Le Pape au Japon

Un pays imperméable à la foi ?

par Marc Fromager

mardi 19 novembre 2019

Le grand martyre de Nagasaki en 1622. 52 chrétiens furent brûlés ou décapités.
© Pascal Deloche / Godong

Du 19 au 26 novembre, le pape François est en Thaïlande, puis au Japon – où jeune jésuite, il rêvait de se rendre comme missionnaire. Les Japonais, shintoïstes mais profondément matérialistes, semblent indifférents à tout questionnement métaphysique.

Toute petite minorité, l’église représente 0,3 % des 127 millions de Japonais, soit 400 000 personnes, auxquelles il faut rajouter à peu près autant d’étrangers, surtout des Asiatiques. Les communautés, à l’image du pays, sont vieillissantes, les Japonais n’ayant plus d’enfants. Le nombre de catholiques ne ferait que chuter s’il n’y avait pas des conversions d’adultes. Ce qui, malgré l’atonie interne de l’église, représente un motif d’espérance.

Une histoire unique

L’histoire de l’église au Japon mérite d’être relevée. Introduit au Japon le 15 août 1549, le christianisme se développera assez rapidement grâce à des apôtres de feu, dont saint François-Xavier. Puis le Japon se refermera et mènera une des plus violentes persécutions connues.

On connaît les 26 martyrs canonisés de Nagasaki, parmi lesquels figure saint Paul Miki, mais les chiffres donnent le vertige : on estime à plus de 200 000 le nombre de martyrs japonais ! Ensuite, pendant 250 ans, il n’y aura plus rien, plus de prêtres, plus de sacrements, plus de communautés…

Catholiques «  souterrains  »

Et pourtant, lorsque les MEP (Missions étrangères de Paris) «  refondent  » l’église au Japon au milieu du XIXe siècle, ils retrouveront des catholiques, restés fidèles dans le plus grand secret et qui, pour s’assurer qu’ils ont bien affaire à des prêtres catholiques, leur demanderont s’ils sont célibataires, s’ils aiment la Vierge Marie et de qui ils dépendent (le Pape).
Cette survivance fidèle de la foi catholique est un cas unique sur une si longue période et dans de telles circonstances.

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le magazine.

Messages

  • Il y a 400 000 catholiques aujourd’hui. Nagasaki ville de plus de 400 000 habitants était la grande ville catholique du pays, le centre catholique. Nagasaki fut rasée pas une bombe atomique en 1945, comme chacun sait. Perte irréparable

  • "Fat Man" a, en effet, rasé Nagasaki en 1945. "Perte irréparable" en innocentes victimes. (Mais perte réparable matériellement dans ce monde où des flots de dollars US sont concurrencés par les flots mortifères de sanctions trumpistes...).

    Il n’est toutefois pas impossible que, dans cette ville qui était le centre catholique, les terribles ravages dans la population n’auront pas été comme une semence de nouveaux chrétiens.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.