Une nouvelle guerre mémorielle

par Gérard Leclerc

lundi 27 janvier 2020

Mémorial des noms, Yad Vashem, Israël.
CC by : צילום :ד"ר אבישי טייכר

Comme si la réforme des retraites ne suffisait pas à attiser les passions, le président de la République a donné le sentiment, ces jours-ci, de vouloir soulever d’autres sujets de querelle. Ainsi a-t-il provoqué un tollé dans le monde judiciaire en prenant parti à propos de la douloureuse affaire du meurtre de Sarah Halimi, dont le présumé coupable a été jugé pénalement irresponsable. Il est vrai que cette décision a soulevé une véritable tempête et qu’Emmanuel Macron n’est pas le premier à avoir protesté. Mais l’intrusion dans une affaire judiciaire du chef de l’exécutif fait difficulté. C’est à son retour d’Israël, où il avait commémoré le souvenir de la Shoah, qu’il s’est ainsi prononcé en faveur d’un procès pour juger Kobili Traoré. Mais il ne s’est pas contenté d’allumer cette étincelle propre à enflammer l’opinion.

Il s’est aussi avancé sur un terrible terrain mémoriel en évoquant la guerre d’Algérie et en la rapprochant de la Shoah (qui avait motivé sa venue à Jérusalem au mémorial de Yad Vashem). Emmanuel Macron a-t-il eu vraiment conscience du scandale qu’il risquait de provoquer ? La guerre d’Algérie, a-t-il confié à plusieurs journalistes, est le plus dramatique des défis mémoriels qu’il doit affronter. Mais là, il s’agit de citer Macron dans le texte : « Il est là (ce défi) et je pense qu’il a à peu près le même statut que la Shoah pour Chirac en 1995. » Les réactions n’ont pas tardé à droite où plusieurs leaders ont exprimé leur indignation, si bien que l’Élysée s’est trouvé dans l’obligation de faire une courte mise au point. Il n’a jamais été question, dans l’esprit du président, d’assimiler la guerre d’Algérie à la Shoah dont le caractère unique ne saurait se discuter.

Il n’empêche qu’il est difficile de se rattraper en pareille matière et que nous allons probablement vivre une querelle mémorielle qui risque de rebondir pour peu que le président de la République s’estime dans l’obligation de graver, en quelque sorte, ses convictions dans le marbre. Lui qui entend réconcilier risque d’approfondir les divisions, mais il ne fera que s’inscrire dans une continuité bien française. Le débat mémoriel est même antérieur au séisme de la révolution française. Il entre dans une nouvelle étape.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 27 janvier 2020.

Messages

  • C’est comme la tectonique des plaques. La bêtise abyssale avance inéluctablement, écrasant tout sur son passage.
    Seules la vérité et la sagesse y font obstacle, mais c’est au prix de secousses et de tremblements dont l’amplitude et la puissance sont en proportion de celles de la bêtise...
    Nous sommes en pleine crise tectonique. Les grondements sourds de la société, qui tente de résister à l’écrasement et à l’effet de tenaille, ne sont pas entendus et seule la stupide politique du rouleau compresseur, sourd et obstiné, y répond.
    La camarilla écervelée qui nous dirige devrait prendre garde. Pompéi, vaquant à ses plaisirs, ne se souciait non plus des fumerolles pestilentielles, ni des étranges lueurs dans le ciel. Puis, soudain, une immense coulée pyroclastique est venue tout vitrifier...

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.