Synode : L’Église au XXIe siècle

par Gérard Leclerc

lundi 19 octobre 2015

Le synode qui s’achève à Rome cette semaine débouchera sans doute sur plus d’interrogations ouvertes que de réponses certaines. C’est le Pape lui-même qui a voulu une sorte d’état de tension au sein même de l’épiscopat, afin d’affronter les difficultés de l’évangélisation dans le monde d’aujourd’hui. Sa confiance irréductible dans l’indéfectibilité de la mission de l’Église explique cette forme d’audace qui sait calculer les risques mais n’hésite pas à provoquer les antagonismes. Ainsi, il y avait un risque à investir une sorte de cellule de pilotage du synode qui n’hésitait pas à contrer l’opinion majoritaire des évêques, en imposant des propositions qui n’avaient même pas été discutées par l’assemblée. Du coup, les médias reprenaient en chœur le slogan ressassé d’un épiscopat conservateur, refusant les réformes progressistes de l’avant-garde. Cette traduction idéologique à forte consonance politique, ne rendait aucunement compte de la complexité et de la profondeur des débats. Elle ne correspondait pas aux intentions véritables du Pape, qui n’apparaissaient pas toujours avec évidence.

Celles-ci sont-elles devenues plus transparentes avec les récents propos de François, proposant de reconsidérer l’Église, en donnant toute sa place au peuple des croyants dont le sensus fidei serait proprement infaillible ? Ce langage va à l’encontre de l’opinion qui conçoit l’Église catholique comme une organisation pyramidale d’où tout part du sommet. Il réhabilite les justes proportions en montrant que la substance ecclésiale ce n’est pas la hiérarchie, ce sont les chrétiens. Pour autant, il ne sous-estime pas le rôle de l’épiscopat et celui propre à l’évêque de Rome, qui garantit l’unité. Mais il voudrait que l’on se dirige tout de même vers plus de décentralisation.

Va-t-on vers une revalorisation des conférences épiscopales nationales ? En ce cas, il faudrait que ces dernières se transforment elles-mêmes profondément. Car il est inexact de prétendre que la collégialité voulue à Vatican II n’est pas traduite dans les faits. Si la décentralisation escomptée n’a pas produit tous ses fruits, c’est que le système mis en place s’est rapidement grippé dans des procédures bureaucratiques souvent paralysantes. Les initiatives les plus fécondes se sont produites en dehors d’un système qui avait du mal à admettre une nouveauté qui ne correspondait pas à ses habitudes, tandis que cette dernière était reconnue et soutenue à Rome d’où provenaient par ailleurs les décisions les plus convaincantes. C’est dire combien la révision à envisager mettrait radicalement en cause un système qui n’a pas su encore convaincre.

Pour aller plus loin :

Messages

  • Merci beaucoup pour ces articles de Gérard Leclerc. Le chemin synodal est un chemin de foi de tous les baptisés en l Esprit Saint qui peut renouveler toutes choses si nous nous ouvrons a lui dans une confiance créatrice et l ’humble écoute de tous.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.