Conflit au Haut-Karabagh

Une nouvelle guerre de religions ?

par Vincent Aucante

vendredi 19 février 2021

Le monastère de Khor Virap devant le mont Ararat, à la frontière turque.
© Andrew Behesnilian

L’Arménie, premier État chrétien de l’Histoire en 301, est-elle martyrisée au Haut-Karabakh par l’Azerbaïdjan à cause de sa fidélité au Christ ? Analyse de Vincent Aucante, chargé de mission au ministère de la Défense.

Dès que l’on parle des récents combats entre Arméniens et Turcs, la crainte d’un retour du génocide s’éveille. Il faut dire que l’un des protagonistes, la Turquie, n’a jamais caché son hostilité à l’égard du christianisme. Dans les années 70, les séminaires arménien et grec-orthodoxe d’Istanbul ont été obligés de fermer, et nombre de prêtres et de pasteurs ont depuis été assassinés. Avec l’arrivée au pouvoir en Turquie, en 2002, de l’AKP, un parti lié aux Frères musulmans, son leader Erdogan a mis en place une politique résolument islamiste.

Des lieux de culte chrétiens ont été convertis en mosquées, des religieux et des musulmans convertis ont été emprisonnés. Dans l’Est du pays, soumis à la loi martiale, les terres des monastères syriaques et chaldéens sont confisquées. La montée de l’islamisme turc s’accompagne de multiples violences contre les chrétiens. La position officielle de la Turquie à l’égard du christianisme a ainsi été résumée en 2007 dans une déclaration officielle du ministère de la Justice : «  Les missionnaires chrétiens sont plus dangereux que les organisations terroristes.  »

Et par ce mot, il faut entendre le terrorisme kurde, car la Turquie est l’alliée du terrorisme islamiste. Elle a soutenu Daesh en Irak et en Syrie, son territoire faisant office de sanctuaire pour les terroristes auxquels elle a apporté un soutien logistique, leur fournissant même des armes.
La Turquie demeure de fait une des plateformes financières soutenant la prolifération mondiale du terrorisme islamique, à travers diverses fondations humanitaires et sociétés-écrans, comme l’a révélé le rapport du 31 juillet 2020 de l’Inspection générale du Pentagone.

L’Azerbaïdjan, un allié

La nuisance de la Turquie n’est plus à démontrer, mais qu’en est-il de son allié, l’Azerbaïdjan ? Depuis son indépendance en 1991, ce pays, de tradition laïque, est gouverné par un «  régime présidentiel  » de père en fils, autrement dit une dictature. La majorité de la population est chiite, comme ses voisins iraniens. La principale minorité chrétienne est russe-orthodoxe et ne subit pas de discrimination religieuse. Le rapprochement entre l’Azerbaïdjan et la Turquie s’est établi sur une base ethnique, culturelle et linguistique.

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le magazine.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.