Un pays aux esprits divisés

par Gérard Leclerc

mardi 16 juin 2020

Rassemblement à Paris contre le racisme et les violences policières, 13 juin.
CC by : Jeanne Menjoulet

S’il est vrai, comme l’écrit l’éditorialiste du Monde, que la France en voie de déconfinement est un pays profondément divisé, il est à craindre que la situation ne s’améliore pas. À coup de déclarations incendiaires, nous risquons de nouvelles déchirures.

Les paroles d’Emmanuel Macron dans son discours de dimanche soir concernant l’incendie qui s’est déclenché chez nous à propos de l’affaire Adama Traoré étaient soigneusement balancées. D’un côté, le président insistait sur sa détermination à combattre le racisme, de l’autre il mettait en garde contre le danger du communautarisme, celui qui se traduit par « une réécriture haineuse ou fausse du passé ». L’éditorialiste du Monde se demande si « cet équilibrisme dosé au millimètre, suffira à ramener la concorde. La France déconfinée reste un pays profondément divisé. » Difficile de contredire le signataire de ces lignes. La simple lecture de son journal montre comment la division du pays peut se traduire dans la presse, avec l’opposition des sensibilités, des rhétoriques, des analyses. D’une publication à l’autre, l’enquête sur la mort d’Adama Traoré donne lieu à des interprétations opposées. Lorsqu’on est incapable de s’entendre sur la réalité des faits, c’est que décidément la division des esprits est profonde.

Cette division s’exprime à propos de la police, qui manifeste aussi spectaculairement sa colère. Ce n’est sûrement pas la diatribe que Jean-Luc Mélenchon a développée à son égard qui arrangera les choses. Prétendre que les syndicats de police « réclament le droit d’étrangler les gens ou de leur tirer dessus des coups de fusil électrique », c’est à tout coup attiser les ressentiments. Est-ce à dire que cette opposition est promise à de nouveaux épisodes, au risque d’allumer de nouveaux incendies, c’est hélas fort possible.

J’ai de bonnes raisons de penser que la controverse intellectuelle va rebondir dans les prochains mois, notamment dans le cadre universitaire, où le courant des études post-coloniales s’est solidement implanté mais suscite une opposition grandissante de la part d’intellectuels qui redoutent une évolution à l’américaine. Les derniers événements ont montré comment on est passé de l’affaire Floyd de Minneapolis au réveil de l’affaire Traoré qui date de quatre ans, avec la contamination de problématiques américaines. Si l’on peut émettre un souhait dans la situation présente, c’est qu’au moins l’affrontement des idées aboutisse à un relatif éclaircissement qui permette de mieux comprendre les causes et si possible, les remèdes de nos divisions.

Chronique diffuse sur Radio Notre-Dame le 16 juin 2020.

Messages

  • La France, un pays de divisions internes n’est pas nouveau dans le paysage historique du temps passé et présent.
    Les anniversaires autour de la figure gaullienne du Général en butte avec ses propres origines et ses horizons pour la France, sa fille aînée, le rappellent encore.

    Les divisions du moment sont nationales et viennent aussi de l’étranger.

    Le communautarisme, le particularisme autonomiste des identités régionales, le culte religieux des ferveurs sélectives et sectaires, traversent l’univers du pays qui se cherche au milieu des démons assidus de la division.

    Chahuter le passé, déboulonner les visages historiques de la France ne font qu’accentuer les déchirures et attiser les défenses.

    Le prix de la liberté peut-elle tolérer les outrances verbales des vocalises tonitruantes des "grandes voix" sonores et délirantes du moment ?
    Un pays divisé qui se nourrit des abominables conversations racistes, ségrégationnistes envenime le climat détestable de ces tribunes décuplées par des reportages livrés à la vindicte populaire.

    La modération n’étant pas le maître mot du moment, on ajoute, rajoute encore le feu au brasier qui s’enflamme et menace l’unité nationale.

    Si les journaux connaissent quelques conduites déontologiques imposées et pressées par la loi et le risque de procès toujours possibles, les réseaux sociaux livrent en pâture des sommes d’ignominies et de délations qui conduisent à terme à la diffamation.

    S’il est encore interdit de l’interdire, on pressent la corrosion virale de la pire épidémie du temps.
    La haine viscérale d’autrui, des générations entre elles, de ceux qui s’en sortent et de ceux qui s’effondrent dans la déchéance morale et personnelle.
    Se relever devient un défi national.

    Se dresser contre ses fléaux que sont la violence contre tout ce qui ne correspond plus aux codes de ses acquis, le goût de la vengeance instinctive primaire lovée dans une nature sauvageonne, sont des risques majeurs de la citoyenneté pour chacun.

    Debout la France, exit les tentations délétères de l’infamie.
    Le moment est pressant.

    Demain se décide maintenant !

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.