Un gnosticisme moderne

par Gérard Leclerc

mercredi 22 mai 2019

Et si nous prenions un peu de distance avec l’actualité immédiate même si c’est pour essayer de la mieux comprendre ? L’affaire dont tout le monde parle est l’occasion d’exprimer sa philosophie personnelle qui correspond souvent à l’idéologie du moment telle qu’elle est orchestrée par les médias. Cette idéologie se caractérise notamment par un certain rapport au corps et à la mort. Nous sommes revenus au gnosticisme, cette ancienne hérésie chrétienne imprégnée d’ailleurs de dualisme platonicien. Michel Onfray, ce philosophe singulier avec lequel je me trouve toujours en accord-désaccord, exprime tout à fait mon sentiment lorsqu’il s’en prend à la théorie du genre dans son dernier ouvrage. Je ne l’ai pas encore lu, mais il me suffit du résumé qu’il en fait, lorsqu’il déclare : « La théorie du genre est le produit d’une société dont l’objectif est de mener à une guerre totale à la nature afin de faire de telle sorte que tout, absolument tout, devienne artefact, produit, objet, chose, artifice, ustensile, autrement dit valeur marchande. (…) Elle prépare le transhumain qui est l’objet final du capitalisme. »

Ce n’est pas étonnant qu’un journal comme Le Monde nie farouchement qu’une telle théorie existe. Car l’admettre aboutirait à se reconnaître clairement dans une certaine philosophie générale et une certaine anthropologie. Ce nouveau gnosticisme est caractéristique d’un courant intellectuel puissant dans les universités américaines. Il est étroitement associé à une obsession du suicide. Natalia Trouiller [1] a parfaitement raison de souligner cet aspect : « De mémoire d’humanité, on peine à trouver une époque, une civilisation qui ait eu à ce degré le souci pointilleux de son annihilation individuelle et collective, l’obsession si maladive du suicide. »

J’ai plusieurs fois signalé le livre important de Jean-François Braunstein [2] sur le genre, l’animal et la mort, qui reprend tout le dossier américain et permet de comprendre en particulier cette obsession euthanasique de notre temps. Tout ne se résume donc pas dans les débats contemporains à des procédures médicales et juridiques. Il y a derrière ces procédures des enjeux anthropologiques majeurs aux conséquences civilisationnelles. Ce n’est pas pour rien que le Pape lui-même et l’épiscopat français se soient si fortement impliqués dans cette controverse.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 22 mai 2019.


[1Natalia Trouiller, Sortir ! Manifeste à l’usage des premiers chrétiens, Éditions Première Partie.

[2Jean-François Braunstein, La philosophie devenue folle Le genre, l’animal, la mort, Grasset.

Messages

  • Pourquoi tant de mensonges autour de cette affaire:ce pauvre hère est dans un état irrécupérable.Il n’y a pas des miracles souvent.Pourquoi donc ne pas admettre cet état de fait ?Assez d’hystérie autour de cette sombre histoire.
    Anne-Marie Abiteboul

  • Article fort intéressant où Gérard Leclerc cite quelques ouvrages qui sont une opportunité pour aller plus avant dans la connaissance de certains enjeux qui engagent notre civilisation.

    (A ce sujet et dans un premier temps : l’article du 21 mais 2019 : "Ce que savaient "les sages de l’Ancien Temps", sous la plume de Nicholas Senz et traduit par Bernadette Cosyn, est utile pour être informé sur, par exemple, le "New Age" et autres courants du même tonneau. Il est impératif de comprendre les films parfois projetés sur nos écrans enregistrant des sommes faramineuses en termes d’entrées et dont nos enfants raffolent, comme "Harry Potter", pour ne citer que lui : sous d’innocentes images circulent souvent les dangereux ingrédients de certaines "spiritualités", plus exactement sectes qui pullulent aux USA).

  • Le mercredi 22 mai 2019 aurait-il été, en France, la journée où un seul sujet aura peut-être fait exploser l’audimat des émissions télévisées ? Hier aura été, en tous cas, le jour où ont déboulé en cascades les incitations à rédiger "tout de suite" sa volonté de partir médicalement assisté pour éviter, disons, des remake du cas Vincent Lambert. Des explications forme mode d’emploi ont gracieusement été fournies sur la façon de procéder : confier le document à quelqu’un de la famille ou à une personne de confiance. En soirée, débats et interviews, souvent d’une rare violence verbale, ont délivré un goût de sordide et de morbide.

    Serait-il excessif de qualifier de matraquage intellectuel ce bienveillant "conseil" de dédouaner les instances responsables en assumant personnellement un "choix" imposé ?

    Ne conviendrait-il pas de bien réfléchir avant de se lancer dans un élan de panurgisme généralisé ? Ce sera tout.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.