Moyen-Orient

Nouveau fonds de soutien aux écoles

Propos recueillis par Constantin de Vergennes

mercredi 29 janvier 2020

L’Œuvre d’Orient organisait, le 25 janvier à Montmartre, la «  Montée jubilaire des chrétiens d’Orient ».
© Michel Pourny

En Israël, Emmanuel Macron a annoncé le 22 janvier la création d’un fonds de soutien pour les écoles chrétiennes francophones au Moyen-Orient. Charles Personnaz, directeur de l’Institut national du patrimoine et bénévole à l’Œuvre d’Orient, est l’auteur du rapport à l’origine de cette décision.

Pourquoi décider de soutenir ces écoles francophones ?

Charles Personnaz : Le Liban, l’Égypte, Israël et la Palestine, ou encore la Turquie, ont le premier réseau d’écoles francophones au monde. C’est un réseau qui accueille tout le monde dans la région, chrétiens et musulmans, présents dans des zones parfois extrêmement défavorisées. Son rôle est déterminant : il porte le message d’une coexistence possible dans ces sociétés et favorise la paix. Depuis des générations, d’éminents responsables des sociétés arabes sont passés par ces écoles. Et même s’ils ne sont pas eux-mêmes chrétiens, ils connaissent la dimension chrétienne de leur pays car ils sont passés par ce réseau d’écoles.

Que va permettre ce fonds d’un point de vue pratique ?

Cette initiative est créée pour suivre deux axes : d’abord, la formation d’enseignants et ensuite l’envoi de volontaires francophones sur place. Pour notre pays, c’est le gage d’avoir, avec les pays du Proche et Moyen-Orient, une grande proximité, car nous partageons justement une culture commune fondée sur la francophonie. Soutenir ces écoles, c’est soutenir les liens futurs avec les pays de la région. Alors que nous avons plus que jamais besoin de liens avec les pays de l’autre rive de la Méditerranée, on ne doit pas laisser tomber ces écoles chrétiennes francophones.

La France retrouve-t-elle son statut de protectrice des minorités chrétiennes ?

Notre pays n’a jamais véritablement cessé de soutenir les chrétiens d’Orient même si, ces dernières années, le soutien s’était affaibli à cause de restrictions budgétaires. Avec ce fonds, la France se réinscrit dans cette tradition de soutien à ces communautés. Tout le monde a compris, le président de la République en particulier, qu’il fallait renforcer notre action concrète. C’est une forme de fidélité à 150 ans de politiques vis-à-vis de ces écoles. Il était temps, afin de ne pas donner l’impression à tous ces établissements qui portent la francophonie et sa culture que nous les laissons tomber, que l’État renouvelle son engagement à leurs côtés, comme il les avait soutenus auparavant.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.