Un nouveau paradigme pour l’éducation artistique libérale ?

Randall Smith, traduit par Vincent

lundi 18 mai 2020

Laborare est Orare par John Rogers Herbert, 1862. La peinture représente les moines de l’abbaye trappiste de Saint-Bernard (Coalville, Leicestershire) rassemblant la récolte de 1861.
CC by-nc-nd : Tate, Londres.

Un ami a suggéré une fois que la plupart des étudiants contemporains sont si éloignés de la nature qu’ils devraient y être réintroduits avant de pouvoir même commencer à comprendre l’enseignement classique de la loi naturelle et des vertus.

Comme certains lecteurs le savent peut-être, la façon dont la Faculté catholique du Wyoming fait face à ce défi consiste à exiger l’équitation. Monter à cheval n’est pas une « compétence virtuelle » que vous pouvez « truquer ». Les chevaux ont leur propre esprit, et les monter requiert à la fois compétence et sensibilité aux besoins et aux dispositions de ce cheval-là ce jour-là. Monter à cheval, ce n’est pas comme déplacer des nombres sur une feuille de calcul, ce qui en fait exactement le genre de choses que les élèves devraient apprendre à faire.

Maintenant, peut-être que tout le monde ne peut ou ne devrait pas apprendre à monter à cheval, ne serait-ce que pour la raison que nous ne voudrions pas torturer nos pauvres chevaux avec de nombreux cavaliers incompétents. Les chevaux ont également besoin de beaucoup de soins et d’espace pour courir, et toutes les facultés n’en ont pas la ressource. Mais qu’en est-il de l’apprentissage d’autres compétences dans lesquelles l’excellence requiert l’ingéniosité et l’attention aux réalités du monde, et pas seulement aux désirs de la volonté ?

Voici ma proposition radicale. Chaque étudiant devrait apprendre une compétence avec un maître artisan. Il peut s’agir de compétences comme plombier, électricien, maçon, agriculteur, mécanicien automobile, charpentier, fabricant de meubles ou tout autre métier. L’objectif principal serait d’initier les étudiants à une pratique exigeant discipline et excellence, où les résultats sont concrets et évidents.

Si vous ne câblez pas correctement la lampe, elle ne fonctionnera pas. Si vous ne posez pas les briques correctement, le mur tombe. Si vous ne raccordez pas correctement les tuyaux, ils fuient. Il y a peu de place pour « l’individualisme créatif » et la « volonté égocentrique » lorsque l’on apprend de tels métiers. Si on ne le fait pas « comme il faut », ça rate.

Et il devient assez rapidement clair pour tout le monde pourquoi le maître est considéré comme un « maître » et pourquoi moi, le débutant, je ne le suis pas. Comme je l’ai dit, ce serait ça l’objectif principal. Vous apprenez des compétences afin de comprendre ce que sont les normes d’excellence et ainsi vous pouvez raisonner depuis le développement de l’excellence dans une compétence au développement des vertus.

C’est une proposition absurde, bien sûr. Une de ces choses « utopiques » que les professeurs d’université conçoivent pendant leur temps libre.

Mais est-ce si absurde ? Ce n’est pas comme si c’était impossible. Nous embauchons des électriciens et des plombiers autour de l’université tout le temps. Embaucher un maître électricien ou un plombier qui a la capacité d’enseigner est-il vraiment plus difficile que d’embaucher un spécialiste de l’histoire américaine de premier ordre qui sait enseigner ?

Et réfléchissez à ce que nous pourrions dire aux parents. Nous formerons votre fils ou votre fille aux meilleures traditions des arts libéraux. Craignez-vous qu’ils ne trouvent pas un emploi décent et ne soient pas en mesure de subvenir à leurs besoins ? (C’est une peur assez courante.) Eh bien, devinez quoi ? Même si tout le reste échoue, ils pourront toujours gagner de l’argent en tant que plombier, électricien, mécanicien automobile ou tailleur. Ils auront toujours quelque chose sur quoi se rabattre.

Et soyons sérieux, un bon plombier ou un bon électricien gagne plus d’argent que la plupart de ces enfants le feront avec un ennuyeux travail de bureau. Et s’ils font des études supérieures, ils ont une compétence qu’ils peuvent utiliser pour faire un travail à temps partiel qui paiera vraiment les factures.

Leur connaissance de l’histoire et de la chimie organique peut s’estomper, et l’érudition sur Shakespeare et Freud changera certainement, mais l’évidence suggère que, tout comme la capacité de faire du vélo, ils ne perdront jamais la capacité de câbler un interrupteur ou de construire une chaise. Et bien que la technologie puisse changer, avec un peu de temps et de formation, ils reprendront le coup de main.

Donc, étant donné l’évident caractère pratique de cette proposition et l’augmentation potentielle des admissions à l’université, pourquoi est-elle peu susceptible de susciter beaucoup d’intérêt ? Le problème est qu’elle nécessite un changement de paradigme dans notre vision de l’enseignement de la faculté. Selon notre mode de pensée actuel, développé au cours des quatre-vingts dernières années, la faculté est réservée aux cols blancs. Les plombiers ne vont pas à la faculté - pas pour apprendre la plomberie en tout cas. Ils sont cols bleus, c’est-à-dire de la « classe ouvrière ».

Permettez-moi de préciser que c’est maintenant, comme cela a toujours été, complètement faux du point de vue chrétien. Les anciens Grecs ont peut-être baissé le nez sur le travail manuel, mais les chrétiens ne le peuvent pas. Le Christ a travaillé comme charpentier pendant presque toute Sa vie. Les Bénédictins, les Franciscains et les Dominicains qui ont fondé l’éducation chrétienne et les premières universités ont tous travaillé de leurs mains. Ce n’étaient pas des aristocrates d’Oxbridge.

En outre, les plombiers méritent une éducation en arts libéraux autant que quiconque. J’ai eu certaines de mes meilleures discussions sur la foi et la philosophie avec des plombiers, des électriciens et diverses autres personnes qui sont venues réparer des choses dans ma maison. Ce sont des gens intéressants. Essayez de discuter du problème du mal avec une policière qui s’est fait tirer dessus par des trafiquants de drogue. Elle a une perspective intéressante qui n’est pas présente dans le premier cycle standard.

Et pour être honnête, la plupart des emplois de bureau ne nécessitent pas une éducation de niveau faculté, pas plus que la plomberie. En fait, je n’apprécie pas l’idée que les travailleurs ne peuvent progresser que s’ils ont « terminé leurs études ». Qui a fait des collèges la porte d’entrée de l’avancement des entreprises ? Ce n’est ni notre tâche ni notre objectif. C’est, certes, ce que nous disons aux gens pour conserver notre aisance, mais à un moment donné, les gens vont s’en rendre compte.

Vous n’avez pas besoin d’une formation universitaire pour obtenir un emploi ou pour accéder au poste de direction le plus élevé dans une entreprise. Vous devriez vouloir une éducation aux arts libéraux, car elle élargit votre esprit et votre âme. Si cela vous aide à gagner plus d’argent, eh bien, que Dieu vous bénisse.

Tant que vous en donnez une partie à vos pauvres professeurs en difficulté lorsque vous revenez à votre mère nourricière. D’accord ?


Voir en ligne : Source

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.