Surmonter la crise morale

par Gérard Leclerc

lundi 1er février 2021

© Fred de Noyelle / GODONG

Le troisième confinement n’est donc pas pour tout de suite. On respire un peu. Il n’empêche que le moral général est plutôt en berne. Il n’y a pas seulement la crise sanitaire. À la crise économique gravissime s’ajoute aussi une crise morale aux conséquences graves pour toutes les générations. Nous sommes tous sollicités par le service du prochain.

Dans cette chronique, sans ignorer la crise sanitaire que nous vivons depuis tant de mois, je me suis le plus souvent tourné vers d’autres sujets d’actualité. Nos auditeurs ne sont-ils pas un peu saturés d’informations alarmantes et de débats sans fin sur l’opportunité d’un reconfinement ? Et j’avoue ne pas voir très bien ce que j’apporterais d’original sur un sujet qui dépasse largement mes compétences. Au surplus, j’observe comme tout le monde, les désaccords qui opposent les spécialistes, et il serait présomptueux de vouloir arbitrer entre eux. En revanche, il est peut-être opportun de nous entretenir de la force morale pour affronter une telle épreuve.

La priorité donnée par le gouvernement à l’impératif médical, qui se comprend évidemment, va à l’encontre de l’activité économique du pays, ce qui n’est pas sans conséquence sur les relations sociales avec ce qu’elles comportent de difficultés psychologiques. On parle beaucoup, en ce moment, du climat dépressif en milieu étudiant, avec la perspective d’un avenir indéchiffrable. De même, la condition des aînés en EHPAD, si elle s’est un peu améliorée, demeure critique, avec l’isolement de grand-parents privés du réconfort de leurs familles. Cela peut aller jusqu’au drame. D’où l’importance, au-delà de la lutte sanitaire et du développement des vaccinations, d’un élan de fraternité, et de ce qu’en langage chrétien on appelle la communion.

En l’absence de lieux de convivialité tous à peu près fermés, plus que jamais il s’agit de resserrer les liens de proche en proche, ne laisser personne à sa solitude et faire en sorte qu’au sein même des familles l’agressivité le cède à l’amabilité. Peut-être est-ce le moment de méditer l’hymne à la charité de saint Paul.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 1er février 2021.

Messages

  • cher Gérard Leclerc,
    Vous savez toujours parfaitement résumer les situations les plus graves et les plus inattendues. Dans la solitude et les difficultés quotidiennes qui se dressent face à cette crise sanitaire sans précèdent, il est évident que tout parait compliqué, que ce soit au niveau des transports, des rendez-vous chez un médecin, un spécialiste, un dentiste, ou autre. On a l’impression que chacun se replie sur soi, de peur d’être contaminé par le voisin proche ou lointain. La peur est là et elle se justifie dans la mesure où on ne sait rien, ni du vaccin, ni des traitements, ni des espérances de guérison.
    Mais ce que je trouve intéressant dans cette crise, c’est que chacun prend conscience de ce qu’est la vie, son importance, ses failles, ses difficultés, ses richesses, ses interrogations. Plus rien ne sera comme "avant" et il faut imaginer que nous allons devenir meilleurs envers les uns et les autres. C’est ce que l’on peut espérer. En tous cas, nous serions ingrats de ne pas féliciter et remercier tous les acteurs et actrices du corps sanitaire qui ont fait face à ces drames avec une immense générosité. Merci du fond du coeur à toutes et à tous et restons vigilants. Ne nous laissons pas aller au pessimisme, même si cela parait évident, car enfin, être isolé, ce n’est pas simple, et puis surtout, pas de cinémas, pas de théâtre, pas d’opéras, rien, rien ! le désert mais que c’est triste ! la télévision aurait pu faire des efforts de programmation intelligente, et nous permettre de nous élever, hélas, rien n’a été fait dans ce sens et je vais personnellement m’obliger à lire, relire - re-relier les grands classiques pour nous nourrir d’essentiel. Ce qui ne m’empêchera pas de lire Tintin, dont je suis une fan, avec des millions d’autres. Dans Tintin, il y a tout, la découverte, les voyages, la science, l’aventure, pas de sexe du tout, et c’est tant mieux.
    Pour en revenir à vos écrits, félicitations et restez toujours aussi jeune dans votre esprit et dans votre coeur, c’est le secret de la réussite et quelque part des petits plaisirs.
    Prenez soin de vous, de votre famille, de vos proches et de tous vos lecteurs (et lectrices) qui vous suivent. Félicitations pour toutes vos oeuvres.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.