque un effet miroir très fort entre ce qu’a traversé la communauté du premier siècle et notre propre génération. C’est ce que nous cherchons à montrer dans ce documentaire, où chaque épisode a son propre message, éclairant des thèmes contemporains, tels que la dictature et la surveillance de masse, ou encore la confrontation avec l’islam.

Ce livre délivre-t-il un message d’espérance ?

Oui, un message d’espérance à double niveau. D’abord parce que dans les trois premiers chapitres, les reproches faits ne sont jamais définitifs : le Christ offre toujours des moyens de surmonter les épreuves. D’autre part, l’Apocalypse en elle-même, dans ses vingt-deux chapitres, a comme vocation d’encourager et d’édifier les croyants dans un contexte de persécution. C’est en cela un texte très positif. À travers une promesse du jugement, qui passe par la condamnation et la délivrance, Dieu appelle l’humanité à se repentir.

Qu’est-ce qui vous a touché le plus dans cette aventure ?

Ce projet est un passe-partout qui nous a permis d’aller dans des endroits confidentiels et de rencontrer des spécialistes. Il a été une manière incroyable de voyager et d’ouvrir des portes.

Pensez-vous que le contexte actuel de crise est favorable à la réception du documentaire ?

En mettant le projecteur sur les questions de la fin des temps et des craintes fondamentales des peuples, ce sujet interpelle énormément. On a remarqué ces derniers mois une forme d’introspection collective : dans un climat d’angoisse, les êtres sont en quête de réponses. On peut dire qu’il y a eu une ouverture importante pour la foi, et notre documentaire en bénéficie.

Retrouvez l’intégralité du dossier dans le magazine.

Où visionner la série ?

● Chez vous, en e-cinema, en réservant une place sur le site de Saje distribution. Voir les séances sur le site ci-dessous.
● Au cinéma. Voir les séances sur le site.
● En VOD et DVD, à partir du 16 novembre 2020.
www.billetweb.fr/pro/les7eglisesdelapocalypse

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.