Non, cardinal Marx, l’Église ne peut pas bénir les couples de même sexe

Eduardo J. Echeverria, traduit par Vincent

vendredi 24 avril 2020

L’arrestation de Jésus (Le baiser de Judas) par Giotto di Bondone, v. 1305 [Chapelle des Scrovegni, Padoue].

Une fois de plus, l’archevêque allemand, le cardinal Reinhard Marx, a répondu positivement à la question : « Que faites-vous lorsqu’un couple homosexuel vous demande une bénédiction épiscopale ? » Il prétend ne pas promouvoir une solution ecclésiale générale et, par conséquent, une bénédiction liturgique grand public pour les relations homosexuelles. Et il refuse même d’appeler une telle relation mariage. Néanmoins, dit-il, « la décision devrait être prise » sur le terrain et [en considérant] l’individu sous tutelle pastorale ».

Un autre Allemand, Johannes zu Eltz cette fois, le doyen catholique de la ville de Francfort-sur-le-Main, s’occupe de la pastorale des homosexuels. Il dit : « la question est de savoir si l’Église est capable d’apprendre que de bonnes choses se produisent dans ces relations ; que les couples homosexuels... par leur compagnie, donnent naissance à des biens moraux pour eux-mêmes et pour les autres : amour, loyauté, engagement, fécondité, chasteté. Si cela est vrai, alors il y a la possibilité de confirmer ces biens et de demander la providence et les conseils de Dieu pour ce couple. C’est ce que nous appelons une bénédiction. »

Un raisonnement similaire vient de l’évêque Franz-Josef Bode d’Osnabrück, vice-président de l’épiscopat allemand.

Ils parlent de « bénir » les couples homosexuels. Le théologien anglican Ephraim Radner a raison : « Comme nous le savons, lorsque ces derniers [les accouplements de même sexe] sont mentionnés dans les Écritures et la tradition, ils sont rejetés précisément dans le contexte de la fécondité qui soutient les affirmations bibliques et le caractère de la bénédiction (par exemple, Lev 18-19, Rom 1). »

Puisque Dieu est la source et la fin de toutes les bénédictions, la question anthropologique concernant la particularité de la volonté et du but de Dieu quand Il crée l’être humain en tant qu’homme et femme se pose ici (Gen 1, 27 ; 2, 24). Cette création de l’homme et de la femme reçoit le jugement de bonté de Dieu, qui est Sa bénédiction. L’Église a toujours compris que les relations homosexuelles étaient incompatibles avec les Écritures, la tradition, le raisonnement de la loi naturelle - et, en particulier, avec l’anthropologie chrétienne, qui enseigne la morale sexuelle et donc le mariage comme une union intrinsèquement homme-femme.

Par conséquent, en opposition à Marx et aux autres, l’union charnelle de l’homme et de la femme n’est pas seulement posée par la loi ecclésiastique. Jésus n’était ni positiviste ecclésial ni conventionnaliste. Il nous rappelle plutôt la loi de la création (Marc 10, 6-7) qui fonde un lien inextricable de permanence, de dualité et de différenciation sexuelle pour le mariage.

Comme le note à juste titre Jean-Paul II : « On doit donc dire que la loi est une expression de la Sagesse divine : en s’y soumettant, la liberté se soumet à la vérité de la création. » (Veritatis Splendor §41). En particulier, le mariage est tel qu’il exige la différence sexuelle, l’acte corporel-sexuel, comme condition préalable fondamentale, en effet, comme intrinsèque à l’union charnelle de l’homme et de la femme. « Alors ils ne sont plus deux mais une seule chair. » (Marc 10 : 8)

Le Catéchisme de l’Église catholique commente :

S’appuyant sur la Sainte Écriture, qui les présente comme des dépravations graves (cf. Gn 19, 1-29 ; Rm 1, 24-27 ; 1 Co 6, 10 ; 1 Tm 1, 10), la Tradition a toujours déclaré que " les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés " (CDF, décl. " Persona humana " 8). Ils sont contraires à la loi naturelle. Ils ferment l’acte sexuel au don de la vie. Ils ne procèdent pas d’une complémentarité affective et sexuelle véritable. Ils ne sauraient recevoir d’approbation en aucun cas. (CCC §2357).

Mais c’est précisément ce que font Marx et les autres, en approuvant les actes homosexuels.

Heureusement, Ephraïm Radner sonde plus profondément que Marx. Supposons que nous avalisons l’idée qu’il existe des « biens » en tant que tels dans ces relations – « amour », « engagement », « fidélité », « mutualité ». Nous ne devons cependant pas les traiter comme des biens neutres, abstraits d’un comportement sexuel particulier que l’Église rejette sans équivoque, et de la culture plus large de l’homosexualité - pour ne rien dire de la vision du monde (la révolution sexuelle !) qui sous-tend l’interprétation de ces biens.

Une fois situés dans ce contexte d’interprétation, ces « biens » ne sont pas « conformes à l’Évangile dans son intégrité, encore moins dans sa plénitude », c’est-à-dire « la plénitude de la vérité de Dieu en Jésus-Christ ».

En outre, dit saint Paul, l’Église doit prendre position contre toutes sortes de péchés sexuels en avertissant les croyants fautifs que s’ils continuent dans l’immoralité sexuelle, ils n’hériteront pas du Royaume de Dieu. Nous devons également demander au Cardinal Marx et aux autres partisans de cette approche pastorale comment ils proposent d’aider ces croyants offensants à être « sauvés » » du jugement « au jour du Seigneur ». (1 Co 5, 5)

Qu’en est-il de l’enseignement de saint Paul selon lequel les pratiques sexuelles immorales sérieuses et impénitentes mettent quelqu’un en danger de ne pas hériter du royaume éternel de Dieu ? (1 Co 6, 9-10 ; 2 Co 12, 21 ; Gal 5, 19-21 ; Rom 1, 24-27 ; 6, 19-23 ; Col 3, 5-10 ; Ep 5, 3-6 ; 4, 17-19 ; 1 Thess 4, 2-8)

De plus, théologiquement, si l’origine ultime de la condition homosexuelle est notre nature humaine déchue, alors il n’y a aucune justification à considérer l’homosexualité dans l’ordre de la création comme une donnée créative, une variante normale de la sexualité, et donc il n’y a pas de parité entre l’homosexualité et l’hétérosexualité à la lumière de cet ordre.

Par conséquent, la condamnation de l’homosexualité par les Écritures ne concerne pas seulement les actes extérieurs, mais aussi les désirs intérieurs et les inclinations constitutives de la condition elle-même. Car, selon les Écritures, ce ne sont pas seulement les actions qui sont mauvaises, mais aussi le désir de faire de telles actions. (voir Matthieu 5, 27-29 ; Rom 13, 14 ; Col 3, 5-6 ; 1 Pierre 2, 11).

Ce point doit être clair du fait que Jésus intériorise les exigences de la loi morale, condamnant non seulement les actes extérieurs d’adultère mais aussi « l’adultère du simple désir » (Catéchisme de l’Église catholique § 2380). Et Jésus a dit : »Ce qui sort de l’homme, c’est cela qui le rend impur. Car du dedans, c’est du cœur de l’homme que proviennent les pensées mauvaises, l’immoralité, le vol, le meurtre, l’adultère, la convoitise, la méchanceté, la tromperie, le vice, la jalousie, le blasphème, l’orgueil, et toutes sortes de comportements insensés. Tout ce mal sort du dedans et rend l’homme impur. » (Marc 7 : 20-23)

Compte tenu de cet enseignement constant de l’Église, comment trouver un lieu de bénédiction, privé ou public, pour un couple homosexuel dans le contexte de l’Église ? Comment un couple homosexuel peut-il trouver une voie pour recevoir la communion lorsqu’il vit dans un péché mortel ?

Non, Cardinal Marx, l’Église ne peut pas bénir les unions homosexuelles.


Voir en ligne : Source

Messages

  • Ce n’est pas l’amour seul qui fonde le mariage. Il y a de grands biens dans les relations affectives durables d’où la sexualité est absente, ce n’est pas pour autant que l’on marie les grands-parents avec leurs petits enfants par exemple, ni une tante avec sa nièce.
    L’auteur a raison, le mariage est le fondement de la famille et comme tel il ne peut se vivre qu’entre un homme et une femme car deux hommes ne peuvent procréer ensemble, pas plus que deux femmes. Ce n’est pas charitable de maquiller la vérité parce qu’on encourage les gens dans l’erreur. Et sous prétexte d’éviter de peiner les gens, on leur prépare des déconvenues bien plus importantes dans l’avenir.
    Jésus l’a bien dit : l’institution du mariage est pour cette terre. Ensuite on est comme les anges du ciel, on ne prend plus ni femme ni mari.

  • Serait-il hors sujet de signaler un fait constaté à l’occasion du confinement : scotchés à leur poste TV les citoyens engloutissent des kilomètres de pellicule où, comme par hasard et en pleine journée, fleurissent par poignées, des projections farcies de scènes à caractère homosexuel appuyées. Dans la formule "y a qu’à" on rétorquerait que rien n’empêche de zapper, oui, sauf que des adolescents disposant d’un poste télé dans leur chambre sont des consommateurs potentiels. Quand en l’espace de quelques heures, on tombe sur des séquences montrant deux femmes au lit et et en gros plan.... Quel pain béni que ce confinement pour écouler de telles productions "à consommer sans modération"....

Un message, un commentaire ?


Les forums restent ouverts durant 15 jours après la date de publication

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.