Loi Gaillot

Avortement : un combat sans fin

par Guillaume Bonnet

mercredi 1er décembre 2021

© Peter Potrowl / CC by-sa

Toujours plus loin. Les députés ont entamé lundi en deuxième lecture l’examen d’une proposition de loi portée par Albane Gaillot (LREM), visant à étendre de douze à quatorze semaines le délai légal d’interruption volontaire de grossesse (IVG). À la tête de cette nouvelle offensive, Christophe Castaner, chef de file des députés de la majorité, qui, interrogé sur BFM-TV (28/11), explique en termes obscurs que ce texte vise à «  faire en sorte qu’on assume les droits réels pour chaque femme qui a besoin de procéder à une IVG  », afin d’éviter – éternel argument – que des femmes ne soient contraintes de se rendre à l’étranger pour procéder à l’intervention.

En prenant ainsi position pour cet allongement des délais, ce soutien de la première heure d’Emmanuel Macron semble ainsi s’inscrire en faux contre le chef de l’État qui, à l’occasion de sa récente visite au pape François, déclarait au Figaro (25/11) que «  des délais supplémentaires ne sont pas neutres sur le traumatisme d’une femme  » tout en précisant, nuance importante, qu’«  après, [il] respect[ait] la liberté des parlementaires  ».

Autant dire que les élus de la majorité, soutenus par certains membres du gouvernement – à commencer par Olivier Véran, le ministre de la Santé – ne subissent pas une pression élyséenne insoutenable. Quant au président de la République, il ménage habilement la fraction chrétienne de son électorat en adoptant cette distanciation mesurée.

Une réalité glaçante

Derrière ces considérations parlementaires se dissimule une réalité bien concrète. Au-delà du débat éthique et anthropologique que soulève l’avortement en soi (que bon nombre de ses partisans veulent évacuer en assimilant l’IVG à un «  soin  »), l’extension du délai légal à 14 semaines induirait pour les praticiens de mettre en œuvre des techniques glaçantes…

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le magazine.

Messages

  • Avortement : un combat sans fin par Gonzague Hutin
    Problele connexe à l’avortement : quoi faire des embryons congelés laissés pour compte ?
    Dans la logique éthique catholique, il est un crime et un péché de les tuer et de les instrumentaliser comme remèdes ou substituants.
    Donc, seule possibilité : les offrir à de futures mères volontaires. Or il n’y en a pas ! Que faire ?
    Solution proposée : les remettre aux religieuses qui, déjà "épouses du Christ", devraient accepter de devenir mères, vierges mères à l’image de Marie !!!
    Ou alors, quelle autre solution ? Aucune !
    Cette proposition n’est pas une plausanterie et elle mérite réponse

  • A propos des "embryons congelés laissés pour compte" "une seule possibilité" - dans "la logique éthique catholique" de les extirper "du crime et du péché" - "les remettre aux religieuses qui, déjà "épouses du Christ", devraient accepter de devenir mères, vierges mères à l’image de Marie !!!" "...Quelle autre solution ? Aucune !". Et enfin, "Cette proposition n’est pas une plaisanterie et elle mérite réponse".

    Combien de personnes de bonne volonté souhaiteraient, faut-il l’avouer, pouvoir apporter réponse comme semble l’exiger la logique personnelle de l’auteur du message du 12 décembre, 10:43 mais, faute des bagages intellectuel, anthropologique, théologique, spirituel etc... non seulement nécessaires mais indispensables pour répondre à une telle exigence, les personnes de bonne volonté, pauvres d’elles, se trouvent apparemment démunies face à cette proposition peut-être de trop haute tenue pour leur logique étriquée.

    Il ne resterait à ces braves personnes de bonne volonté qu’à prendre, en effet, exemple sur Marie face à Gabriel : "qu’il me soit fait selon...". Enfin, bref, trêve de plaisanterie.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.