Accueil du site > Actualités > The Catholic Thing > Fatima et la Paix dans le Monde

Imprimer cette page

Traduit par Marie-Paul

Fatima et la Paix dans le Monde

par Howard Kainz

mardi 10 septembre 2013


Les apparitions de Notre Dame à Fatima en 1917 au beau milieu de la Première Guerre mondiale et au début de la “Révolution d’Octobre ” en Russie ont eu des effets historiques à long terme.

Les apparitions de Fatima furent précédées au printemps 1916 par celle d’un ange qui s’est désigné lui-même comme “l’ange de paix” à trois enfants portugais : Lucia, Jacinta et Francisco. L’ange leur est apparu de nouveau en été, en leur disant que le ciel avait “des desseins de miséricorde” et il leur a appris à offrir prières et sacrifices. Il est apparu une troisième fois en automne, où il apportait l’Eucharistie aux enfants.

Les apparitions de Notre Dame ont commencé le 13 mai 1917 et se sont poursuivies le treize de chaque mois – sauf en août, lorsque les enfants ont été emprisonnés et menacés d’exécution. Le 19 août, Notre Dame est apparue dans un endroit différent et a promis aux enfants qu’elle ferait un miracle le 13 octobre, pour que tous puissent croire.

Le miracle s’est révélé être ce que Thomas d’Aquin a répertorié comme appartenant à la plus haute catégorie de miracle – un événement absolument impossible selon la nature. Dans ce cas-ci, ce furent des girations et des mouvements de haut en bas du soleil, par trois fois, au témoignage de 70 000 personnes présentes à Fatima et dans des villages voisins, et qui furent rapportés dans les journaux.

Les bouleversements historiques ont débuté presque immédiatement. Le P. Stanley L. Jaki, théologien et professeur de Physique à l’université Seton Hall qui a voyagé au Portugal pour mener une enquête scientifique précise sur les témoignages oculaires et les dépositions concernant le “miracle du soleil,” observe dans son livre, God and the Sun at Fatima  :

Le lendemain du miracle du soleil l’histoire du Portugal a commencé à changer dans les isoloirs, bien qu’à ce moment-là personne n’ait pu en subodorer le présage. Que serait-il arrivé, on peut se le demander, si le Portugal était devenu la proie des plans de Lénine qui a décrit Lisbonne comme la capitale la plus athée du monde ? Il n’aurait pas regardé Lisbonne si de près, s’il n’avait pas eu de plan en ce sens. Que serait-il arrivé en Espagne [pendant la Guerre civile espagnole], avec le Portugal déjà dans le camp communiste ? Et que serait devenue la France, gouvernée par le “Front populaire,” si la Péninsule ibérique entière s’était transformée en avant-poste de Moscou ?

Outre les conséquences sur la Péninsule ibérique, les messages prophétiques pour le vingtième siècle ont été aussi transmis à travers trois “Secrets” que Notre Dame a confiés aux enfants, et qui ont été ultérieurement révélés par le témoin survivant, Lucia.

Le Premier Secret consistait en une vision de l’Enfer, complétée par l’avertissement que les guerres sont provoquées par le péché, que “les péchés de la chair” sont la cause la plus fréquente de la chute en Enfer et que Dieu a voulu établir la dévotion au Cœur Immaculé de Marie pour sauver des pécheurs de la perdition éternelle.

Le Deuxième Secret avertissait de l’approche de la Seconde Guerre mondiale et de l’expansion du communisme soviétique. Il était suivi par la requête de la consécration personnelle au Cœur Immaculé de Marie, de la communion réparatrice pendant les cinq premiers samedis du mois et de la consécration de la Russie au Cœur Immaculé par le pape et les évêques. Notre Dame avertissait que, faute de cela, la Russie étendrait ses erreurs partout dans le monde avec la persécution des chrétiens. Mais elle a ajouté que pape ferait finalement la consécration et que la Russie se convertirait.

Dans le Troisième Secret, révélé par le Vatican en 2000, Notre Dame n’a pas parlé. Les trois enfants furent témoins d’une vision des souffrances futures des chrétiens et du pape. Et ils ont entendu un ange tenant une épée flamboyante sur le monde, et criant “pénitence, pénitence, pénitence” ! Après son enquête, le P. Jaki a conclu que Fatima était sans doute l’événement le plus important du vingtième siècle, un signe providentiel pour une période qui devait voir perpétrés tant d’actes inconcevables d’inhumanité et d’immoralité.

En 1984, le pape Jean Paul II, en union avec les évêques du monde entier, a consacré la Russie et le monde au Cœur Immaculé de Marie (La tentative d’assassinat sur JP II s’est produite le 13 mai 1981 et il s’est rendu à Fatima pour la béatification de deux des enfants le 13 mai 2000 – la balle qui a failli le tuer, selon les autorités de l’Eglise, se devait d’y être sertie dans la couronne de la statue de Marie. ) En 1989, le Mur de Berlin tombait et la dissolution ultérieure de l’Union Soviétique a pris le monde au dépourvu.

Quelques Fatimistes ont été déçus du manque de conversions individuelles en Russie. Mais Notre Dame a parlé de la conversion d’un pays. Les signes après 1989 en Russie sont nombreux : les Chrétiens orthodoxes sont au nombre de 60 million, y compris le Président et le Premier ministre. Selon un article National Geographic de 2009 :

En 1987 il y avait seulement trois monastères en Russie ; aujourd’hui il y en a 478. Alors qu’il y avait juste deux séminaires ; maintenant il y en a 25. Le plus frappant est l’explosion du nombre des églises : d’environ 2 000 du temps de Gorbachev à presque 13 000 aujourd’hui.

Ce qui reste toujours à accomplir est la réunion “des Eglises sœurs” Orthodoxe et Romaine, réunion en direction de laquelle des pas significatifs ont été faits depuis le Vatican II. Peut-être que cet aboutissement “fermerait le circuit” et provoquerait un changement miraculeux dans le Christianisme et le monde.

La Russie n’étend plus ses erreurs dans le monde entier et ne persécute plus les chrétiens. Mais les chrétiens sont toujours persécutés entre les mains de militants islamistes criant “Allahu Akbar,” qui présentent maintenant de grands défis, non seulement pour la démocratie, comme cela a été évoqué ici même dans une publication précédente, mais pour la paix mondiale.

Pourquoi Notre Dame n’a-t-elle pas mentionné cette menace, quand elle a averti des guerres mondiales et de la persécution de chrétiens ? Ce n’était pas nécessaire, depuis que nous avons eu l’avertissement adéquat de Notre Seigneur lui-même, qui a prophétisé : “L’heure vient où quiconque vous tuera croira faire une offrande à Dieu” (Jean 16:2).

Les demandes de Notre Dame à Fatima – consécration au Cœur Immaculé de Marie, réparation pendant les cinq premiers samedis du mois et pénitence – nous offrent toujours le seul chemin sûr vers la paix.

Source : http://www.thecatholicthing.org/col...

Photo : Fatima en 1917.


Howard Kainz est professeur émérite de philosophie à l’université Marquette. Ses publications les plus récentes sont : la Loi Naturelle : Natural Law : an Introduction and Reexamination  (2004), The Philosophy of Human Nature (2008), and The Existence of God and the Faith-Instinct  (2010).