Prix de la Laïcité 2017

jeudi 23 novembre 2017

Après la remise du Prix de la Laïcité 2017 le 14 novembre dernier à Inna Shevchenko, membre des Femen, qui était entré dans la Cathédrale Notre-Dame de Paris à moitié nue et qui avait proféré des insultes contre le Saint Père, Mgr Pascal Gollnisch, Directeur général de l’Œuvre d’Orient réagit dans une chronique sur Radio Notre-Dame.

https://www.oeuvre-orient.fr/2017/11/21/prix-de-laicite-2017-chronique-de-mgr-gollnisch-radio-dame/

Messages

  • "Les pays du Moyen-Orient" ayant été cités par Mgr Gollnisch à propos de la laïcité, il ne serait peut-être pas inutile de rappeler ce qui suit :

    Dans la plupart des pays arabo-musulmans, la laïcité est non seulement une notion volontairement ou involontairement incomprise et même inimaginable à ce jour, mais encore plus grave : dans l"’imaginaire populaire" de la grande majorité des musulmans, "occident" est très intimement non pas lié mais confondu avec "christianisme" (ou chrétienté). Pour l’exprimer autrement : aux yeux de ces populations, européens et occidentaux signifient chrétiens. De ce fait, on peut avancer sans vraiment beaucoup se tromper, que le phénomène "femen" n’atteint pas seulement la qualité de prêtre comme le ressent le Directeur de l’Oeuvre d’Orient, mais ressemble à ne pas s’y tromper à une agression gratuite contre les chrétiens occidentaux en général et français en particulier.

    Pour étayer ce qui précède, un seul exemple parmi tant d’autres rapportés par les media et aussi par des témoins oculaires, le fameux épisode où l’une de ces dames femen s’était introduite dans l’église de la Madeleine pour, on aurait pu le penser, réciter un Pater ou un Ave. Non, cette pieuse créature aura franchi le seuil de cette église pour y simuler, devant l’autel, un avortement. Non sans omettre d’arroser copieusement son mime de son urine personnelle la confondant probablement avec l’eau bénite, n’est-ce pas.

    Sans plus.

  • Les propos très mesurés de Mgr Pascal Gollnisch ne donnent qu’une idée imparfaite de la hargne haineuse et vindicative du laïcardisme.

    Comment en effet croire encore à la laïcité lorsque l’on est en face d’une recension des multiples actions entreprises par les tenants de ce fanatisme sectaire ?
    La participation officielle de personnages offrant toutes les apparences de l’honorabilité et de la sagesse - ainsi de Jean-Pierre Chevènement - à ces espèces de "messes noires" du laïcardisme ne fait qu’accroître le doute de l’observateur sur la réalité d’une "laïcité apaisée", "à la française" (...!).

    Le choix de la Femen ukrainienne Inna Chevchenko pour représenter la laïcité est instructif et révélateur. Les liens anciens de ce personnage trouble avec les éléments extrémistes du régime qui s’est instauré en 2014 à Kiev par un coup d’état sanglant sont connus.
    Pour arriver et se maintenir au pouvoir, cette junte oligarco-ultranationaliste ne répugne à aucune provocation, ne répugne à aucune violence. La vie des opposants - ou même de ceux qui osent seulement parler en vérité - n’est d’aucune valeur (ainsi, entre des dizaines, le journaliste historien Oles Bouzina assassiné sur son trottoir...). Et on ne parle pas de cette répression aveugle qui, dans le Donbass, continue à ce jour de détruire des habitations civiles et de tuer ses habitants, sans que quiconque en Europe (prétendument civilisée) y trouve à redire....

    C’est cela aussi, les "valeurs" qui sont exprimées au travers du choix des plus contestable d’Inna Chevchenko par ce fumeux « Comité Laïcité République ».

    On voudrait voir resurgir les clivages violents qui ont accompagné et précédé 1905 qu’on ne s’y prendrait guère autrement...

    L’insigne lâcheté de ces groupuscules laïcards profite de ce que la puissance politique et électorale de l’Eglise catholique, réduite à moins de 5% de pratiquants, est désormais moribonde et autorise des attaques sans fard.
    Les sursauts ne sont toutefois pas totalement exclus ; même parmi les bobos consuméristes subsiste parfois quelque fond de morale chrétienne...

  • La laïcité étant en France un concept juridique on ne voit pas pourquoi des groupes particuliers auraient vocation a se l’approprier . Au cas présent la « distinction » accordée relève du cynisme le plus révoltant, le groupe d’agitatrices ainsi encouragées ayant consacré leurs activités à entraver la liberté de culte, qui est une liberté publique. Parmi les nombreuses provocations de ce groupe il faut s’attarder sur celle commise à Strasbourg , en novembre 2014. A l’époque, sous couvert de dénoncer la visite du Pape , une femme était montée sur l’autel, portant sur sa poitrine dénudée une inscription dénonçant « l’Europe anti- laïque ». Des commentateurs s’étaient interrogés pour savoir si des suites judiciaires auraient lieu,ayant rappelé que l’Alsace-Moselle relevait du régime concordataire, qui protège l’exercice des cultes et sanctionne sévèrement les atteintes qui y sont portées. A ma connaissance il n’y a pas eu de poursuites, alors que l’Etat est engagé lui même par le Concordat .Je n’ai pas eu connaissance non plus de plainte déposée par l’Archevêque ( mais je dis cela sous toutes réserves). J’ai relevé que l’Archevêque avait fait procéder à un office de réparation. Si mes observations précédentes sont vérifiées par les faits, cela signifierait que cet acte est resté impuni au mépris des dispositions concordataires. L’impunité est générale pour ces agitatrices qui ont pu se voir qualifier par le précédent Président de « militantes féministes » lors d’une manifestation où , pris à parti,il fut sommé de s’exprimer publiquement. Une homologation à l’arraché, en quelque sorte !
    On relèvera la teneur du discours tenu parle lauréat national du Prix,un préfet, chargé de mission,brocardant le concept de la neutralité de l’Etat, discours qui mérite d’être connu. Pour un avant-goût, petit extrait :
    « La laïcité est devenu un sport de combat. J’y ai pris ma part, comme nombre d’entre vous ici, comme nombre de militants politiques , associatifs, syndicaux, de fonctionnaires de terrain... Le combat est rude, il est parfois violent mais il faut s’y faire ; nous n’en sommes qu’au début.. » ( Gilles Clavreul, Grand Prix National de la Laïcité, le 14 novembre 2017).
    Mais qui se souvient que dans les années 30, en Espagne,des discours antireligieux, finirent par les violences des anarchistes vis à vis des églises et des religieux, violences que l’Etat lui-même ne put endiguer. Nous n’en sommes pas encore là en France mais perce déjà une propagande antireligieuse de moyenne intensité.Elle pourrait bien prendre un tour franchement brutal.
    Dans ce contexte on voit comment des groupes marginaux peuvent être utilisés : ils peuvent exercer des actions violentes ou des provocations que des partis institutionnels ne peuvent se permettre. Il faut bien à un moment ou un autre les gratifier.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.