Crise du politique

par Gérard Leclerc

mercredi 16 novembre 2016

Le choc produit par l’élection américaine a au moins le mérite de provoquer une vaste réflexion sur les causes de l’avènement d’un personnage aussi improbable et donc sur la situation actuelle du monde qui explique un tel séisme politique. Les avis sont évidemment très différenciés, en fonction des convictions des uns et des autres. Pour les uns, la globalisation économique se poursuivra, réduisant l’élection de Trump à un épisode provisoire. Pour d’autres, c’est cette globalisation qui est à l’origine d’un chaos dont on n’est pas près de sortir. Et certains de ceux qui partagent cette opinion insistent sur la crise généralisée du politique qui ne régule plus la vie des peuples, abandonnés aux flux désordonnés de l’économie.

Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères, et Dominique de Villepin, qui a aussi dirigé le Quai d’Orsay avant de devenir Premier ministre, semblent bien être sur la même ligne, de ce point de vue, réclamant le retour des États. « Aujourd’hui, déclare Villepin au Figaro, un des grands drames du monde, c’est l’affaiblissement des États. La fragilisation de l’État-nation traduit toujours une “brutalisation” et une “décivilisation” du monde. On en voit les conséquences tragiques au Moyen-Orient (…) mais l’urgence de la restauration de l’État existe aussi dans nos démocraties. On a tiré à vue sur les États, considérés comme des formes archaïques et oppressantes de l’organisation sociale, au profit du tout libéral. (…) La crise financière a été la facture de cette illusion. Elle a pour réplique sismique le Brexit et l’élection de Donald Trump. »

Mais quand on parle de politique, il y a lieu d’opérer une distinction, à la manière de Régis Debray dans son dernier livre intitulé Allons aux faits (Gallimard) : « Il y a la politique qui désigne la compétition entre classes, clans et individus, mais il y a aussi la politique par quoi s’entend l’organisation des collectivités humaines, ou la conversion d’une brève effervescence en durable appartenance – cité, seigneurie, nation, empire ou fédération. » En retenant cette distinction, on pourrait dire que l’effervescence de la politique actuelle est particulièrement conflictuelle parce que le socle du politique se trouve durablement et profondément altéré.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 16 novembre 2016.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.