Action de grâce

par Gérard Leclerc

mardi 30 octobre 2018

En cette période difficile pour notre Église, il s’agit – me semble-t-il - de prendre toute la mesure de ce qu’elle doit affronter, et nous solidairement avec elle, mais aussi d’éviter une sorte de névrose qui n’arrangerait rien, bien au contraire. Il faut parfois, simultanément, se confesser du mal et rendre grâce pour tout le bien reçu. Au moment du jubilé de l’an 2000, saint Jean-Paul II avait tenu à ce que l’Église fasse repentance pour ses graves défaillances du passé, mais simultanément, on avait conçu, au Saint-Siège, un livre des merveilles pour rappeler combien l’Église était la source de grâces multiples dans les domaines les plus différents, le plus éclatant étant celui de la sainteté. J’y songeais hier, en assistant à la belle cérémonie des obsèques du père Bernard Bro dans l’abbatiale de Solesmes. Il y a des merveilles dans la liturgie grégorienne. Je pense au chant final : « In paradisium deducant te angeli. » Que les anges te transportent jusqu’au Ciel ! De quel extraordinaire patrimoine sommes-nous les débiteurs ! Patrimoine qui nous porte et qui illustre toute l’espérance évangélique.

Dans cette même abbatiale, nous pouvons contempler deux ensembles statuaires étonnants. D’un côté, la scène de la descente de croix lorsque Jésus crucifié est remis dans les bras de sa mère. De l’autre, la scène rarement représentée de la dormition de la Vierge, en présence de saint Jean et de tout un entourage apostolique. Et puis il y a l’histoire de l’abbaye, sensible ici par le tombeau de Dom Guéranger, restaurateur de l’ordre de saint Benoît en France au XIXe siècle. Comment oublier que le père Lacordaire, restaurateur de l’ordre de saint Dominique est venu ici lui rendre visite et que tous deux ont écrit une page mémorable de notre passé religieux ? Avec la sépulture du père Bro, ce sont un peu les retrouvailles entre bénédictins et dominicains. C’est Mgr Raffin, un évêque appartenant à l’ordre des frères prêcheurs qui présidait la célébration accompagné de trois frères, en communion avec le père abbé et toute sa communauté. Bernard Bro a passé ses dernières années dans une maison de retraite tenue par les sœurs servantes des pauvres, une congrégation liée à Solesmes et qui assume le service si important de l’aide aux malades et de l’accueil au grand âge.

Oui, décidément, hier l’action de grâce accompagnait le deuil, avec le rappel de toute une vie offerte, où la famille très présente à la cérémonie, témoignait aussi de la grâce des enracinements et des fidélités.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 30 octobre 2018.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.