Un « Sens commun » renié par quelques « Républicains »…

par Denis Lensel

mercredi 19 avril 2017

Au sein du parti des « Républicains » censés soutenir la candidature de François Fillon, quelques notables individualistes isolés se mettent à contester au dernier moment la présence du mouvement de sensibilité chrétienne « Sens commun » : ce mouvement est pourtant issu du large et puissant courant populaire de la « Manifpourtous » qui a massivement rempli les rues de Paris en 2013 contre les projets de loi sociétaux destructeurs du régime Hollande-Taubira-Valls…

Avant même le résultat du premier tour de cette très difficile élection présidentielle, voici donc encore des voix discordantes, pour lézarder une nouvelle fois une fragile unité, à l’heure où il faudrait au contraire manifester - enfin - une opposition franche, courageuse et résolue à ce régime socialiste sortant profondément déconsidéré, et à sa métastase incarnée en Emmanuel Macron, ceci en vue d’une véritable alternance démocratique…

A une heure aussi cruciale, ceux qui ne s’en montrent pas capables, en jouant une fois encore la carte de la zizanie, prennent une écrasante responsabilité.

Messages

  • Oui, c’est curieux parce que Sens Commun reste un groupe au rayonnement limité. Par contre, l’évocation de la nomination de François Baroin à Matignon n’a suscité aucun émoi, alors que le président de l’Association des maires de France est membre d’une famille maçonnique et auteur d’un manuel de la laïcité à l’usage des communes qui a été contesté.

  • Je me serais attendu à ce que Sens Commun ne s’attèle pas maintenir en survie un parti qui vient de signer son arrêt de mort. Ce n’était pas difficile de comprendre qu’il ne faut pas inviter à voter au second tour E. Macron.
    Peut-être que Sens Commun comprendra qu’il vaudra mieux susciter un parti nouveau, regarder le PCD... etc...
    F. Fillon perçu un temps comme un dernier recours a tout cassé. Tous les définitivement déçus frustrés et trahis par lui ne voteront plus jamais Fillon ni tout ce qu’il a touché.
    Nous attendons le renouveau authentique, comme à gauche. C’est dommage d’en arriver à ce genre de référence.

  • Malgré notre âge, ma femme et moi sommes membres de Sens Commun. Beaucoup de raisons à cela en dehors du fait qu’il est une émanation de la Manif pour Tous. Ce sont des jeunes, parmi eux des veilleurs, qui veulent changer le système. D’autres mouvements disent la même chose , comme En Marche, mais là s’arrête la ressemblance. Pour En Marche il s’agit plus ou moins d’un retour à la IV ème République, pour Sens commun c’est le système politico-médiatique germano-pratin du microcosme parisien qu’il faut renverser ; le problème des institutions est de second ordre.
    Quatre forces sont en train de surgir de l’élection d’hier, deux populismes de droite et de gauche qui ont des points communs, un magma socialo-centriste, et une droite libérale conservatrice, le socle de F.Fillon, dans laquelle Sens Commun joue un rôle important. Il vient de le montrer à l’occasion des primaires et encore plus de la campagne proprement dite. La manifestation du Trocadéro n’aurait jamais eu lieu sans Sens Commun. Dire que c’est un groupe à rayonnement limité ( Bruno Anel ) n’ est pas approprié. Il y a encore un an leur nom était peu connu. Aujourd’hui la gauche et les médias en parlent, voulant jeter l’opprobre sur Sens Commun comme il l’avait fait pour le FN.

  • Sens commun a d’abord une démarche éminemment culturelle comme le recommandait le marxiste italien Gramsci, à savoir : pour changer la société, point n’est besoin de faire couler le sang ; investir la culture suffit. En outre c’est par l’entrisme dans certaines organisations ou administrations qu’on peut conduire le changement. C’est ce qu’ont fait les trotskistes français avec succès depuis 68. Ils ont investi le parti socialistes, l’Education Nationale, les syndicats et j’en passe. Sens Commun a eu raison de commencer à investir LR. Il faudra bien construire une nouvelle droite, avec des éléments de LR, dont Sens Commun peut-être le socle.
    En dénigrant Fillon on le rend coupable d’un "assassinat politique", le sien, dont il se serait bien passé. pour une bonne partie de la gauche bobo, il a des vices impardonnables : marié avec la même femme, depuis 38 ans, 5 enfants bien élevés, s’affichant chrétien. En outre il avait un programme qui tient la route, les socialistes et Macron aucun. Il fallait absolument le discréditer ; ils ont réussi. Il ne mérite pas les critiques de ses électeurs, que j’entends ici et là et qui me paraissent plutôt indécentes. Pour ma part j’estime qu’il aurait été un grand chef de l’Etat.

  • Oui, je vous suis complètement, Patrick Nodé-Langlois.
    Aide-toi, le Ciel t’aidera.
    Donc 1) J’ai adhéré à Sens Commun dans la nuit qui a suivi le résultat du premier tour des élections.
    Et 2) prions pour la France dont nous avons eu souvent les preuves qu’elle est aimée de Dieu, de la Vierge Marie et de Saint Michel.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication