Toujours le Pape et les migrants

par Gérard Leclerc

mardi 2 avril 2019

Rendant compte, succinctement bien sûr, de la visite du Pape au Maroc, je n’avais souligné que la dimension interreligieuse de l’événement. Dimension qui est déjà d’une grande complexité, comme le montre l’analyse de la notion de dialogue interreligieux qui est d’une autre nature que le dialogue œcuménique, celui-ci concernant les différentes branches du christianisme. Mais la lecture de mes confrères, notamment du Figaro et du Monde m’invite à examiner un autre aspect du message que François a voulu transmettre depuis Rabat. « Au Maroc, titre Le Monde, le pape François plaide la cause des migrants. » Le Figaro est encore plus explicite : « Le Pape appelle l’Europe à accueillir plus de migrants. »

Est-il utile de préciser que le sujet est plus que brûlant. Il provoque d’ailleurs dans le même quotidien un éditorial certes courtois mais fortement critique de Vincent Trémolet de Villers qui objecte au Pape : « Ce n’est pourtant pas être obtus, recroquevillé, égoïste que de mesurer les déséquilibres impressionnants que provoque le grand déménagement du monde. Les pays d’Afrique subissent l’hémorragie de ceux qui pourraient constituer leur classe moyenne, les passeurs s’enrichissent sur ces drames humains, la Méditerranée est un cimetière, les pays d’accueil ne savent plus comment intégrer ces nouvelles populations. »

Il faut l’admettre. Il y a désaccord sur la question de l’immigration non seulement parmi les fidèles mais aussi parmi les membres de la hiérarchie catholique. Le cardinal Robert Sarah, qui est pourtant d’origine africaine, fait entendre dans un livre récent une analyse différente du pape, dont il est un des collaborateurs (Le soir approche et déjà le jour baisse, Fayard). Il redoute pour l’Europe de graves déséquilibres et pour l’Afrique un rêve dangereux et illusoire. Faut-il s’alarmer de ces différences d’analyse ? Si elles aboutissaient à des fractures dans le corps ecclésial, sans doute. Il faut espérer qu’elles nous seront épargnées. Ajoutons que le phénomène des migrations est lui aussi d’une grande complexité, qu’il met en œuvre beaucoup de paramètres. Pierre Jova en rend compte dans une enquête riche d’observations, dont la lecture est éclairante, Les chrétiens face aux migrants aux éditions Tallandier. Son principal mérite est de donner des visages à ce phénomène que l’on réduirait facilement à des abstractions polémiques.

Chronique diffusée sur radio Notre-Dame le 2 avril 2019.

Messages

  • Cher Gérard Leclerc, on peut s’étonner à bon droit de l’étrange silence - exception faite de Mgr Sarah- des responsables de l’Eglise africaine sur le sujet des migrations. Tout se passe comme si
    à Rome, alors même que nous sommes dans le domaine du temporel et donc d’une certaine liberté d’opinion, le "la" était donné par un courant de pensée qui s’arroge une quasi valeur magisterielle et qui notamment ne donne jamais droit à une réflexion en profondeur sur les risques effectifs de voir l’Afrique se vider de ses compétences.

  • Certes la crise migratoire est complexe mais c’est une crise. Elle est n’est pas seulement aigüe en elle même (l’analyse du cardinal SARAH est pertinente et si juste) mais elle est aigüisée par l’islamisme décomplexé et toujours conquérant (par nature) et les idéologies lamentables et mortifères des mondialistes, "décolonialistes", néo-racistes anti occidentaux et autres bourgeois bohèmes qui, de toute façon n’en subiront -pensent-ils- jamais les effets. Le Pape actuel est dans cette ligne. c’est un idéologue des années 70/80, un politique, mondain quoiqu’il en dise. Un diviseur qui préfère toujours les autres aux catholiques dont il a la charge. Il est le vicaire du Christ pas le vicaire du monde... Ni des médias !

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.