Notre patrimoine national spirituel

par Gérard Leclerc

lundi 19 septembre 2016

Le succès populaire des Journées européennes du patrimoine s’est évidemment confirmé cette année. Les foules assiègent, à cette occasion, nos monuments nationaux. Même si tous les Français ne sont pas au rendez-vous – 12 millions de visiteurs, c’est tout de même pas mal ! – ils plébiscitent dans les sondages ce qui constitue un élément fondamental de notre culture nationale. Ils se déclarent fiers de cette richesse morale, dont l’aspect économique n’est nullement à dédaigner. Selon Stéphane Bern, cité par Le Parisien : « Chaque euro investi dans nos monuments en rapporte 20. Le patrimoine, c’est le pétrole de la France ! » Pourtant, on ne se fait pas faute de souligner, par ailleurs, le coût considérable de l’entretien des bâtiments anciens. La ville de Paris, pour ne donner qu’un exemple, tire la langue pour entretenir les églises de la capitale, dont plusieurs sont en fâcheux état. Mais dépenses et bénéfices ne sortent et ne rentrent pas forcément dans les mêmes caisses.

Autre observation. Le patrimoine religieux représente une part considérable de ce patrimoine culturel. Le Mont-Saint-Michel est l’ensemble architectural préféré des Français et la cathédrale Notre-Dame de Paris est le lieu le plus visité de France avec 14 millions de touristes. Bien sûr, on peut s’interroger sur ce que retiennent les visiteurs du Mont et de Notre-Dame. Beaucoup pratiquent le pas de course, sans suivre les explications souvent intéressantes et pertinentes des guides officiels et des bénévoles. Le nouveau recteur de Notre-Dame, Mgr Patrick Chauvet, n’est pas désarçonné par l’objection. Qui peut dire que tel visiteur lambda n’a pas été touché par une pareille beauté et le climat contemplatif qui y règne ? Certes, tout le monde n’est pas Paul Claudel derrière son célèbre pilier, qui fut bouleversé par le Magnificat. Mais chacun a sa chance, sa grâce.

Souvent, tandis que se déploie la liturgie au cœur de la cathédrale, les touristes anonymes s’attardent, surpris face à un langage et à des chants qui pénètrent en eux de façon subtile. Qui sait si un bref moment privilégié ne suscitera pas un élan intérieur ? Et puisqu’il s’agit de patrimoine culturel, Notre-Dame et le Mont-Saint-Michel illustrent somptueusement une culture d’une profondeur sans pareil. Celle que Benoît XVI avait définie dans sa conférence inoubliable au Collège des Bernardins.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 19 septembre 2016.

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.