Economie : Salaire, Revenu, Moyenne, Médiane...

vendredi 8 mai 2009

Le débat sur les écarts de revenu des Français est confus, car il comporte un volet technique. Il est alors facile d’entretenir l’ambigüité ou de provoquer la colère. Mais le rapport Cotis a calculé la part respective des salaires et des profits : cette part est en gros la même que dans les années 60. Ceux qui proposent un rééquilibrage ne font reposer leur analyse sur rien.

Un point mérite d’être éclairci, celui des salaires et des revenus, à l’occasion de la publication d’un nouveau rapport de l’INSEE « revenus et patrimoine des ménages » donnant les résultats 2006. On y apprend que le revenu moyen disponible par ménage est en France de 32 550 euros et le revenu médian de 27 150 euros. Mais le salaire moyen n’est-il pas autour de 1800 euros nets par mois ! Et pourtant tous ces chiffres sont exacts.

Il y a d’un coté les salaires : ce que touche une personne en contre partie de son travail. Il peut être brut ou net, avant ou après impôt : cela donne des chiffres différents. Mais surtout il est radicalement différent du revenu et on peut très bien avoir un salaire de 1 800 et un revenu de 3000 ! D’abord, il y a souvent (dans 80% des cas au moins pour les couples) deux salaires dans un ménage. Donc le revenu d’une famille n’a que peu à voir avec le seul salaire du chef de famille. Ensuite, il y a les revenus de transferts : les transferts positifs, ceux qui augmentent les revenus, surtout pour les faibles salaires, c’est à dire les diverses prestations sociales, et les transferts négatifs, ceux qui diminuent le revenu, comme par exemple l’impôt sur le revenu. Parler de 1 500 euros porte sur un salaire ; parler de près de 3 000 porte sur les revenus, après prise en compte des prestations sociales et des impôts directs.

Le revenu moyen des ménages français est donc bien, après ces corrections, ou plutôt était en 2006, de 32 550 euros par an. Mais il faudrait distinguer les ménages d’une seule personne, puis les familles monoparentales, de celles où il y a un couple, donc en général deux salaires : pour cette dernière catégorie, le revenu du ménage est sensiblement plus élevé et pour les deux autres, avec un seul salaire, sensiblement plus faible. Il y a aussi la différence sensible, entre revenu moyen et revenu médian. La moyenne est de 32 550 euros : elle peut être tirée vers le bas s’il y a certains revenus très faibles ou vers le haut s’il y a certains revenus très élevés. En revanche, avec la médiane (27 150 euros), il y a 50% des ménages en dessous et 50% au dessus, mais on ne sait quel est l’écart : cela coupe simplement en deux la population, autant en dessous qu’au dessus. La différence, on le voit, n’est pas négligeable.
Quant aux écarts de revenus, ils ne sont pas si élevés qu’on le dit : un ménage cadre ou profession intellectuelle supérieure gagne en moyenne (revenu disponible) 56 060 euros par an, un ménage profession intermédiaire 35 590, un ménage agriculteur 33 510, un ménage ouvrier 28 430 : il n’y a donc pas un gouffre entre groupes sociaux…

Plus sensibles sont les écarts entre les 10% les plus pauvres et les 10% les plus riches (écarts entre déciles extrêmes). Mais, comme le montre aussi le rapport Cotis, ces écarts n’ont cessé de se réduire et ils sont aujourd’hui, s’agissant des revenus, de l‘ordre de 1 à 3. Pourquoi pense-t-on le contraire ? Parce que l’on compare les revenus des 10% les plus pauvres aux 1% les plus riches, voire aux 0,1% les plus riches. Là, il est vrai que les écarts se sont accrus, c’est indiscutable. Symboliquement, cela peut avoir son importance ; mais scientifiquement, on ne peut comparer un cas marginal (0,1%, soit par exemple 10 000 ou 20 000 salariés) et 10% du total, soit 1 à 2 millions de personnes. Et encore moins comparer un smicard et un patron qui gagne plusieurs milliers de fois cette somme. On peut trouver cela étonnant, révoltant ou choquant, surtout si c’est dû à un manque de concurrence ou à des relations privilégiées, ou encore à des métiers très particuliers (certains sportifs ou artistes), mais cela relève du symbolique, même si le symbolique a son importance : il arrive même qu’on provoque la révolte avec des symboles. Mais, si l’on veut raisonner calmement et rigoureusement, on ne se fait pas une idée des écarts sociaux en comparant Johnny ou Zidane avec un rmiste.

Jean-Yves Naudet

Messages

  • Sur le dernier paragraphe, le sens d’une comparaison entre un 0,1% le plus riche et un 10% le plus pauvre ne se réduit pas au symbolique. Quel est le pouvoir du 0,1% sur le 10% ?

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.