Liban

« Nous n’attendons plus rien de l’État »

Propos recueillis par Véronique Jacquier

vendredi 19 mars 2021

La statue de Notre-Dame du Liban (Harissa), à qui le pays a été consacré en 1908.
© Nabih El Boustani / Unsplash

La moitié de la population du pays est en voie de paupérisation accrue, et elle est désormais soutenue par des réseaux caritatifs et religieux, tandis que l’oligarchie communautaire s’accroche au pouvoir et regarde le pays sombrer. Fouad Abou Nader, président de l’ONG Nawraj, alerte sur le sort des chrétiens.

L’impasse politique conduit les Libanais à vivre dans des conditions épouvantables. Qu’attendre d’une coopération franco-libanaise ?

Fouad Abou Nader : Les chrétiens doivent d’abord réapprendre à compter uniquement sur eux-mêmes. Il ne faut pas tout attendre de la France et de l’Europe. Le désir chez certains de voir se mettre en place un protectorat français est une chimère. Mais Paris peut aider au dialogue avec le Fonds monétaire international. Il faut empêcher les pays arabes de s’immiscer dans la vie économique du pays. Ensuite l’entraide doit passer par la société civile. Nous n’attendons plus rien de l’état.

Je propose avec l’ONG Nawraj d’attirer des investisseurs pour développer les nouvelles technologies, l’éducation et l’accès aux soins de santé. Je cherche à jumeler des villages chrétiens du Liban avec des communes françaises. Ce jumelage peut aussi se faire au niveau des paroisses, des écoles et des universités. Il est très important de préserver la francophonie à travers ces rapprochements. C’est l’identité des chrétiens du Liban qui est en jeu, et c’est notre culture commune.

Depuis les explosions du port de Beyrouth le 4 août dernier, Emmanuel Macron s’est rendu deux fois au Liban en soulignant le caractère unique de la relation franco-libanaise. En quoi nos destins sont-ils liés ?

Le Liban est un pays de montagnes. Une forteresse naturelle pour les minorités chrétiennes. À travers les siècles, elles n’ont jamais été délogées. Mais des chrétiens ont été massacrés. Ainsi en 1860, entre 10 000 et 20 000 chrétiens périssent à travers le Liban, tués par les Druzes. Napoléon III et d’autres pays européens lancent une opération humanitaire. Les ottomans sont obligés d’accepter l’autonomie du Mont-Liban.

Puis, à la fin de la première guerre mondiale, la France et le Royaume-Uni se partagent les provinces arabes de l’Empire ottoman allié à l’Allemagne. Paris reçoit comme mandat des Nations unies de créer l’État du Grand Liban. Ce sera chose faite le 1er septembre 1920.

C’est grâce à la France que le pays a sa Constitution et une démocratie avec partage du pouvoir entre les différentes confessions religieuses. Tous les pays arabes ont refusé de reconnaître cette démocratie à cause de la liberté qu’elle inspire et de sa présence chrétienne.

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le magazine.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.