Vers la croissance verte ?

par Serge Plenier

.

"Enormes sécheresses et inondations, cyclone dévastateurs, pandémie de maladies tropicales"… c’est sur cet impressionnant tableau que Maciej Nowicki, ministre polonais de l’Environnement, a ouvert,, lundi dernier, la Conférence de l’ONU sur le changement climatique qui se tiendra à Poznan jusqu’au 12 décembre.

On pourrait juger incongru un tel événement alors que le monde se débat en pleine crise financière. C’est oublier que le réchauffement climatique est aussi une menace économique, sans doute bien plus importante et qui risque de causer des dommages irrémédiables. La fonte des glaces polaires menace directement les zones d’estuaires ou de deltas qui risquent de devenir inhabitables, voire de disparaître. Les sécheresses et autres catastrophes naturelles provoqueront des vagues massives d’émigration, sans oublier les conflits exacerbés dans des régions politiquement fragiles.
Le changement climatique est un enjeu majeur et prioritaire. La planète ne peut plus attendre et tous les dirigeants le savent bien, y compris ceux qui l’admettent du bout des lèvres. On peut d’ailleurs noter un début de prise de conscience dans des pays comme la Chine, jusque-là focalisés sur leur seule croissance économique, au détriment de l’environnement. Aux USA, l’élection d’Obama devrait également permettre de lever certains blocages.

Lutter contre le réchauffement de la planète est une nécessité autant économique qu’écologique. Cela signifie-t-il pour autant renoncer à la croissance et prôner une activité au ralenti ? Ce n’est pas évident, loin de là. Sans doute, certaines activités sont-elles condamnées à plus ou moins longue échéance et la mutation ne fera pas sans douleurs. Mais si des chemins se ferment, d’autres s’ouvrent. En évoquant les 500.000 emplois qui pourraient être créés entre 2009 et 2020 grâce au Grenelle de l’Environnement, Jean-Louis Borloo n’exagère sans doute pas. Le développement durable et une meilleure gestion de l’environnement sont les gisements d’emplois de demain.

La prochaine croissance économique sera verte ou ne sera pas. La Conférence de Poznan doit impérativement nous permettre de sortir des désillusions du protocole de Kyoto, même s’il faut encore tolérer les marchandages autour des "permis de polluer". Pour la terre, le temps est désormais compté.

© Acip

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.