Traduit par Bernadette Cosyn

On cherche des dirigeants catholiques

Par le père C. John McCloskey

mardi 10 février 2015

Las, que sont les dirigeants catholiques devenus, que le temps passe, ah, comme il passe... Cela sonne familièrement à vos oreilles ? Pas étonnant. Je l’ai emprunté et adapté d’une vieille balade des chanteurs folks Pierre, Paul et Marie qui ont enregistré plusieurs succès dans les années soixante.

Cette chanson m’est venue à l’esprit récemment alors que je lisais un livre formidable sur la vie du grand roi et guerrier polonais Jan Sobieski. Je le recommande vivement : ce fut l’homme auquel nous sommes le plus redevables d’avoir sauvé l’Europe, aux portes de Vienne, des hordes de l’empire ottoman. Si l’Occident chrétien avait perdu lors de cette confrontation, nous pourrions être aujourd’hui sous domination islamique, vivant sous une forme de charia dans le meilleur des cas.

Qui peut sauver ce qui reste de l’Occident aujourd’hui ? Ni le pape, ni les cardinaux, ni les évêques, ni les prêtres. Ce sont plutôt les laïcs, et particulièrement les hommes d’état catholiques. Examinez ce que dit le Catéchisme de l’Église catholique sur le rôle des laïcs :

« En raison de leur vocation spéciale, il appartient aux laïcs de chercher le Royaume de Dieu en s’engageant dans les affaires temporelles et en les dirigeant selon la volonté de Dieu... Il dépend d’eux d’une façon particulière d’éclairer et de mettre en ordre toutes les affaires temporelles auxquelles ils sont associés de près afin qu’elles soient toujours affectées selon le Christ, se développent dans ce sens et soient à la gloire du Créateur et du Rédempteur.

899. l’initiative des laïcs chrétiens est nécessaire tout spécialement quand les matières impliquent la découverte ou l’invention de moyens permettant de pénétrer les réalités sociales, politiques et économiques des demandes de la doctrine et de la vie chrétiennes. Cette initiative est un élément normal de la vie de l’Église : les laïcs chrétiens sont en première ligne de la vie de l’Église ; pour eux, l’Église est le principe qui vivifie la société humaine. Par conséquent, ils doivent particulièrement veiller à avoir une conscience toujours plus claire, non seulement d’appartenir à l’Église, mais d’être l’Église, c’est à dire la communauté des croyants sur terre sous la conduite du pape, qui est la tête, et des évêques en communion avec lui. Ils sont l’Église. »

Or donc, où sont les dirigeants chrétiens dans la lignée de ceux du 20e siècle : de Gaulle en France, De Gasperi en Italie, Adenauer dans l’Allemagne d’après guerre, pour ne plus parler du Sobieski du 17e siècle ?

Rongé de curiosité, j’ai recherché récemment les dirigeants catholiques sur Google et je n’ai trouvé que le formidable Al Smith, le gouverneur de New-York qui s’est présenté à l’élection présidentielle en 1928 (et l’a hélas perdue). Par chance, la recherche n’a pas fait apparaître JFK – paix à son âme, mais il n’était certainement pas un modèle de dirigeant catholique.

Bien sûr, les États-Unis n’ont jamais été un pays catholique, et maintenant ce n’est même plus un pays chrétien, étant donné l’effondrement croissant du protestantisme traditionnel – démontré graphiquement par la légalisation de l’avortement et la détérioration du mariage. De plus, la pornographie est présente à tous les niveaux de la culture, dégradant les femmes et détruisant les familles par millions, sans parler de la pilule contraceptive, qui empoisonne les femmes et empêche les naissances.

Mais ne vous laissez pas consterner par cet étalage d’horreurs. Cela devrait plutôt vous pousser, soit à devenir un dirigeant catholique, soit à apporter votre soutien à un vrai catholique qui portera la foi dans le domaine public comme législateur, membre du congrès, gouverneur ou membre de la Cour Suprême.

C’est votre travail, pas le mien. Ma tâche est de prendre soin des âmes.

Il y a actuellement trente-six catholiques au Sénat, bien que plusieurs ne le soient que de nom. La Chambre des députés compte 142 membres se revendiquant catholiques – le plus grand nombre de notre histoire, et dans un moment de péril crucial. Mais où est leur témoignage en faveur de la loi naturelle, de la liberté religieuse, de la défense des vérités morales ?

Fort heureusement, plusieurs catholiques (fervents) envisagent de se présenter à l’élection présidentielle. Nous devons espérer que ce sera dans chaque parti. Quel moment merveilleux ce serait si notre pays autrefois si grand produisait de grands hommes d’état catholiques, aptes à affronter la grande crise, morale et civilisationnelle, qui menace à ce jour notre nation (et le monde).

Alexis de Tocqueville a fait une description perspicace des Américains de la première moitié du 19e siècle. Elle s’applique très bien à notre époque :

« A l’époque actuelle plus que dans les précédentes, les catholiques romains sont vus tombant dans l’infidélité, et les protestants se convertissant au catholicisme romain. Si vous examinez le catholicisme de l’intérieur, il semble perdant ; si vous l’examinez de l’extérieur, il semble gagnant. Ce n’est pas difficile à expliquer. Les hommes de notre époque ne sont que très peu disposés à croire ; mais dès qu’ils ont une religion, ils trouvent immédiatement en eux un instinct latent qui les pousse inconsciemment vers le catholicisme. Nombre des doctrines et pratiques de l’Église catholique romaine les stupéfient, mais ils ressentent une secrète admiration pour sa discipline et sa grande unité les attire. Si le catholicisme pouvait finalement s’extraire des animosités politiques qu’il a suscitées, j’ai fort peu de doute que l’esprit du temps qui lui semble si opposé ne lui devienne favorable au point de lui permettre un grand et soudain avancement. »

L’Église est intéressée par la mise en œuvre de la vérité basée sur la loi naturelle. Elle a peu d’intérêt, ainsi que le note Tocqueville, pour les partis politiques. Priez et impliquez-vous. C’est à vous de décider.

Le père C. John Mccloskey est historien de l’Église et chercheur à l’institut Foi et Raison de Washington.

Illustration : Alexis de Tocqueville par Théodore Chassériau, 1850

Source : http://www.thecatholicthing.org/2015/02/08/search-catholic-leaders/

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.