PMA : en marche... vers l’abîme.

par Jacques Rollet

jeudi 29 juin 2017

Le nouveau président de la République s’est engagé pendant la campagne électorale à ouvrir la PMA ( procréation médicalement assistée ) aux couples de femmes homosexuelles et aux femmes célibataires. Il a déclaré ensuite qu’il suivrait l’avis du Comité national d’éthique. Il se trouve que ce dernier l’a rendu ces jours-ci en se déclarant favorable à cette extension de la PMA qui était réservée jusqu’alors aux couples hétérosexuels pour raisons médicales. Il faut noter qu’une partie non négligeable du comité a marqué son désaccord avec cet avis qui appelle plusieurs réflexions et remarques :

1° C’est une révolution qui est ainsi engagée, révolution prévue par les opposants au « mariage homosexuel « . La procréation est dissociée du couple homme-femmes, père-mère, pour être livrée à la technique et au désir individuel d’enfant. C’est la constitution même de la société qui est ainsi déstructurée. L’humanité se fait créatrice d’elle-même sans limites, balayant la tradition fondée sur l’ascendance.

2° L’enfant n’est plus celui qu’on accueille, fruit de l’union de deux personnes. Il devient celui qu’on fabrique en laboratoire. Il est un objet qu’on peut revendiquer. Comment un comité qui rend de tels avis, peut-il revendiquer le mot : éthique ?

3° Nous assistons impuissants au triomphe terrifiant de la technique, triomphe prévu par Heidegger lorsqu’il utilisait le terme Gestell, pour parler de l’arraisonnement de l’homme par la technique. L »humanité se livre elle-même à l’esclavage conjoint du désir égoiste et de la science. La justification qui est donnée par les acteurs de cette farce tragique se réfère à l’Etat-Providence qui porte bien son nom. La PMA va être présentée comme une œuvre de solidarité et être remboursée par la sécurité sociale ! Le délire va être payé par les Français, qu’ils soient d’accord ou pas ..

4° Un discours de vérité n’est plus possible à partir du moment où les limites sont franchies, où l’humanité sexuée de l’homme : Homme-femme, est niée . La meilleure preuve est qu’on invoque le droit à l’enfant, droit qui n’existe pas. Il y a des droits de l’enfant, pas de droit à l’enfant.

On attend de l’épiscopat français une réaction forte. Se produira -t-elle ?


Lire :

France Info : PMA : Monseigneur d’Ornellas, archevêque de Rennes appelle à ne pas “réveiller les passions”

http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ille-et-vilaine/rennes/pma-monseigneur-ornellas-archeveque-rennes-appelle-ne-pas-reveiller-passions-1288037.html

Messages

  • Mais si, le droit à l’enfant existe !
    À partir du moment oú il est proclamé par des minorités influentes et assimilé par des majorités paresseuses et irréfléchies, il existe ; de fait.

    Que ce "droit" n’ait aucun sens ni aucune légitimité au regard d’une anthropologie naturelle est une chose. Cependant - et malheureusement - le droit à l’enfant existe. Il existe dans les cervelles et, bientôt, dans les codes. Tout comme la dépénalisation de l’avortement est devenue très naturellement un "droit" à l’avortement qu’il est très périlleux de contester...

    L’inversion du processus et le retour à une vision plus raisonnable vont demander une somme d’efforts colossaux puisqu’il s’agit de renverser des préjugés enkistés par quelques décennies de propagande. L’égoïsme individuel et le caprice sans frein, instrumentalisés par un affairisme qui en tire de substantiels profits, ont durablement chassé la raison et le droit naturel.
    Que certaines revendications soient délirantes ne semble pas perturber ceux qui les formulent puisque elles sont désormais émises au nom du "droit à..."

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.