Après la visite d’Emmanuel Macron au Vatican

par Gérard Leclerc

mercredi 27 juin 2018

Au lendemain de la visite d’Emmanuel Macron au Vatican, une constatation s’impose. Avec ce président, les choses ne sont plus comme avant. Avant, ce n’est pas seulement François Hollande, dont l’indifférence en matière religieuse rendait difficile toute approche des relations du politique et du spirituel. C’est aussi Nicolas Sarkozy qui, en dépit de son discours fameux au Latran, n’avait pas abordé la question avec la profondeur du président actuel. On peut avoir toutes les préventions et les réserves possible à son égard, on ne peut empêcher cette empathie avec la culture chrétienne qui peut séduire et gêner à la fois. Gêner, parce que l’on sait que s’il y a un différend avec lui, un différend grave, il ne se situera jamais dans la position d’un ennemi dont l’hostilité patente le rangerait définitivement dans un camp contre le vôtre. En politique, ce n’est pas le cas de figure le plus commode, si l’on est persuadé avec Carl Schmitt que sur ce terrain-là il faut toujours un ennemi.

Il semble bien que c’est le pape François qui a abordé le problème de la procréation médicalement assistée dans l’échange personnel qu’il a eu avec le Président. Et là-dessus, nous étions prévenus : autant Emmanuel Macron admet que les catholiques participent pleinement au débat, autant il refuse que leurs convictions constituent une injonction pour la puissance publique. Et certes, la séparation du spirituel et du temporel justifie pareil avertissement. Les moralistes catholiques savent aussi, avec saint Thomas d’Aquin, qu’il n’y a pas équivalence totale de la loi morale, encore moins des préceptes évangéliques, avec la loi civile. Pour qu’il y ait équivalence, il faudrait que les femmes et les hommes soient tous des saints, réalisant dans leur vie les plus hauts des idéaux. Ce n’est pas possible, ce n’est pas réaliste.

Pour autant, l’imperfection et les faiblesses reconnues justifient-elles certaines transgressions qui atteignent notre constitution anthropologique fondamentale ? Lorsque la procréation se trouve instrumentalisée hors des normes les plus structurantes de notre humanité, il n’y a pas seulement désaccord, il y a casus belli. Et si la transgression se trouve inscrite dans la loi, les catholiques sont forcément contraints à une vigilante objection de conscience que ne saurait entamer le respect dû à la législation. Sans objection de conscience, il n’y a plus d’État de droit. Tout cela pour conclure que, tant que nous sommes in via, en chemin, il nous est impossible d’accéder à un consensus parfait. Cela ne veut pas dire que nous ayons à nous mettre en marge, à nous réfugier dans on ne sait quelle thébaïde. La tranquillité de l’ordre, dont parlait saint Augustin, n’ira jamais sans troubles et même sans certaines dissidences, mais jamais au prix de notre désengagement.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 27 juin 2018.

Messages

  • ne vous emballez pas trop vite : les coups de tête de Macron ne durent jamais plus de trois mois !

  • Serions nous dignes, chrétiens, baptisés, ayant la Foi des apôtres de connaître la réponse du Saint- Père aux propos tenus par le président de la République sur les lois sociétales, PMA et GPA, qu’il a promis de faire voter. Henry d’ Hérouville

  • Il suffit de se rappeler la visite du candidat Macron dans une école primaire et son évocation
    devant les enfants des familles homoparentales pour n’avoir aucun doute quant à la volonté,
    présidentielle en matière de PMA et, ipso facto, demain, de GPA.........
    Cher Gérard Leclerc, j’apprécie beaucoup vos éditoriaux, et je partage souvent vos points de vue...
    Mais je me demande parfois si vous ne mésestimez pas la capacité de l’hôte actuel de l’Elysée
    à se couler admirablement dans le courant du "retour au religieux ou au spirituel" sans que personne
    ne sache quel est le fond de sa pensée religieuse.......

  • In fine, les résultats sont les mêmes. Seule la forme diffère. Hollande annonçait clairement la couleur de son refus de prendre en compte les arguments des opposants à ses réformes sociétales.
    Macron, un peu plus érudit sur les questions religieuses, enfume préalablement le terrain (l’encens des Bernardins...) et étourdit son auditoire avant de procéder à l’inverse de ce qu’il laisse entendre !

    Pour autant, pas d’illusion possible, le catéchisme du petit Manu c’est bien la doxa néo-libérale (le cirque élyséen, le soir de la fête de la musique, n’en était qu’un prolongement, très révélateur par ailleurs...) . PMA, GPA - et tout ce que l’ingénierie génétique pourra inventer - rapportent du fric, beaucoup de fric à des groupes qui entendent bien ne pas se laisser déposséder de la moindre parcelle de leurs profits par quelques cathos "moralistes et obsolètes".

    Donc, sauf séisme inattendu remettant en cause la survie immédiate du pouvoir LaREM, Macron ne fera pas le moindre geste pour barrer la route à toutes ces bio-technologies conçues dans les cervelles de savants sans éthique et de marchands cupides. Les lobbies y travaillent d’arrache-pied et l’opinion publique, pleinement circonvenue dans sa majorité, conçoit - hélas - ces techniques comme un progrès incontournable.

    Il n’est cependant pas interdit de s’engager et de se mobiliser dans la dissidence.
    Peut-être faut-il pour cela élargir le point de vue et examiner la question selon plusieurs perspectives.
    À cet égard, il n’est pas inutile (et même fort recommandé !) de lire l’analyse proposée sur le site "pièces et main d’oeuvre " :
    Reproduction artificielle "pour toutes" : le stade infantile du transhumanisme
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/reproduction_artificielle_.pdf
    39 pages parfaitement claires qui s’achèvent par un très utile "glossaire Novlangue de la reproduction artificielle"...

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.