Une gauche divisée

par Gérard Leclerc

mardi 23 mars 2021

© Jeanne Menjoulet / CC by-nd

La gauche se déchire à propos des positions racialistes de la direction de l’UNEF ce syndicat étudiant qui a longtemps rassemblé toutes ses composantes. C’est que la guerre idéologique est profonde. Elle s’enracine dans des questions civilisatrices.

La guerre des idées analysée par Eugénie Bastié dans son livre très argumenté se poursuit ces jours-ci avec intensité. La Croix d’hier titrait sur « L’université ébranlée » et au terme d’un long article rendant compte des déchirements universitaires, Bernard Gorce concluait en des termes pessimistes : « Républicains contre communautaristes, réactionnaires contre gauchistes, les tensions sont exacerbées par la puissance et la violence des mobilisations sur les réseaux sociaux. (…) La disputatio, au cœur de la tradition universitaire résistera-t-elle à ce contexte politico-culturel ? » C’est bien là l’enjeu, dès lors que l’université est en proie à une véritable guerre idéologique, qui laisse peu de place à l’échange civilisé des opinions.

La gravité de la situation peut s’observer aussi au spectacle d’une gauche elle-même en pleine tourmente. La formation syndicale étudiante, qui a longtemps rassemblé les courants les plus divers de cette gauche, l’UNEF, ne fait plus l’unanimité. Les positions récentes de sa direction actuelle font l’objet de rudes discussions. Nombre d’anciens dénoncent ses errements racialistes, telle l’organisation de « réunions non mixtes racisées », c’est-à-dire de réunions dont son exclus les blancs. Sans doute, la proposition de dissoudre l’UNEF, à l’exemple des identitaires, est-elle largement rejetée, même par les plus amers de ses anciens.

Mais nous en sommes revenus au climat des années d’après-guerre. Je l’ai redit plusieurs fois, mais la crise actuelle est profonde. Elle ne concerne plus l’habituel spectacle offert par les intellectuels, car elle s’enracine dans des questions de civilisation terriblement déstabilisatrices.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 23 mars 2021.

Messages

  • réflexion de Solange Heisdorf-Strimon

    Vous avez raison...

    ... de souligner la gravité de la situation, et les difficultés qui s’y rapportent. Comment sortir de cette crise qui touche tous les domaines. Rien ne va plus nulle part ! pourquoi ? peut-être (ou sûrement) qu’il n’y a pas de capitaine à bord du navire ! Au temps où les Français avaient un idéal, une foi, une pratique religieuse, tout espoir était possible. Actuellement, on s’égare dans le néant et si l’Eglise ne remet pas les pendules à l’heure avec fermeté et enthousiasme, en sachant que rien ne sera plus jamais comme avant, IL faut s’attendre au pire. Soyons malgré tout optimistes et/ou réalistes ! Croire en Dieu, en l’avenir, c’est encore possible... prions !

  • En effet, mais quelle est donc cette Eglise dont il est attendu qu’elle ajuste les aiguilles de l’horloge si ce n’est, sauf erreur, l’ensemble des membres de Christ, Lui-même "pierre d’angle" ignorée voire rejetée...

    En rejoignant "Un an après", pourquoi ne pas entreprendre avant tout un travail de libération intérieure des entraves inhérentes à soi-même afin de pouvoir dénoncer et, peut-être, lutter efficacement contre de tristes et étouffantes réalités.

    Rester "malgré tout optimistes et/ou réalistes" pourquoi pas, mais s’agissant de "Croire en Dieu, en l’avenir" et prier ne relèverait-il pas plutôt de l’Espérance ? "N’ayez pas peur, c’est moi" disait Jésus marchant sur les flots couvrant de ténébreuses et suspectes profondeurs...

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.