Une France raciste ?

par Gérard Leclerc

mercredi 2 mars 2016

« Un rapport européen accuse la France. » Selon des experts de la Commission européenne, il y aurait lieu de s’inquiéter de l’accroissement des violences racistes, antisémites et islamophobes, en France, alors qu’on assisterait en même temps à une banalisation des discours racistes. J’avoue que ce genre d’accusations a le don de me hérisser le poil. Non que je mette en doute l’existence de pratiques condamnables, que je réprouve moi-même. Mais je suis indisposé par une propagande qui donne le sentiment que le peuple français serait sinon raciste, du moins tenté de succomber à certains travers. Les titres des journaux sont explicites. C’est bien la France qui est accusée. Et quand on parle de la France, on désigne forcément le peuple français en général. Et là, pardon, mais ça ne passe pas. Cette culpabilisation implicite d’un sujet collectif m’indigne, car elle pourrait bien être le reflet d’un racisme inversé.

Le peuple français serait suspect, par principe. Et dès lors tous les maux possibles pourraient lui être imputés. Cela rejoint d’ailleurs un certain discours sociologique, lui-même uniformément accusateur. Toutes les difficultés du pays seraient dues à la mauvaise nature d’une population de Dupont-Lajoie forcément haineuse à l’égard d’autrui. Il y aurait donc une sorte de racisme en France, un racisme anti-immigré, un racisme blanc. L’imprécision d’analyse du rapport européen conforte cette impression dans la mesure où aucune étude sérieuse n’est formulée sur l’origine des actes antisémites ou anti arabes. Je crains que ce genre de procès n’aggrave plutôt qu’il n’arrange nos problèmes, dont la nature est singulièrement complexe. Si l’on veut en avoir une idée un peu plus précise, qu’on aille voir le dernier film de Cheyenne-Marie Caron intitulé Patries. On sera infiniment mieux instruit des difficultés de cohabitation qui ne sont pas unilatérales.

Pour nos procureurs, il n’est qu’un moyen de combattre notre racisme indélébile, c’est l’aggravation de notre législation pour motifs racistes ou homophobes. La boucle est bouclée. On retrouve là ce que Philippe Muray appelait « l’envie du pénal ». Pour mettre le peuple au pas, il faut, disait-il, « le mettre au pas de loi ». L-o-i. Triste illusion, remède illusoire.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 2 mars 2016.

Pour aller plus loin :

Messages

  • Il faudrait savoir qui sont ces "experts" qui parlent ainsi de notre pays ? N’ont-ils pas des préjugés idéologiques ? Au nom de qui et de quoi parlent-ils ainsi ? Les réponses à ces questions éclaireraient bien leurs motivations et donc leur discours.

    • Qui est derrière tout cela, qui a intérêt à insulter la France, qui a intérêt à faire monter la mayonnaise et à susciter une réprobation injuste et stupide ? Qui ? Il y a un montage visant à déstabiliser notre pays qui est du fait de puissances étrangères et derrière cela la première d’entre elles celle qui a tous les moyens et qui est derrière tous les coups foireux en essayant d’étendre son empire tentaculaire. Et malheureusement nous ne sommes même pas défendus par notre président qui est leur obligé.

  • Tout d’abord, je dois dire que je partage entièrement l’avis de Gérard Leclerc : ce genre de littérature et de jugement me hérisse le poil au plus haut point.

    Transformer une nation entière en un collectif de racistes est aussi ahurissant que l’avait été en son temps le torchon de BHL dans lequel il prétendait que les Français avaient été dans leur quasi intégralité des collabos ! Il y a de quoi être indigné et émettre une vigoureuse protestation (qui parmi nos "élites" l’osera ?).

    Cette chape de plomb d’une sorte de politiquement correct hautement moralisateur que des lobbies malintentionnés prétendent couler sur la France et les Français est insupportable (en particulier insupportable de bêtise et de malhonnêteté).

    Au détour du rapport pointé par l’article, on peut noter d’étranges préconisations, telle celle-ci :
    « - revoir les curricula scolaires et les programmes de formation des personnels pédagogiques pour une meilleure compréhension des questions liées à la religion et à l’immigration ; »

    Cela signifierait-il qu’une discrimination qui ne dirait pas son nom est appelée des vœux de la commission ? Et ceci au nom même de l’anti-discrimination et de la morale nouvelle

    Pour tenter d’en savoir plus, je suis remonté aux sources de ce champ d’épandage de clichés malsains et malodorants.

    J’ai ainsi pu découvrir quel était ce « groupe d’experts » européens (l’ECRI*) qui accuse notre nation de « banaliser des discours de haine ».

    Et là, on constate avec stupeur que des représentants de l’Ukraine, ou de la Turquie (deux pays exemplaires où les droits de l’Homme et les exhortations à l’amour entre les peuples règnent en maîtres...) y figurent à côté de la Géorgie ou l’Azerbaïdjan ! C’est ça, l’Union Européenne (il manque Bornéo, le Texas et les Malouines...) ?

    (on peut également noter que la représentante de la Roumanie figurait déjà dans cette commission six ans avant que ce pays n’intègre l’Union européenne !)

    Le « Conseil de l’Europe », celui qui assène ce rapport accablant sur la tête des Français, est à l’image de l’Union européenne, un système arbitraire - essentiellement technocratique - qui choisit ses membres (ceux de ses commissions) en fonctions d’obscur critères et d’obscures stratégies.

    Il est quand même plaisant de se voir accuser de racisme par des représentants Ukrainiens, Turcs ou Géorgiens (toutes gens qui, de surcroît, ne sont en rien membres de l’UE !) sensés énoncer la morale sociale...

    Voici, pour info et recherches complémentaires, la liste des membres qui accusent la France de racisme :

    Membres du Bureau
    Christian AHLUND, Président Suède
    Jean-Paul LEHNERS, Vice-Président, Luxembourg
    Monsieur Mirosław WYRZYKOWSKI, Vice-Président, Pologne
    Monsieur Siniša BJEKOVIC, Monténégro
    Madame Barbara JOHN, Allemagne
    Monsieur Šarūnas LIEKIS, Lituanie
    Monsieur Daniel THÜRER, Suisse

    Membres
    Monsieur Christian ÅHLUND, Suède
    Monsieur Jovan ANANIEV, “ex-République yougoslave de Macédoine"
    Monsieur Gabriel BALAYAN, Arménie
    Madame Raluca BESTELIU, Roumanie
    Monsieur Siniša BJEKOVIĆ, Montenegro
    Monsieur Thomas BÜCHEL, Liechtenstein
    Monsieur Patrice DAVOST, Monaco
    Monsieur Regis DE GOUTTES, France
    Madame María ELOSEGUI ITXASO, Espagne
    Monsieur Vitaliano ESPOSITO, Italie
    Monsieur Michael FARRELL, Irlande
    Monsieur Gilberto FELICI, Saint-Marin
    Monsieur Fernando FERREIRA RAMOS, Portugal
    Madame Domenica GHIDEI BIIDU, Pays-Bas
    Madame Nadejda HRIPTIEVSCHI, République de Moldova
    Madame Vasilika HYSI, Albanie
    Monsieur Rovshan ISMAYILOV, Azerbaïdjan
    Monsieur Dalibor JÍLEK, République tchèque
    Madame Barbara JOHN, Allemagne
    Monsieur Imre JUHÁSZ, Hongrie
    Monsieur Baldur KRISTJÁNSSON, Islande
    Madame Kristine KRUMA, Lettonie
    Madame Mojca KUCLER DOLINAR, Slovénie
    Monsieur Volodymyr KULYK, Ukraine
    Monsieur Gün KUT, Turquie
    Madame Renee LAIVIERA, Malte
    Monsieur Jean-Paul LEHNERS, Luxembourg
    Monsieur Šarūnas LIEKIS, Lituanie
    Madame Ülle MADISE, Estonie
    Madame Maria Daniella MAROUDA, Grèce
    Monsieur Andreas PASCHALIDES, Chypre
    Madame Vesna RAKIĆ VODINELIĆ, Serbie
    Monsieur Predrag RAOSAVLJEVIC, Bosnie-Herzégovine
    Monsieur Jacint RIBERAYGUA CAELLES, Andorre
    Monsieur François SANT’ANGELO, Belgique
    Monsieur Gerald SCHÖPFER, Autriche
    Madame Tena ŠIMONOVIĆ EINWALTER, Croatie
    Madame Eva SMITH, Danemark
    Monsieur Sergey SOKOLOVSKIY, Fédération de Russie
    Monsieur Aslak SYSE, Norvège
    Monsieur Daniel THÜRER, Suisse
    Madame Reetta TOIVANEN, Finlande
    Monsieur George TUGUSHI, Géorgie
    Monsieur Michal VAŠEČKA, Slovaquie
    Monsieur Blagoy VIDIN, Bulgarie
    Monsieur Michael WHINE, Royaume-Uni
    Monsieur Mirosław WYRZYKOWSKI, Pologne

    * Commission européenne contre le racisme et l’intolérance
    http://www.coe.int/t/dghl/monitoring/ecri/Library/PressReleases/208_2016_03_01_France_fr.asp (un lien figure à cette adresse pour consultation du rapport)

  • Bonne analyse de Gérard Leclerc.

    • Accuser un pays, ici la France, de racisme, ne signifie rien du tout.

      G. Leclerc a raison, et la liste (est-elle complète, mais c’est déjà ça) fournie par de Coucy est intéressante à plus d’un titre.

      On pourrait, pourquoi pas, avancer qu’ici et là, dans tous les pays, il y a des individus - ou des groupes - qui font preuve de racisme, mais de là à "juger" et donc condamner un pays dans son ensemble n’a aucun sens. A supposer que, par exemple, ce qui s’est passé à Calais aurait été un élément permettant un tel "jugement" de la Commission européenne, serait erroné. A cet égard, on pourrait, si l’on veut, admettre que la gestion de la question migratoire a failli, mais en quoi "la France" serait-elle, dans ce cas précis, accusée d’être raciste ?

      Simple exemple imaginaire pour illustrer une situation : dans cet espace un lecteur qui ferait preuve de racisme à tel ou tel sujet, envers tel ou tel, en quoi Est-ce que France catholique dans son ensemble pourrait être jugé de "racisme" ? Et à fortiori la France toute entière ?

      Ce genre de déclarations, orales ou écrites, sont dénuées de tout fondement, et... reflète une image peu respectable de ce que serait une "Union", ici : européenne.

      MERCI.

  • S’il est un "racisme" dont la Commission devrait vivement s’inquiéter, c’est, si j’ose dire, la montée du "racisme anti-bruxellois".

    Celui-ci a des causes assez faciles à identifier et ce n’est pas avec des initiatives comme celles-ci que Bruxelles va enrayer le discrédit dans lequel les institutions européennes sont en train de s’enfoncer.

    Cet aveuglement est consternant et pathétique.

  • Merci à Gérard Leclerc d’avoir ainsi réagi devant cette accusation ignominieuse. Et un grand merci également à monsieur De Coucy pour ses commentaires, toujours pertinents et cinglants contre une pollution du forum. Ici la recherche documentaire qu’il nous offre, est impressionnante. Tant après le billet de G.L. qu’après ce commentaire, on reste meurtri devant le silence des autorités de notre pays, à commencer par le premier magistrat.
    Or pour avoir échangé il y a peu, avec des fonctionnaires européens d’Europe centrale, on se fait envoyer dans la figure que le vrai niveau de notre gouvernement est un président de la République sur son scooter casqué sous sa niaiserie, en route vers son intermittente du spectacle. Venant après Léonarda. Nous avons perdu toute crédibilité. Et c’est très difficile à avaler. Nous trainer dans la boue sur un tel sujet est facile, à portée de mains. Dans la tour de Babel européenne, nous n’avons pas d’amis. Va-t-on finir par le comprendre ?

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.