Élections municipales 2020

« S’engager
pour servir le bien commun !  »

Propos de Caroline Carmantrand recueillis par Aymeric Pourbaix

mercredi 29 janvier 2020

Caroline Carmantrand vient d’être élue à la présidence de la commission Famille et action sociale au Conseil Régional d’Ile-de-France.

Élue de terrain en région parisienne, mère de famille de quatre enfants, femme de conviction tout en restant pragmatique, Caroline Carmantrand ne prétend pas donner de leçons. Au terme de son premier mandat comme maire adjointe, elle a accepté pour France Catholique de faire le point, sans fard, sur le sens de son engagement politique.

Comment a démarré votre engagement ?

Caroline Carmantrand : Cela remonte aux manifestations de 2013 contre la loi Taubira. Avant, je donnais un coup de main aux scouts, au catéchisme, aux AFC, mais mes enfants passaient avant.

À ce moment-là, j’ai ouvert les yeux sur l’état de la société, ainsi que sur l’abîme qui nous séparait du reste de la population : j’ai alors pris conscience de la nécessité de ne pas s’en tenir à l’entre-soi, mais d’expliquer aux gens ce en quoi nous croyons. Pour ne pas se contenter de slogans…

(…)

Que voudriez-vous dire aux catholiques ?

Le réalisme – et la charité – impliquent de savoir être exigeant avec les politiques, mais aussi de les remercier quand ils vont dans le sens du bien commun. Cela m’a notamment frappée lorsque Valérie Pécresse, au nom de la région île-de-France, a accordé son soutien financier à des lieux d’accueil comme «  Marthe et Marie  », qui donnent la possibilité aux femmes enceintes de garder leur enfant. À défaut, on risque de passer pour des «  jusqu’au-boutistes  » avec qui on ne peut pas discuter. Et ce même si l’on n’est pas d’accord avec l’ensemble de la politique suivie…

Il faut aussi que les catholiques s’intéressent davantage à leurs élus et à leurs difficultés. Cela passe par des engagements concrets, et pas seulement par des intentions de prière. Comme le fait de venir à une réunion d’appartement, le soir. Si certains se mobilisent parce qu’ils voient des résultats à notre action, il y a des moments où l’on se sent bien seule…

Il faut bien reconnaître aussi que depuis l’échec de François Fillon, il existe une certaine désillusion pour les catholiques en politique. Mais c’est justement maintenant qu’il ne faut pas lâcher, et creuser au contraire la nécessité de l’action des élus catholiques. Car si les électeurs catholiques se mobilisent, ils ont le pouvoir de changer le rapport de forces !

(…)

Quels conseils voudriez-vous donner à un jeune tenté par la politique ?

Le mandat local est à la portée de beaucoup, et je rêverais qu’il y ait une mère de famille élue dans chaque ville de France. Mais attention : il faut discerner le temps dont on dispose. Lorsque les enfants ont moins de dix ans, la famille se met en danger. Il faut rester cohérent et conscient que l’engagement politique peut peser fortement sur la vie familiale ! Pour mes deux derniers, qui avaient 11 et 13 ans, cela a été rude…

C’est pourquoi je m’interdis d’autres engagements que celui-là. Car la tentation de l’orgueil existe, celle de vouloir tout faire et de se croire indispensable : il n’est pas sain de demander à la politique de combler les manques d’une vie (de famille, sociale). L’engagement d’un élu catholique peut se perdre de cette manière… Il faut aussi avoir l’humilité de se mettre en retrait, pour ne pas s’approprier médiatiquement les projets. Ce qui compte, c’est que la cause avance.

Retrouvez l’intégralité de l’entretien dans le magazine.

Messages

  • Oui, les catholiques français peuvent peser... Mais, comme d’habitude, ils ne pèseront pas.
    En plus, ils seraient bien seuls : l’épiscopat français, dans presque son ensemble, s’inscrivant, depuis si longtemps maintenant, dans la doxa officielle des pouvoirs temporels.

  • Pour Caroline Carmantrand
    j’ai été intéressé par votre témoignage. Elu municipal pendant 24 ans, à Marseille, dans les municipalités mixtes de Defferre et Vigouroux (Maire socialiste mais partage équitable socialistes et centristes) : adjoint au logement, puis aux finances, puis maire des 13/14 dans les Quartiers Nord, tout en gardant mon métier de cadre de direction dans une banque (dernier mandat, heureusement à la retraite). Je n’ai jamais caché (sans porter le drapeau...) ma foi chrétienne et mes engagements, tout en essayant de me tourner vers les pauvres, les exclus, les mal logés..
    Si vous êtes intéressée par mon témoignage, envoyez moi votre adresse internet.
    Bien à vous
    Pierre Rastoin

  • Je voudrais m’engager dans les élections municipales mais je ne sais pas comment m’y prendre ; avez-vous un mode d’emploi pour les débutants ? merci

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.