Une nouvelle Pentecôte ?

par Gérard Leclerc

vendredi 1er juin 2018

C’est saint Jean XXIII qui avait associé l’événement du concile Vatican II à une nouvelle Pentecôte. C’est lui aussi qui avait évoqué un nouveau printemps pour l’Église. À un demi-siècle de distance, peut-on estimer que ses prévisions ne se sont malheureusement pas réalisées ? En ce qui concerne l’Église d’Occident en tout cas, et de l’Église de France en particulier, c’est d’effondrement que parle l’historien Guillaume Cuchet. Il faut bien admettre qu’au lendemain même du concile, l’Église a été confrontée à un véritable changement de civilisation qui l’a prise au dépourvu. Chronologiquement, on peut désigner trois dates qui marquent autant d’épreuves pour une institution qui s’est trouvée déstabilisée. 1965 : effondrement de la pratique religieuse ; 1968 : révolte du clergé et départ de milliers de prêtres ; 1975 : dispersion du catholicisme de gauche qui avait dominé la scène depuis la guerre, notamment à travers l’Action catholique. Faut-il donc admettre que l’Esprit Saint se serait mis en congé à cette période ? Après tout, et beaucoup plus gravement, on a pu parler d’une éclipse de Dieu au moment de la Shoah.

L’espérance surnaturelle est étrangère à l’optimisme mondain. Elle est, par ailleurs, affrontée à ce que saint Paul appelle le mystère d’iniquité. L’humanisme contemporain, venu des Lumières, a voulu effacer de l’histoire cette présence du mal, en s’autorisant d’un Progrès irrépressible dès lors que c’est la raison qui aurait pris le commandement. Nous savons qu’il s’agissait là d’un aveuglement et que cet humanisme n’a pas évité les grandes tragédies du XXe siècle. Pour les chrétiens, ces tragédies imposent une reconsidération de l’esprit de Pentecôte. À l’origine du christianisme, saint Paul expliquait qu’il n’y avait que la puissance de l’Esprit Saint pour retenir la puissance de Satan. Il y a d’ailleurs eu confusion – et encore récemment – sur la nature de la force qui s’oppose à l’antéchrist. Au progressisme chrétien qui confond l’espérance et l’utopie, correspond la déviation d’un Carl Schmitt qui substitue une force politique à l’action de l’Esprit Saint.

Nous sommes ainsi amenés à revenir à la spiritualité authentique de la Pentecôte, qui est effusion de l’Esprit Saint sur les apôtres, conduisant à leur conversion personnelle avec les grâces qui vont leur permettre d’aller évangéliser les nations jusqu’aux extrémités du monde. La Pentecôte est aussi l’événement qui constitue la communauté ecclésiale à partir d’une âme commune, et de la communication des dons, qui sont d’abord sacramentels. Le retour liturgique annuel nous fait comprendre ce qu’est le temps de l’Église, qui n’a été rendu possible que par la Pâque du Seigneur avec le sacrifice de la Croix. Il n’y aura pas de triomphe définitif du Royaume avant la fin des temps. D’ici là, l’Église ira de commencement en commencement, comme le disait saint Grégoire de Nysse, dans le renouvellement constant de la vie de l’Esprit.

Pour aller plus loin :

Messages

  • Bonsoir,
    Il est certain que le concile convoqué par le Pape Jean XXIII n’a pas porté les fruits attendus,mais ce Pape envisageait-il de le poursuivre plus d’une année ?
    J’ai lu l’autobiographie du bon Pape Jean :"Journal de l’âme",à ne pas confondre avec :"Le journal d’une âme", de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus,dans l’ouvrage du Pape Jean tout laisse à penser qu’il envisageait clôturer lui même le concile fin 1963,la maladie l’a emporté vers la maison du Père trop tôt.
    La prière pour le concile rédigée par le Pape lui-même en 1959 ne semble pas envisager l’oecuménisme sous le même angle dont nous le considérons depuis la fin du concile en 1965.
    Voici donc des passages de la prière :
    après avoir invoqué le secours des trois personnes de la Sainte-Trinité,en voici quelques extraits" :..que la lumière et la force de l’Evangile se répandent toujours davantage dans la société humaine ;que la religion catholique et l’activité des oeuvres missionnaires accroissent leur vigueur ;et qu’enfin la doctrine de l’Eglise soit plus pleinement connue et que les les moeurs chrétiennes connaissent un salutaire progrès...nous vous prions aussi pour les brebis qui ne sont pas dans l’unique bercail de Jésus-Christ,afin que,de même qu’elles s’honorent d’être chrétiennes,de même elles parviennent enfin à l’unité sous la
    conduite de l’unique Pasteur".Viennent ensuite une invocation à la Vierge Marie Mère du Sauveur et à Saint-Pierre.
    En ce qui concerne les modifications liturgiques,en particulier la messe,la dernière édition du missel quotidien et vespéral en latin et langue vernaculaire date de 1962, sous le pontificat du Pape Jean et l’ année de l’ouverture du concile Vatican II.
    Un petit ouvrage intitulé :"Attentifs à Dieu",collection Témoins,Foi Vivante, éditions du Cerf,2000,reprend l’essentiel du Journal de l’âme.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.