Passions présidentielles

par Gérard Leclerc

lundi 25 octobre 2021

« Daniel Rondeau rappelle les richesses d’un patrimoine dont saint Bernard de Clairvaux fut le héraut et qui peut toujours nous inspirer. »
© Alex-David Baldi / CC by-nc-sa

Inutile de dire qu’au fur et à mesure que l’on s’approche des échéances de l’élection présidentielle, les passions ont tendance à s’échauffer. Telles que les choses se passent, on peut prédire, sans jouer au prophète, que l’exercice de 2022 sera plus passionné que l’exercice de 2017. Faut-il s’en plaindre ou s’en féliciter ? S’en plaindre peut-être, si l’échauffement des esprits aboutit à une grave déchirure de l’opinion qui compromettrait l’unité du pays. S’en féliciter, si les échanges les plus vifs étaient l’occasion d’utiles mises au point sur les grands enjeux politiques contemporains.

Parmi ces enjeux, on désigne aujourd’hui ce qu’on appelle le pouvoir d’achat, et l’on fait bien. Il n’est pas acceptable qu’une grande partie de la population souffre d’un injuste décalage de niveau de vie. Le mouvement des Gilets jaunes a mis en évidence la situation de ce que Christophe Guilluy appelle « la France périphérique ». Je signale à ce propos le roman que vient de publier le nouvel académicien Daniel Rondeau sous le titre Arrière-pays (Grasset). Il s’agit, en effet, d’une peinture de la réalité sociale d’une région de France hier prospère et dont l’état catastrophique ne suscite que l’intérêt des Chinois, lesquels cherchent à racheter les vastes espaces forestiers de la Champagne.

Voilà certes un livre qui ne cherche nullement à entrer dans les joutes politiques actuelles. Mais il fait utilement réfléchir aux causes de dégradations de toute une région. De plus, dans une époque travaillée par ce qu’on appelle la « cancel culture », Rondeau rappelle justement les richesses d’un patrimoine dont saint Bernard de Clairvaux fut le héraut et qui peut toujours nous inspirer.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 25 octobre 2021.

Messages

  • Passions présidentielles dites-vous ?
    Le pouvoir rend fou l’ambition des postulants à la charge suprême.
    Au premier tour de l’échéance chacun-chacune vit dans un rêve rationnel mais délirant.
    Le second tour sera plus douloureux lorsque de visu il faudra choisir en démocratie qui nous gouverne celui ou celle qui portera au final la fonction présidentielle.
    Il est au départ comme pour une course à pied envoutante le bonheur de participer activement aux destinées du pays.
    Il en sera autrement à l’arrivée lorsque le choix du prétendant se déterminera selon une abstention probable, des rancoeurs ajoutées aux ambitions personnelles, et encore plus encore la nécessité de s’unir malgré soi aux finalités d’une gouvernance commune.
    On appelle cela le détachement désintéressé du don de soi.
    Les propos véhéments de certaines candidatures font état de rancoeurs anciennes aux senteurs nauséabondes.
    On cherche par des procédés parfois immondes à salir et vilipender l’honneur et la personne elle même qui au demeurant ose se présenter devant un verdict populaire au risque de connaître la pire des humiliations, l’injure et l’infamie.
    On ne saura jamais qualifier l’exercice de ces témoins de surhumain, pour un résultat acquis d’avance pour la plupart. L’élimination comptable des résultats in fine !
    La passion humaine fait la grandeur de tout être humain qui se démarque par le fait de la banalité des rumeurs, des complots et des délations.
    Dans ce paysage surréaliste parfois quelle place donner aux béatitudes des coeurs simples qui croient contre toute autre espérance, à l’avènement d’un monde meilleur, plus charitable, plus juste et plus vrai.
    Il faut y croire malgré tout, pour ces hommes et femmes mus par des sentiments personnels.
    Les saluer, les admirer et les encourager, sans parti pris, sans sectarisme, sans duplicité.
    Au nombre des appelés peu seront élus.
    UN SEUL ou SEULE aura à porter la charge suprême.
    Elle sent la lourdeur et l’amertume d’un monde peu disposé à quelque compromis.
    Il y faudra de la persévérance et de la foi !

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.