Une Vertu Insaisissable et Essentielle

Rev. Jerry J. Pokorsky, traduit par Claude

vendredi 11 septembre 2020

Jesus Et Pierre sur l’eau, Gustave Brion (1863)
Brigham Young University Museum of Art, Provo, Utah

Les récits d’héroïsme nous intriguent. L’histoire de Jeremiah Denton – un aviateur de la marine américaine devenu Sénateur U.S., abattu au Nord Vietnam et détenu dans l’infâme Hanoi Hilton - est un récit saisissant de courage. Dans une vidéo de propagande, ses ravisseurs l’ont forcé à dire que les communistes le traitaient humainement. Profitant des lumières brillantes pour déguiser ses efforts, il utilisa ses yeux pour cligner le mot « TORTURE » en code Morse. Il savait que les communistes le rattraperaient ultérieurement, et qu’il en souffrirait des conséquences. Ils l’ont fait, et il souffrit. Mais quel magnifique exemple de faire la bonne chose quelles qu’en soient les conséquences.

Courage ne signifie pas intrépidité. Faire des choses téméraires n’est pas non plus courageux. La vraie vertu du courage est guidée par la raison ; elle modère et dirige nos peurs et nos pulsions imprudentes. Il y a un moment pour creuser des tranchées, et il y a un moment pour les assauts frontaux. La force d’âme est une vertu qui exploite les deux impulsions au bon endroit et au bon moment.

Le courage est plus imprévisible que les autres vertus. Une personne équilibrée s’attend à exercer un self-control sur son prochain repas ou boisson. Une personne raisonnable planifie de payer les factures en temps utile. Mais la capacité à répondre avec courage sous contrainte est plus un espoir qu’une certitude.

Un mystérieux mélange d’honneur, de respect et d’amour inspire le courage. Le courage des soldats de la guerre civile est incompréhensible aujourd’hui, mais les historiens discernent en eux un profond sens du devoir et de l’honneur. Dans la Bataille de la Wilderness (1864) par exemple, presque 18 000 Yankees furent tués ou blessés. Mais les soldats acclamèrent lorsque le Général Grant ordonna à l’armée de ne pas abandonner, et de poursuivre au sud l’armée confédérée du Général Lee. Courage inimaginable.

Outre le devoir et l’honneur, il y a d’autres facteurs qui entrent dans le courage. Durant la guerre du Vietnam les « planificateurs experts » c’est à dire « les meilleurs et les plus brillants » pensaient pouvoir organiser les plus efficaces unités combattantes de l’histoire. Mais le fait de désorganiser des unités militaires par des modifications d’effectifs sur la seule base de l’expertise endommagea le moral. Les soldats combattent pour leur pays, mais dans le feu de la bataille ils se battent d’abord pour leurs copains. Les relations humaines sont le dénominateur commun de la plus-part des actes de courage.

L’amour de Dieu et du voisin est le fondement du courage chrétien. Jésus appelle les douze à être ses partenaires. Il leur dit de prendre leur croix, et de le suivre comme un groupe de frères. Mais ils ne pouvaient le faire que par le courage enraciné dans leur amour et leur confiance en Lui, et en les autres Et ils ont eu besoin de ce courage, puisque tous à l’exception de Saint Jean, moururent martyrs.

Si nous espérons être courageux, nous devons retourner à Jésus, qui est le fondement de tout courage chrétien. Notre amour doit aller par-delà une simple affection. L’amour pour Jésus inclut nécessairement l’amour pour Sa Loi et ses Enseignements. « Si vous gardez mes commandements, vous resterez dans mon amour… Ces choses que je vous ai dites, que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite  » (St Jean 15 :10 - 11).

Nous mesurons notre amour pour Jésus par notre désir de lui obéir, incluant : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis » (Jean 15 :12). Quand nous faisons honneur à Ses paroles et à Sa loi, nous devenons dignes d’être honorés. Et le désir de défendre l’honneur chrétien inspire le courage en nous.

Les gens honorables expriment leur honneur avec révérence. Quand ils vénèrent l’histoire de leur nation, en se remémorant le bien et le mal – ils entretiennent leur patriotisme et approfondissent leur amour de la patrie. Ils doivent avec révérence saluer le drapeau. De même, révérence à la Messe, respect pour cet espace sacré, réception respectueuse de la Sainte Communion – tous approfondissent notre amour et soutiennent nos engagements vis-à-vis de Jésus et de son Église. Avec révérence nous renforçons notre honneur et sommes davantage capable de le défendre avec courage.

Dans l’Évangile, les miracles de Jésus sont généralement très pratiques, nous invitant à la confiance. Il guérit les malades, Il nourrit les affamés, et Il ressuscite même les morts. Les rares « miracles spectaculaires » – quand Jésus marche sur les eaux, par exemple - au premier coup d’œil, n’ont pas un objectif pratique. Mais seule la Divinité a la domination sur les eaux déchaînées de la mer. Aussi quand Il marche sur les eaux pendant la tempête, Jésus révèle sa divinité. La lueur de courage de Pierre en réponse est le résultat de sa confiance en Jésus. Même si c’est seulement quelques instants, Pierre devient divin, marchant sur l’eau avec le Seigneur.

En Jésus, nous aussi avons la domination sur les mers, les montagnes, et toute la création, une dignité que nous saisissons par la foi. Si ce n’est que seulement de rares instants de la vie de Pierre, cette scène d’Évangile confirme cette observation de St Athanase : « Car le Fils de Dieu devint homme, pour que nous puissions devenir Dieu » - mais seulement si nous gardons foi en Jésus.

Dieu est tout-puissant et règne d’en haut. Cependant Il est aussi courageux d’une certaine manière parce qu’Il donna sa vie pour le Salut du monde. Combien intrigant et mystérieux il est de dire que Dieu omnipotent est courageux ! Par conséquent, le mystère du courage est finalement enraciné dans le courage de Jésus lui-même. Si nous voulons être comme Dieu, nous devons prier pour qu’Il partage son courage avec nous.

Nous ne savons pas si le courage nous portera dans les inévitables tribulations de la vie. Dieu n’accorde pas Sa grâce avance. Aussi nous espérons. Mais nous savons ceci avec certitude : nous pouvons fortifier notre espoir en tant que Chrétiens honorables et respectueux, en nous efforçant de connaître et d’aimer Jésus en marchant à sa suite.

« Prends courage et soit un homme. Garde le service du Seigneur en marchant dans ses voies et en observant Ses lois, Ses commandements, Ses ordonnances et Ses préceptes, afin que tu réussisses dans tout ce que tu feras » (1 Livre des Rois 2 :2b-3).

À propos de l’Auteur

Le Père Jerry Pokorsy est un prêtre du Diocèse d’Arlington. Il est le Curé de la Paroisse de Ste Catherine de Sienne à Great Falls, Virginia.


Voir en ligne : The Catholic Thing

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.