L’Église après les élections :
quelle stratégie ?

par Aymeric Pourbaix

vendredi 24 juin 2022

Avec ce cycle électoral qui s’achève, la question est posée aux catholiques. Faut-il se résoudre à ce que l’Église, particulièrement discrète durant cette période, ait perdu tout poids politique en France, comme l’indiquent ces débats où les enjeux sociétaux et religieux ont été très peu présents ?

Ce serait renoncer à entendre l’appel pressant du pape Pie XI dans son encyclique Quas primas (1925), à reconnaître la royauté sociale du Christ, dans un contexte marqué par la sécularisation – nous y sommes toujours… La réponse de l’Église avait alors été, à contre-courant, d’affirmer haut et fort cette royauté divine sur les cœurs, les intelligences et les sociétés. Et ce par l’instauration d’un culte public, la fête du Christ-Roi afin, affirmait le Souverain pontife, de «  réparer (...) cette apostasie publique, si désastreuse pour la société, qu’a engendrée le laïcisme  ». Ainsi réagit l’Église face à l’adversité, par un accroissement des grâces demandées au Ciel.

Le précédent de 1924

Mais la réponse peut se situer à plusieurs niveaux. Un an plus tôt, en mai 1924, la victoire du Cartel des gauches avait donné lieu à une nouvelle poussée anticléricale en France. Le gouvernement Herriot voulait rompre les relations diplomatiques avec le Saint-Siège, reprendre les expulsions des religieux, et appliquer la loi de Séparation de l’Église et de l’État à l’Alsace-Moselle. Déclenchant la colère des catholiques français et la naissance de la Fédération nationale catholique, d’un certain général de Castelnau, dont La France Catholique fut l’organe d’expression !

Aiguillonnée par les fidèles, la réaction des évêques français à l’époque reste d’une actualité confondante. Dans sa déclaration du 10 mars 1925, sur «  les lois dites de laïcité et sur les mesures à prendre pour les combattre  », l’assemblée des archevêques et cardinaux de France commence par écarter la tactique qui consisterait à ne pas heurter de front le législateur. Car elle comporte le risque, disent-ils, que les adversaires de l’Église misent sur «  notre résignation et notre passivité  » pour se livrer à de nouvelles attaques. À l’inverse, ce noble aréopage se dit poussé à une «  attitude plus militante et énergique  » par les fidèles, la majorité des catholiques vraiment attachés à leur foi, afin d’intervenir dans des domaines clés – éducation, soins des plus âgés – et avec méthode : réponse aux préjugés et action sur les députés et le gouvernement, par le biais de lettres épiscopales, bulletins paroissiaux, revues et presse catholiques…

Près d’un siècle plus tard, il semble que les choses n’aient pas beaucoup changé : le programme électoral de la Nupes prévoit toujours l’abrogation du concordat en Alsace-Moselle, entre autres mesures laïcistes plus rigoureuses à l’égard du christianisme qu’envers la poussée islamiste à l’école ou dans la société.

Le nouveau rapport de force à l’Assemblée doit donc être analysé avec attention, car le risque de blocage sur les sujets phares du quinquennat – retraites, pouvoir d’achat – est réel. La tentation sera donc de se reporter sur des réformes sociétales symboliques du progressisme, comme la laïcité et l’euthanasie. Pour s’y opposer, le chantier est immense, et difficile, reconnaissaient déjà les prélats d’hier. Mais ils ajoutaient : «  Le propre de la vertu de force est d’affronter les obstacles et de braver le danger.  »

Messages

  • On a connu des périodes historiques où les évêques étaient beaucoup plus militants. Au fond, à l’image de saint Remi. Quelle tristesse de voir un pilier de la France éternelle s’effacer peu à peu. Sans résistance.

  • L’Eglise catholique de France, déjà anesthésiée par la crainte de s’opposer au monde (morale, mœurs, péché, miséricorde, mort, sens de la vie), est à présent prise dans ses filets.
    Les abus sexuels, grave conséquence du refroidissement de l’amour et de l’attiédissement de la foi, semblent n’avoir été que l’occasion de se soumettre aux injonctions de ce même esprit. Battre sa coulpe de manière ostentatoire n’était mû que par le désir plus ou moins conscient de ne pas contrister l’esprit du monde.
    Mais un authentique repentir doit s’accompagner d’une annonce résolue du kérygme, ce qui n’a pas été le cas.
    Il s’ensuit une lente et inexorable résignation à ce que les catholiques épousent les évolutions du siècle afin d’obtenir une paix, mais qui ne peut être que relative et de peu de prix.
    La politique, oui, peut-être, si cela est en lien avec l’évangélisation, mais pourquoi n’entend-on pas nos Bergers nous parler de telle sorte que nous puissions dire : "nos cœurs n’étaient-ils pas tout brûlants ?"
    Sinon, si le Royaume n’est pas annoncé, si l’on ne nous parle plus de la Parousie, c’est le règne absolu de la loi du plus fort, du mensonge, de l’opportunisme, des faux prophètes, de l’ésotérisme et de la magie, de la dépendance aux drogues, du divertissement permanent de la mort, de l’élimination du plus faible, de la barbarie banalisée, du chacun pour soi décomplexé malgré les références à l’humanisme, du culte de l’émotion et de la fausse compassion, de la culture de mort.
    Autant dire que la vie en société va devenir infernale, si les mots ont un sens.
    "Viens esprit Saint, repousse l’ennemi loin de nous, apporte-nous la paix sans tarder".

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.